31-03-2017 22:45 - Sécheresse au Sahel: 13 millions de personnes concernées dès le mois de juin

Sécheresse au Sahel: 13 millions de personnes concernées dès le mois de juin

RFI - Dans tous les pays du Sahel, certaines zones sont actuellement frappées par la sécheresse. Un phénomène persistant et inquiétant, car les conséquences sont multiples sur l'agriculture, l'élevage, la situation alimentaire.

Le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS) a fait le point ce matin lors d’une conférence de presse à Ouagadougou au Burkina Faso. Le comité prévient : si rien n'est fait, près de 13 millions de personnes seront en situation de crise dès le mois de juin.

La situation nutritionnelle demeure préoccupante, voire critique dans les bas-fonds du lac Tchad, le nord du Mali, le Niger, et dans plusieurs régions du nord du Nigeria, selon le dispositif régional de prévention des crises. Cela est dû à la détérioration des conditions de sécurité alimentaire et la persistance de l’insécurité civile, notamment dans des zones abritant des réfugiés et des déplacés.

Actuellement, plus de neuf millions de personnes sont en situation difficile. Et si les interventions en cours ne sont pas renforcées et celles envisagées ne sont pas mises en œuvre, ce chiffre pourrait atteindre 13,8 millions de personnes et concernerait le Burkina Faso, le nord du Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, le Tchad et le nord du Nigeria. Parmi ces populations vulnérables, il faut compter plus de quatre millions de personnes déplacées et réfugiées en raison de l’insécurité civile, du banditisme et des conflits intercommunautaires qui sévissent dans la région.

Le dispositif régional de prévention et de gestion des crises recommande la mise en œuvre rapide et le renforcement des mesures d’assistance alimentaire et humanitaire pour sauver des vies humaines au Burkina Faso, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Sénégal et au Tchad. Parmi les personnes en situation difficile, 50 000 personnes sont déjà en situation de famine.

Inquiétude au Burkina

« Sur le plan pastoral, la situation est caractérisée par l'épuisement des ressources fourragères et le tarissement des points d'eau de surface », avance le docteur Mahalmoudou Hamadounn cordonnateur du programme régional d'appui sécurité alimentaire au CILSS. Au Burkina Faso par exemple, les éleveurs sont à la peine explique Oumarou Modibo est coordonateur de l'Association pour la promotion de l'élevage au Sahel et en Savane (Apess), pour la région de Dori, dans le Nord du Burkina.

« Il y a une insuffisance de pâturage. Les animaux ont perdu leur embonpoint. Il y a eu des départs précoces d’éleveurs à l’extrême-nord dans la région du forage Christine, où plusieurs éleveurs du Niger, du Burkina et du Mali se retrouvent », explique-t-il. Dans cette zone, « la concentration est de plus en plus élevée autour du forage » et « la pression est forte ». Ce représentant de l'Apess s'inquiète aussi de la hausse du prix des aliments et de la chute de celui des animaux. « Quand on présente des animaux maigres, les prix chutent. »

Pour pallier cela, « l’Etat a envoyé des aliments pour le bétail » mais « c’est insuffisant », estime Oumarou Modibo. Sur le long terme, il est nécessaire selon lui d’ « aller dans le sens de la modernisation, la mise en place d’infrastructures pastorales : faire des puits, des forages, des retenus d’eau, le long des axes de transhumance, des couloirs de passage. »

Si rien n'est fait d'ici la fin de l'année, le nombre d'enfants malnutris sévères pourrait atteindre la barre de 3,5 millions selon le dispositif régional de prévention et de gestion des crises alimentaires au sahel et en Afrique de l'ouest.




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 2
Lus : 1318

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • loyalmen (H) 01/04/2017 15:33 X

    Malheureusement les bonne idée ne sont pas prise en compte il ne sont pas là pour développer la nation.c'est leur soucis perso qui les intéresse. c'est vraiment dommage pour ce pays qui a tout pour ce faire respecté au niveau mondial mais la mal gouvernance domine. Mal barré c'est celui qui est ambitieux t'aura aucune chance.

  • cccom (H) 01/04/2017 05:44 X

    Hélas.Le Sahel à un potentiel alimentaire impressionnant s’ii accepte de valoriser potentiel hydro agricole. A titre d’exemple ,mon pays ,la Mauritanie peut nourrir largement non seulement sa petite population, qui se compte à moins d’un quartier d’une grande ville mais nourrir le reste des populations du Sahel. La contrainte au développement de l’agriculture dans nos pays n’est pas due au manque d’eau, de terrains fertiles ou de bras actifs mais d’un déficit de bonne gouvernance. Je donne 2 exemples pour la Mauritanie : 1-Nous offrons, (suite à une corruption de nos fonctionnaires et hommes politiques) depuis 1990 (année de création du Parc de Diawling) prés de 6 milliards de m3/an d’eau du bas Delta (pour la maîtrise desquels nous nous sommes lourdement endettés au prés des bailleurs de fonds) pour engraisser les oiseaux migrateurs et les phacochères alors que le 1/10éme de ses eaux peuvent nous fourni 3 fois nos besoins en Riz à un coût imbattable par la concurrence asiatique. 2- Le pouvoir divertis par les faux problèmes politiques virtuels, alimentés de l’extérieur, nous laissons périr prés de 500.000 palmiers à Atar (zone de Tawaz , Tizigriz… (au moment où nous pouvons engager le création de 20.000.000 de palmiers nouveaux) et décourager par non assistance, pourtant facile à la production actuelle de 2000 t et potentielle de 20.000 tonnes dés 2018 de produits maraichers dans la seule oasis de Maaden El Ervane. .. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr.