03-01-2016 13:12 - Conférence/débat sur le contenu des lettres adressées au secrétaire général des Nations Unies sur la situation critique des harratines de Mauritanie [Vidéo]

Conférence/débat sur le contenu des lettres adressées au secrétaire général des Nations Unies sur la situation critique des harratines de Mauritanie [Vidéo]

Le Calame - « Réviser la Constitution pour y inclure les harratine en tant que composante sociale différente comme les autres », exige Ould Beye

L’Organisation mauritanienne pour les droits et la liberté a organisé, ce vendredi, 1er janvier 2016, à l’hôtel Chinguetti Palace, une conférence/débat sur le contenu des appels lancés à Banki Moon, secrétaire général des Nations-Unies pour la « protection » des harratine en Mauritanie.

Cette rencontre, qui a vu la participation d’un grand public, avait pour objectif de partager avec les militants des associations des droits de l’homme, de tous les hommes épris de paix et de justice, le contenu des missives adressées, en janvier 2010 et septembre 2015, d’une part, de prouver à l’opinion que, cinq ans après la première alerte, rien n’a changé dans la situation des «opprimés et marginalisés harratine » de Mauritanie, d’autre part, a d’emblée annoncé le modérateur de la conférence, Ould Saleck.

En effet, dans ses deux correspondances adressées à M. Banki Moon, distribuées et lues à cette occasion, Samory Ould Beye décrit une situation « chaotique » des harratines, réduits à l’état d’esclaves, privés de tous les droits par le système Beidane : scolarisation des enfants, représentation dans les sphères de l’administration, des forces armées et de sécurité, de l’appareil économiques, des terres, cantonnés qu’ils sont dans des ghettos ( adwabas)…

Une situation peu enviable, selon le secrétaire général de la CLTM pour des hommes et des femmes qui vivaient dignement avant l’arrivée des maures en Mauritanie.

Dans sa première lettre, en date du 25 janvier 10, Samory Ould Beye affirmait que la composante harratine qui représente 48% de la population mauritanienne, est analphabète à 99%, et 90% sont pauvres. Ould Beye dénonce les expropriations à outrance par le système esclavagiste maure de ce qui leur reste pour survivre, à savoir la terre.

C’est pour cette raison et face au refus du système esclavagiste qui dirige le pays depuis son indépendance que le secrétaire général de la Confédération libre des travailleurs de Mauritanie (CLTM) et président du mouvement El Hor demande aux Nations Unies la protection des harratine pour que cette composante ne disparaisse pas.

Pour Samory Ould Beye, l’ensemble des mesures prises ces dernières années par nos gouvernements successifs ne sont qu’un leurre des partenaires au développement, rien n’a changé, et nous avons tenu à le démontrer à Genève lors de la rencontre mondiale sur la situation des droits de l’homme.

Il faut rappeler que le gouvernement mauritanien a adopté, il y a peu une loi criminalisant l’esclavage ou ses séquelles, mais qu’en dépit d’un important arsenal juridique, les organisations de défense des droits de l’homme continuent à exhiber des cas d’esclavage.

Dans le mot qu’il a prononcé à cette occasion, Ould Beye réitère la demande des harratine de voir la constitution mauritanienne révisée afin de mentionner les harratine comme une composante sociales, à part, comme les autres, car les harratine sont différents des autres composantes du pays. C’est d’ailleurs là, la différence entre la première et la deuxième correspondance.

Le CRSM « solidaire » de tous les opprimés

Dans son intervention, Camara Dramane, membre du conseil représentatif des soninké de Mauritanie a d’abord déclaré que le CRSM est solidaire de tous les opprimés de toutes les composantes sociales du pays, il s’est ensuite dit opposé à tout amalgame, parce que ce ne sont pas tous les maures qui sont esclavagistes.

Je suis féodal, mais je n’ai jamais acheté un esclave dans le marché, aucun me m’a cultivé mon champ. Je pense que nous devons faire preuve de hauteur et privilégier le dialogue, la modération et la cohésion sociale…

Prenant la parole à son tour, M. Isselmou Ould Abdel Kader, ancien ministre a abondé dans le même sens, rejetant la faute à l’État et aux rapports de forces qu’il a contribué à créer.

L’ancien ministre a invité les mauritaniens, tous ceux qui sont épris de paix et de justice à privilégier la non violence comme Mahatma Gandhi, la patience, à compter sur nous-mêmes, non sur une intervention extérieure pour régler nos divergences. Pour Ould Abdel Kader, cette phase historique, ce système est voué à sa disparition, il suffit d’un supplément de patience.

D’autres intervenants ont pris la parole qui, pour pourfendre la marginalisation dont sont victimes les harratines, mais aussi d’autres composantes du pays de la part du « système esclavagiste maure », qui, pour réclamer plus de justice, plus d’égalité, entre les différentes composantes du pays, pour sauver sa cohésion sociale et son unité nationale.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 6
Lus : 2250

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • keroudiambala (H) 03/01/2016 19:17 X

    Qu'il est timbré ce camara dramane qui ne comprend pas qu'être féodal, c'est en fait être esclavagiste. Il ignore les notions de base des droits de l'homme. Quelle honte!

  • mohamed w.l (H) 03/01/2016 16:54 X

    les harratine en tant que composante sociale différente comme les autres ni maure ni soninke ni wolof ni halpoulare qui donc une composante sans culture ni langue ni histoire qui existait avant l arriver des maure sa fait rire samory quelle honte j ais vu le complexe mais cette sorte doit être analyse par les docs pour l inscrire dans les dics vraiment bravo Birame ses monsieur par jalousie ont pété le plomb

  • nemahaidara (H) 03/01/2016 16:29 X

    Je suis attere' par un passage des propos de monsieur camara présenté comme membre du CRSM. Monsieur on achete plus des esclaves,d'ailleurs personne n'en a jamais acheté en Mauritanie. L'esclavage est ce système barbare qui fait qu'on peut avoir une personne en héritage. Dans ce sens il ressemble à la féodalité que vous revendiquez fièrement. Pour en revenir aux propos de Ould biye,la revendication d'un statut d'entité reconnue par la constitution est un pas hyper important pour la lutte contre l'esclavage.Beaucoup plus que les décisions politiciennes.

  • Hamdoulah (H) 03/01/2016 15:44 X

    Je m'excuse auprès de l'Érudit Hanéfi, je crois que j'ai lu tous vos posting et commentaires sur Cridem, et je crois savoir votre position très louable pour la paix entre les coeur en ce bas monde et la recherche de la paix éternelle du Paradis. Mais j'ose vous demander de bien aussi se demander le pourquoi du Coran et des enseignements du Meilleur de nous tous psl ? Vous abondez dans le fatalisme en voulant à tout prix proteger l(oppresseur et l'opprimé. Ces gens demande juste un droit qui ne peut plus être enrobé dans votre fatalisme et la langue de bois des autres. Inutile d'insulter les conscience en usant des tournures des termes de votre supposée lettre à Banki moon. Il faut lire @Keltigui et essayer de lui répondre. Nous avons maintenant besoin de solutions pratiques aux Injustices quelques soient les voies qui restent à emprunter !

  • Keletegui (H) 03/01/2016 14:23 X

    Beau posting de mohamed hanefi (H)mais seulement j'aimerai attirer son attention sur le fait que si on suit logiquement son raisonnement on devrait également éliminer de la constitution les termes Arabe, Poular, Soninké et Wolof pour ne les remplacer que par le terme citoyens mauritanien. Au nom de quel droit ces différentes communautés sont citées et la langue arabe hisser au dessus de toutes les langues. Arretons de nous voiler la face et posons le vrai débat: celui de la lutte contre les injustices subies et l'instauration d'une égalité en droit et devoir entre les mauritaniens toutes communautés confondues.

  • mohamed hanefi (H) 03/01/2016 13:45 X

    Et après toutes ces "différences" et toutes ces partitions "à part entière" que deviendrons-nous "de nouveau"? Mes amis. Attachez vous avec la corde de Dieu et ne vous dispersez point. Wallahi vous courrez vers des inconnus effrayants, soit pour vous soit pour vos frères qui ne sont autres que vous-mêmes. Les harratins ont été exploités et exclus pour très longtemps malheureusement. Ce sont les malheureux partages d'une autre époque révolue. Nous devons tous œuvrer pour que ce tort soit réparé à jamais. Mais la division ne peut mener que vers les faiblesses, les haines et les malheurs. Si j'écris à monsieur Bankimon aujourd'hui pour séparer les métis des autres mauritaniens. Imaginez ce que cela donnera. Métis maure-peul, ou peul-soninké, ou maure-wolof ou maure-français ou maure-espagnol, maure-harratins ou ceux qui ne savent pas leur ascendants. La Mauritanie sera parcellée à l'image des ilots du Tarhil et il n'y aura certainement plus rien à revendiquer, puisqu'il n'y aura plus de nation.