03-11-2017 19:30 - Notre école se meurt

Notre école se meurt

L'Authentique - L’école mauritanienne actuelle n’est pas du goût des Mauritaniens. Malmenée par des réformes qui ne finissent pas de finir, elle ne joue plus son rôle et participe plus à la crétinisation des nos enfants qu’à l’édification du pays.

Après plus d’un demi siècle, le système éducatif, ou ce qui en tient piteusement lieu, n’est autre que la synthèse de l’échec de toute une Nation à trouver sa voie depuis les premières années de l’indépendance.. Autrement dit, ce qu’elle est ou ce qu’elle voudrait être ou devenir. D’où l’enjeu primordial qui entoure l’éducation en ce début d’année scalaire 2017- 2018.

Au lieu d’être un creuset pour forger l’homme mauritanien, le « construire », l’éduquer » pour sa Nation avant de penser à sa « petite personne », l’éducation a été prise en otage par le dogmatisme des idéologues. Au lieu d’être un instrument pour forger l’esprit patriotique orienté vers l’acquisition des outils scientifiques nécessaires à l’épanouissement et au développement de la Mauritanie, l’école est devenue ces dernières années, ce fossé béant qui divise la Mauritanie et fabrique deux peuples dans une même patrie.

Le crime de notre école est donc-là : avoir créé deux citoyens pour un même pays. Deux citoyens qui se côtoient sans se connaître ; qui cohabitent sans communiquer, chacune des catégories versée dans un courant « éducatif » qui ne fait que l’éloigner de l’autre…

Aujourd’hui, les experts et pédagogues sincères doivent d’abord imposer la dépolitisation de l’opération éducative en Mauritanie. La prétendue identité nationale, expression cachant un chauvinisme rampant, ne doit pas instrumentaliser notre école.

L’identité, si elle est tant nécessaire, se forge à la maison dans le cadre de l’éducation familiale. L’école est le creuset du savoir, l’antre de la découverte et le symbole de l’objectivité, de la neutralité et de l’amour de l’effort. Elle n’aurait jamais dû être départie de ce rôle.

Face à l’échec de l’éducation consacré entre autres par le faible niveau des enseignés et les piteux résultats obtenus ces derniers temps au baccalauréat et à l’université, l’urgence est donc de réhabiliter l’école mauritanienne. Une école pour tous, qui ne soit pas l’instrument idéologique d’un groupe, d’une ethnie ou d’un courant idéologique.

Il faut bien le dire, les Mauritaniens dans leur ensemble, aspirent à une école qui unit, instruit, rapproche et forme. Pas une école qui « alphabétise », qui « sélectionne » et jette des milliers de jeunes dans la rue, car mal formés.

L’école mauritanienne est aussi minée par les néfastes mesures de privatisation du secteur. Elle n’est pas et ne sera jamais une boutique. A l’Etat de dissoudre les structures éducatives nées du simple fait de la quête des fonds. Il faut que l’école cesse d’être une expression insultante pour riches et pour pauvres.

Nos enfants doivent pouvoir fréquenter les mêmes écoles et subir la même instruction qui respecte nos spécificités et prend toute notre dimension culturelle riche et variée, en considération. Sans exagération, ni complexe ! Malheureusement, avec la politique éducative nouvelle qui a initié notamment des écoles d’Excellence et des Prytanées militaires au profit d’enfants « ciblés » privilégiés du fait de leur naissance, on est loin de cet idéal de justice, d’équité et surtout de respect pour son peuple.

L’école mauritanienne est malade. Malade des régimes politiques du pays, des réformes de l’éducation, des cadres des Départements publics qui l’ont en charge, de son administration, voire de ses professeurs. Ainsi dressée, il ne formera que des cancres. Malheureusement pour nos enfants et pour le pays.

OE. Moctar



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 847

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • leguignolm (H) 04/11/2017 17:32 X

    Camarade dictateur (H), je comprends bien le degrés de ta désolation mais chasse que les voix de la réussite sont tellement nombreuses à tel sorte qu'on ne doit pencher à cette solution de stérilité! Du courage!

  • leguignolm (H) 04/11/2017 13:39 X

    Le cas de la Mauritanie c'est quand les uns ont l'ambition de créer un pays unique à eux et que quelque soit les sacrifices à payer tandis que les autres ont ambitions une nation dont composée des toutes de ses ethnies. Nos idéologues ont des ambitions différents, il est tout fait normal qui fait naitre d'une telle éducation!

  • habouss (H) 04/11/2017 12:30 X

    @Foutatoro, il n’y a pas de mal en soi a l’arabisation mais seulement qu’elle ne soit conduite contre les populations d’un même pays. Le drame est que les plus grands perdants dans cette affaires sont ceux qu’on croyait favoriser par cette arabisation à outrance. A l’arrivée l’éducation moderne a disparu de toute la Mauritanie profonde et comme disaient les sbires du sinistre Taya « il n y a pas un pays au monde où peuvent étudier notre population hassonophone » quel dommage !h

  • dictateur (H) 04/11/2017 00:24 X

    Mieux vaut être stérile que d'avoir des enfants qui intégreront l'école Mauritanienne. Tchipiri

  • foutatoro (H) 03/11/2017 20:30 X

    Bon diagnostic. Mais cher ami, l'école mauritanienne n'est malade que d'un virus mortel.... L'arabisation errante, médiocre complexée et à outrance. C'est tout.