19-12-2015 18:30 - Témoignage d’Ely Ould Allaf

Témoignage d’Ely Ould Allaf

J’ai d’abord eu à connaitre feu Moustapha Ould Mohamed Saleck au cours des années 1950-1954. Quand il était en Troisième au Collège de Rosso, j’étais un peu après lui, bien que nous ayons presque le même âge. Nous étions peu nombreux dans cette filière scolaire et donc tout le monde se connaissait.

Nous avons eu l’occasion, par la suite, de nous connaître plus amplement et de nous apprécier en particulier lorsqu’il fut désigné Chef de l’Etat-major, j’étais Ministre de l’Education Nationale. Même si la vie professionnelle nous séparait, chacun de nous recevait des nouvelles de l’autre. Nous nous connaissions, donc, assez bien.

Le président Moustapha a eu à occuper de nombreux postes de responsabilité tant sur le plan militaire que sur le plan civil. Il a notamment été Gouverneur de plusieurs régions où il fit preuve de beaucoup d’honnêteté, de probité, de justice. Sa gestion des deniers publics était toujours rigoureuse.

Certaines mauvaises langues disaient de lui qu’il pouvait laisser l’année s’écouler sans que le budget alloué à la région ne soit touché. Ce qui est sur, c’est qu’il tenait à ce que chaque sou dépensé le soit utilement. C’est bien la réputation qu’il avait à notre époque.

Ce fut aussi un brillant officier et le premier à avoir accepté de passer le concours de capitaine. En fait, auparavant, la promotion à ce grade s’effectuait de façon automatique : on passait du grade de lieutenant au grade supérieur. Certains de ses frères d’armes avaient, soit refusé cette épreuve ; soit été éliminés parce qu’ils n’avaient pas le niveau académique requis.

Donc, il a été l’unique candidat au concours de capitaine qu’il a brillamment réussi. Je me souviens des événements intercommunautaires de 1966, alors qu’il était chef d’Etat-major, il a finalement été fait appel à lui pour rétablir l’ordre et la sécurité publics à Nouakchott ce qu’a fait très convenablement, avec l’aide des officiers Soueidatt et Thiam. J’étais alors ministre de l’éducation nationale.

Plus tard, quand il y eut le coup d’état du 10 Juillet 1978, j’étais à Dakar où j’assurais les fonctions de secrétaire général de l’OMVS. J’avoue que la nouvelle m’avait choquée, car je craignais pour la Mauritanie et pour son existence même en tant qu’entité.

Mais lorsque j’ai entendu, dans l’après-midi, sur les ondes de la radio, la composition comité militaire et appris, par la suite, que c’est Moustapha qui prenait en main les rennes du pouvoir, je fus totalement rassuré.

Le président Moustapha connaissait parfaitement son pays pour en avoir pratiquement fait le tour au cours de ses divers parcours militaires et civils. Il connaissait bien les différentes composantes de la population et les rapports mais aussi les problèmes qui existaient parfois entre ces différentes composantes.

Bref, il connaissait, vraiment la Mauritanie et cela était un élément très rassurant pour moi. J’ai donc été complètement tranquillisé en apprenant que c’était lui qui prenait le pays en charge.

Comme je l’ai évoqué lors d’une récente interview, parlant de ma première audience à la Présidence à l’occasion de ma nomination au poste de directeur général de la SNIM, nous avions discuté de l’avenir politique du pays et de sa propre vision des choses.

Il m’avait alors bien précisé deux intentions: (i) que l’armée resterait au pouvoir pour une période de deux ans, au maximum, le temps nécessaire de mettre en place un système démocratique civil; (ii) qu’au-delà, l’armée se tiendrait en dehors du pouvoir et de la vie politique dans son ensemble et se limiterait à son rôle de garante de la sécurité du pays.

Voilà le résumé du projet politique du mouvement du 10 juillet tel qu’il me l’a exposé. Je peux assurer que c’était un homme honnête, juste, bon musulman et, surtout, un patriote sincère. Il avait, donc, assez d’atouts qui permettent de penser que son action aurait été très bénéfique pour la Mauritanie, s’il était resté pour mener une transition démocratique apaisée, sûre et durable.

Ely Ould Allaf, ancien ministre, ancien ambassadeur
©Cridem

Commentaires : 4
Lus : 2664

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • rodeur (H) 20/12/2015 15:30 X

    Très bon témoignage. Un homme exceptionnel, qui avait tenu à ce que toutes les composantes de ce peuple participent pour reconstruire le pays. Allah yarahmou.

  • CheikhaFall (F) 20/12/2015 14:46 X

    Monsieur le Ministre, l’expression « avoir à » qui revient, par deux fois dans votre texte, signifie en bon français , « être dans l’obligation de » ; vous n’étiez donc pas dans l’obligation de rencontrer , pour la première fois , Ould Oualati, dans les années 50, par exemple ! Enfin, « rennes » (sic) s’écrie ainsi : « rênes ». Entre autres « coquilles ». Avec tous mes sincères respects.

  • lepatron (H) 20/12/2015 00:18 X

    bon témoignage ,si tout le monde était comme vous notre pays allé mieux avancé

  • bleil (H) 19/12/2015 23:00 X

    Le mouvement du 10 juillet a produit, contrairement à la naivité de ses chefs, une Mauritanie délabrée de A à Z et sans aucun projet politique pour sortir de l'auberge espagnole .... les militaires peuvent etre honnêtes et des patriotes sincères mais ils restent des nains en politique et pour cause ... leur saccage du pays a été très mal ressenti par nos paisibles populations qui n'ont plus aucun respect pour l'Etat ! la transition démocratique apaisée de deux ans n'a été qu'un leure durable!