03-04-2015 02:30 - Nouakchott : Grogne de la population touchée par la cherté de la vie

Nouakchott : Grogne de la population touchée par la cherté de la vie

Afrique7 - La cherté de la vie en Mauritanie suscite la contestation au niveau social, dans la mesure où elle affecte le niveau de vie de la population. Alors que l’Etat mauritanien n’intervient en aucun cas sur la gestion ni la maitrise des prix des denrées de première nécessité (riz, huile, sucre, viande, poisson, thé,…), le gaz domestique vient de connaître une hausse de prix qui a des incidences sur la bourse des ménages.

La qualité de vie en Mauritanie a obtenu une note de 83 sur 100 pour l’indice de cherté de vie, contre 56 au classement précédent du magazine « Internationale Living ». Visiblement, cette situation reflète bien la réalité avec cette hausse du coût de la vie et des prix en général que le pays connaît actuellement.

Selon une source locale, le Mauritanien moyen ne parvient toujours pas à jouir d’une vie confortable, malgré que le pays dispose des richesses naturelles, « mal exploitées et ne profitent qu’à certains alors que la majorité de la population croule sous la pauvreté », selon un analyste en économie.

« Il incombe donc aux autorités du pays d’agir rapidement afin, non seulement, de corriger ces inégalités sociales qui peuvent constituer de graves sources de tensions, mais également de régler la question de la cherté de la vie pour éviter un soulèvement populaire, non utile au pouvoir en place » ajoute-t-il.

En somme, une tension s’attise de plus en plus en Mauritanie faute de bonnes politiques pouvant répondre, au mieux, aux besoins socio-économiques des habitants de ce pays maghrébin. Aussi, une action dans l’urgence s’impose-t-elle aux autorités nationales de régler au moins l’augmentation inquiétante du gaz domestique.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Afrique7
Commentaires : 1
Lus : 2795

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Ibiliss (H) 03/04/2015 10:27 X

    4 millions d'individus, et ça n'arrive pas à se gérer! Honte à nos dirigeants, grotesques amateurs! Au fait, si ce n'est pour votre ventre (déjà pourtant débordant de partout)qu'alliez-vous chercher dans cette galère? Amateurs!