20-06-2015 20:16 - Des artistes mauritaniens accusent la ministre de la culture de partialité

 Des artistes mauritaniens accusent la ministre de la culture de partialité

Sahara Medias - Des dizaines d’artistes mauritaniens ont accusé la ministre de la culture de vouloir les exclure de la composition du bureau des artistes mauritaniens qui doit être constitué dans les jours à venir. Ils ont accusé la ministre de partialité et d’avoir choisi une tendance au détriment d’une autre.

Dans un point de presse à l’hôtel IMAN, l’artiste Tahra mint Himbara s’est déclarée surprise de la décision de la ministre de vouloir écarter toutes les grandes familles d’artistes, à l’image de Ehel Abba, Ehel Eyda, Ehel El Meidah, Ehel N’Gdey, Ehel Choueikh, Ehel Dendenni, Ehel Awa etc…

Mint Hembara a accusé la ministre Hendou Mint Ainina d’avoir choisi une composition unicolore afin de souscrire à la demande de partenaires étrangers et obtenir un financement de 5 millions d’euros.

Les artistes qui se sont succédés sur la tribune se sont déclarés disposés à travailler à la formation d’un bureau consensuel tout en réaffirmant leur détermination à préserver leurs droits.

Plusieurs grandes figures de la musique mauritanienne avaient assisté à cette conférence de presse à l’image d’El Hadrami O. El Meidah, Sidi O. Dendenni, Néma mint Choueikh



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2350

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • SOMACIRE (H) 20/06/2015 20:36 X

    j'ose espérer que l'origine de cette prise de conscience par cette grappe d'artistes éminents. ..n'est pas liée à ce financement hypothétique!

  • SOMACIRE (H) 20/06/2015 20:32 X

    Quel gâchis. ..Nos petits enfants nous en voudrons à mort pour ne rien avoir tenté afin de leur transmettre ce unique et beau patrimoine qu étais et représentais notre musique...mais aussi et malheureusement notre artisanat...notre poésie. ..et bien d'autres joyaux non moins précieux qui caractérisent ce pays dans toute sa diversite

  • SOMACIRE (H) 20/06/2015 20:28 X

    Ce n'est malheureusement pas des sauts d'humeur ponctuels à l'occasion d'initiatives hasardeuses de nos fonctionnaires en charge de la culture et le plus souvent sans aucune sensibilité culturelle que les artistes mauritaniens vont retrouver leur place dans une société sans repaires et très peu soucieuse (consciente) de préserver son patrimoine et son identité culturelle.