27-04-2015 15:51 - Boumdeid, la cité des contrastes

Boumdeid, la cité des contrastes

Mohamed Fall Oumeir - «Dieu est la lumière des cieux et de la terre ! La lumière est comparable à une niche où se trouve une lampe. La lampe est dans un verre ; le verre est semblable à une étoile brillante. Cette lampe est allumée à un arbre béni : l’olivier qui ne provient ni de l’Orient ni de l’Occident et dont l’huile est près d’éclairer sans que le feu ne la touche. Lumière sur lumière ! Dieu propose aux hommes des paraboles. Dieu connaît toute chose» (Sourate 24, verset 35. Traduction Denise Masson, 1967)

Premier contraste : la nature de l’environnement. Entre les plateaux du Tagant qui semblent mourir ici, et les imposants pics de l’Assaba qui affleurent là comme pour résister à l’assaut des dunes du désert qui s’annonce déjà. Entre les couleurs, ocre et rose pour le sable, noire et brune pour la pierre. Le contraste ajoute à la splendeur des lieux.

Cette terre, son sable et ses pierres nous apprennent mille et une sagesses. Il faut simplement savoir les regarder, les contempler et trouver du plaisir à les contempler. A ce moment peut-être, la chance vous donnera l’occasion de vous perdre entre le mont Guendeyga et les contreforts du plateau du Tagant, dans les sables qui ondulent quand ils le peuvent, comme une mer dont la surface est animée par l’éternel mouvement des vagues.

Cette terre apprend la rectitude. Elle oblige à vivre debout et à adopter la droiture comme seul principe d’action. Cette terre a su – a pu – avoir des habitants…

Des ascètes venus en moines s’établir dans un espace réputé hostile. Ils ont bâti un espace de vie et pu communier avec cette nature don de la Toute-Puissance divine. Ils ont su inverser la règle et adopter la devise : «N’avoir rien et posséder tout» (pour reprendre la maxime versifiée de l’Imam Ali Ibn Ebi Taleb, le dernier des Khalifes Rachidoune).

Entre les exigences matérielles de ce bas-monde et les nécessités spirituelles, ils ont trouvé l’équilibre en sublimant l’expression des besoins de la vie. Ce qui leur a donné la force de ne s’autoriser que ce que Dieu, dans toute Sa splendeur leur offre, c’est-à-dire une nature à dompter par la force du travail. Ailleurs, partout dans cet espace couvert par l’aire civilisationnelle méditerranéenne, le travail est perçu comme un supplice.

D’ailleurs on fait facilement remonter l’étymologie du mot à un instrument de torture (tripalium) du Moyen-Age. On ira plus loin pour l’associer à une forme de torture de l’âme pour éprouver la foi. Ici, le travail est devenu valeur, libération pour atteindre l’Excellence, sublimer les privations, cueillir les fruits de la méditation ascétique, et finalement atteindre l’extase qui enivre celui qui sait…

Par la force de caractère de ces moines de la Ghoudhfiya, un barrage a été construit dans les années 30 du siècle dernier, des champs ont verdi, des cultures ont été cueillies, renforçant ainsi la colonne vertébrale d’une communauté qui a su rester tout ce temps debout. Les jardins ne nourrissent pas seulement ici, ils apprennent à être digne. Ils apprennent à s’obliger, à ne pas s’autoriser la faiblesse, à être exigent vis-à-vis de soi avant de l’être vis-à-vis des autres.

Le grand contraste, l’ultime contraste est à trouver dans ce rapport entre l’exigence de la quête de la plénitude de la spiritualité soufie et la valorisation d’une vie de labeur rendue nécessaire pour se libérer des contingences d’un monde de plus en plus déréglé par le matérialisme et l’avidité de l’homme. Transcender ces contingences et ces contrastes, c’est vivre en harmonie avec la nature et en paix avec son âme.

Décidément, cette terre de Boumdeid dégage la sérénité. Une sérénité incommensurable, infinie dans son expression, généreuse dans sa proposition à l’étranger du temps d’un passage furtif, ancrée dans son Histoire et dans celle de son espace, résistante aux aléas qui frappent et dénaturent les êtres… On a voulu en faire un bagne à des moments noirs de l’histoire politique du pays, mais Boumdeid est restée une terre de liberté, une terre de libération, d’abnégation et de générosité.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1915

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • KANTAKI (H) 27/04/2015 17:36 X

    OK, Ould Oumeir, On a bien compris mais quelle littérature!