13-12-2017 14:10 - Le mystère du vénérable vieillard

Le mystère du vénérable vieillard

Sahara Medias - « Chaque vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle » dit l’adage. Un vieillard disparaîtra dans quelques jours, celui que les mauritaniens voyaient depuis 1974, en filigrane sur les différents billets de banque de leur pays.

Il est arrivé et repartira sans que beaucoup de monde ne sache quelque chose le concernant. Un mystère qui aura duré plus de quatre décennies et dont on révèle un pan aujourd’hui.

Autour de l’effigie de ce vieil homme, beaucoup de supputations mais jamais d’explications de la part des autorités, ni celles qui en ont été à l’origine et encore moins celles qui se sont succédées après elles.

L’histoire de ce vénérable vieillard date de 1974, par un concours de circonstance pourrait-on dire, lors d’une visite effectuée par le gouverneur de la banque centrale de l’époque, frère cadet du président Mokhtar O. Daddah et actuel président du RFD, Ahmed ould Daddah, à l’île sénégalaise de Gorée.

Lors d’une escale à Dakar, en route pour l’Allemagne où devait être imprimer la nouvelle monnaie mauritanienne après celle qui l’a été en Algérie, Ahmed O. Daddah, décide de visiter l’île de Gorée naguère point de départ de la traite négrière vers l’Amérique.

En empruntant la voie des artistes, dans cette île symbole, l’attention du gouverneur de la banque centrale de Mauritanie fut attirée par un tableau représentant un vénérable vieux derrière lequel se trouvait un jeune homme à la fleur de l’âge, aux traits des hommes du Sahara mauritanien.

Ahmed O. Daddah qui avait reconnu, à travers ce tableau des traits qui lui sont familiers de l’autre côté du fleuve, décida alors de l’acquérir et de l’amener avec lui en Allemagne.

Sur place, et au moment de la conception des futurs billets de banque, le gouverneur de la BCM demande que la photo du vieil homme soit découpée et mise en filigrane sur la monnaie.

Mokhtar O. Daddah à l’époque avait refusé que sa photo soit portée sur la monnaie nationale, celle-ci appartenant à tous les mauritaniens ne doit porter que ce qui les réunit dans l’avenir et qui ne s’identifie à aucune région ou composante du pays.

Ce tableau est l’œuvre d’une artiste française, Mirto Deparde qui avait visité le Niger, la Mauritanie et le Mali et gardé l’image des hommes du Sahara ou les hommes bleus dont elle avait apprécié leur noblesse et leur mystère.

Elle a su garder le secret et la précision de leurs traits qui ont inspiré toutes ses œuvres depuis 1937 jusqu’à sa mort en 1983. Elle avait exposé ses tableaux dans 50 expositions à Nouakchott, Dakar, Bamako, Abidjan et Paris.

Elle exposait aussi chaque année ses tableaux à l’île de Gorée où l’avait rencontré, pour la première fois, le gouverneur de la banque centrale de Mauritanie en 1973.

Une rencontre au cours de laquelle il avait acheté le tableau qui délivrera à la monnaie de ce pays, à peine sorti de la zone franc, une identité ou mieux, une spécificité qui a constitué pendant longtemps un mystère pour les mauritaniens.

Le mystère du vénérable vieillard



Mirto Deparde est née en 1900, dans une petite localité française dans l’Elbe, appelée Treciglio.

Fille d’un prêtre, elle avait séjourné plusieurs années en Algérie avec sa famille avant de se rendre au Sénégal où la famille se fixera pour des raisons professionnelles.

Cette proximité de la région permettra à l’artiste de se rendre dans plusieurs régions habitées par « les hommes bleus » comme les appelaient à l’époque certains occidentaux en référence à leurs turbans et la couleur de leurs peaux différente des autres.

L’artiste française est morte le 30 octobre 1983 à Paris après avoir consacré la plus grande partie de ses œuvres aux hommes du Sahara et à la culture des peuples qui en sont originaires.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 6
Lus : 3125

Commentaires (6)

  • nabuchodonosor (H) 14/12/2017 08:31 X

    Article très partisan de Saharamédia qui cherche à défendre l'indéfendable! En quoi, l'image de ce vieillard est sacrée? Le manque de professionalisme et le léche-bottes comme comme ligne éditoriale. C'est vraiment triste!

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 13/12/2017 19:20 X

    Sous moctar Ould daddah , nous avons eu le gouvernement le plus médiocre de l’histoire de Mauritanie ( guerre du Sahara, discrimination ,esclavage…etc) . Ahmed Ould Daddah ancien gouverneur de la BCM est l’homme aussi qui a causé le plus de tort à la BCM par sa gestion pour lui c’est l’intérêt tribal qui passe avant tout. C'est fini tout ça, depuis que MOHAMED Ould ABDEL AZIZ est au pouvoir notre gouvernement a une dimension marquée par la compétence et le renouvellement, une vraie équipe d'experts plus que de politiques. VIVE AZIZ ET VIVE LA NOUVELLE MAURITANIE

  • ElArbi3 (H) 13/12/2017 16:12 X

    Quel racisme. Vous auriez pu dire ou citer Hampaté Bâ quant à la citation de la bibliothèque qui brûle. Sahara médias des chorfas, mon....

  • ahznar (H) 13/12/2017 15:35 X

    Ce raisonnement ne tient pas debout. A goree où a ete cet ex president il y avait aussi d'autres photo noires,métissées. Si cet ancien gouverneur voulait comme le dit tristement l'article il pouvait acheter une photo métissee ( il y en a jusqu'ici au musée de gorée beaucoup de photos avec historiques) pour representer la diversité culturelle de la Rim. Non ceci ne tient pas debout. Du reste on a pas besoin de photo humaine dans nos billets. Y a autre chose de plus symbolique. Il fallait lancer un concours.

  • bleil (H) 13/12/2017 15:09 X

    Très joli symbole d’un pays plein d’histoire … terre des hommes, brassage culturel intense d’une population on ne peut plus paisible ! Ahmed Ould Daddah est de la trempe de ces hommes bleus du désert, à la fois nobles et une mystérieuse aura … c’est un homme cultivé, talentueux et vivant de manière intense l’idéal d’une Mauritanie réconciliée … Un homme du terroir, à la fois heureux et d’une politesse quasi mystique, qui en impose par son rôle et le talent de quelqu’un de bien dans sa peau ... « A cheval donné on ne regarde pas les dents ».

  • Esprit Critique (H) 13/12/2017 14:48 X

    Cette histoire n'est pas credible n'a pas de sens selon moi.C vieillard ressemble a un vieux maure.Ils ont voulu donner une identite maures a nos billets seulement c'est pourquoi ils l'on choisit.On sait comment raisonne les hommes de ce pays