22-12-2015 20:45 - Le mauvais ciblage

Le mauvais ciblage

L'Authentique - On pensait la pratique révolue, voilà qu’elle revient, et de plus belle !... Les rafles nocturnes sont de nouveau exécutées dans la ville de Nouakchott, ou plus particulièrement, dans certains quartiers cibles de Nouakchott.

Il s’agit spécialement de ceux-là qui abritent des couches indexées de nos populations et les étrangers qui proviennent de l’Afrique subsaharienne. Les excès ne se comptent plus et les dérapages sont nombreux. Depuis, les habitants vivent dans la peur bleue. Ils n’osent même plus sortir de chez eux à partir de 20 heures.

Si dans certaines Moughataa, il n’y a presque jamais de présence policière oppressive et envahissante, comme dans les quartiers huppés de Tevragh Zeina, dans d’autres, notamment à Sebkha et El Mina entre autres, les rafles sont bel et bien menées. Elles visent en particulier les jeunes, visiblement désœuvrés se promenant dans des droits "suspects" aux yeux de la police.

Toute personne, sans distinction d’âge, ni de sexe, portant un pantalon et une chemise est supposée suspecte. Donc, embarquée et déposée au poste. C’est la projection de l’ancienne et rétrograde idée qui fait rimer "Pantalon" à criminel.

Le délit de faciès est une vieille habitude de la police. Il est même systémique dans ce pays et personne ne semble en mesure d’y mettre fin. Héritée des pratiques impunies des violations en série des droits de l’homme institutionnalisées depuis le milieu des années 80, la stigmatisation des citoyens à valeur de loi. Et les forces de sécurité maintiennent cette habitude pour elle et garde bien la main pour elle.

Aussi triste à dire soit-il, nos forces de sécurité résument, par certaines de leurs attitudes maladroites, le condensé du racisme primaire et sadique contre certaines catégories des populations du pays, allant même jusqu’à s’évertuer à mettre la pression sur celle-ci.

Au moindre prétexte, aussi inimaginable soit-il, elles s’acharnent contre cette partie de la population, semant la peur, la panique et la désolation dans des quartiers cibles.

Ici, l’Etat du droit se met au garde-à-vous devant l’ordre de certains agents zélés. Les dénonciations, les condamnations et autres plaintes contre cet état de fait, devenu habitude, n’ont servi à rien. Jamais les auteurs de ces agissements qui devraient appartenir à un autre siècle, n’ont été interpellés. Jamais ils n’ont été punis. Au contraire…

Les "acquis" de la méthode de terreur sont visiblement bien appréciés par la hiérarchie sécuritaire et constamment protégés par les tenants du pouvoir depuis le départ de Feu Moktar Ould Daddah Sinon, comment comprendre qu’à Tevragh Zeina, les citoyens peuvent se mouvoir en toute quiétude pendant de longues heures durant la nuit, alors que d’autres citoyens habitants d’autres quartiers sont confinés dans un couvre-feu qui ne dit pas son nom ?

Si ce n’est pas de la stigmatisation, voire de la ségrégation et de l’acharnement contre les populations de ces quartiers, c’est quoi alors ? Il est connu de tous, que la criminalité est un phénomène social qui traverse, malheureusement, toutes les composantes et couches sociales de notre peuple.

Pour contenir le crime et juguler l’insécurité, l’intelligence, l’équité et la morale attendus de l’Etat ne doivent pas se traduire par une traque systématiques de jeunes ou des habitants d’un quartier habité par des pauvres, dans une action qui suscite plus de peur que de sécurité ! Le sentiment des citoyens en Mauritanie est que les services de l’ordre ne respectent jamais l’égalité entre citoyens. Il y a un traitement réservé aux riches et un autre ax les pauvres.

Jetez un coup d’œil dans le violon de n’importe quel poste de police ou de gendarmerie ? Regardez les prisons où les juges déposent les gens comme des objets pour des futilités comme un Sms égaré ou le vol d’un minable portable ? Voyez les préfectures où des gens se font spolier, publiquement, de leurs terrains dûment possédés par d’autres avec la complicité de l’administration d’un groupe au détriment d’autres !

Et là, vous serez édifié sur le traitement des dossiers confiés aux forces de sécurité ! La sécurité et la quiétude dépendent de l’égalité et de la justice. Les citoyens sont nés libres et ils doivent le demeurer pour toujours. Tel est l’essentiel. Le reste, tout le reste, n’est que futilité. En tout cas, cela ne conduira jamais le pays vers l’avant.

Amar Ould Béjà



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 2243

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Ibiliss (H) 22/12/2015 22:25 X

    Si vous vous prenez pour un mouton, vous serez traitez en mouton! Et il est fort rare qu'un mouton entre en colère! Mais bel article!

  • Hammejerel (H) 22/12/2015 21:47 X

    Vous au moins vous portez à la connaissance du monde de ce lot quotidien des pauvres et des démunis , des laissés pour compte . En espérant que le Président lise les exactions faites aux pauvres dont il est le président déclaré et élu. Vous au moins vous êtes conscient de votre métier de journaliste qui n’est pas de faire plaisir , non plus de faire que du tort, mais de porter la plume dans la plaie. Ce comportement de ceux qui étaient censés faire régner l’ordre est une vraie plaie .Mais à quel saint se vouer quand c’est la mauvaise manière de servir son pays qui prévaut . Qu’Allah sauve la Mauritanie de ses fils qui sont devenus des prédateurs voir des cannibales dans cette terre d’islam donc de paix ! Du courage Amar