17-01-2018 07:00 - Disparition de Moussa Diagana : Signature perdue, le deuil (Par Bios Diallo)

Disparition de Moussa Diagana : Signature perdue, le deuil (Par Bios Diallo)

Traversées Mauritanides - Le monde des lettres a l'âme en berne. La mort, l'imparable rochet a posé à jamais ce jour la signature de Moussa Diagana.

Intellectuel humble, d'une culture qui force le respect, Moussa a marqué les esprits par la finesse et l'engagement de son écriture. Je découvre le dramaturge chez feu Ousmane Moussa Diagana, son alter ego en bien des genres, début des années 1990 alors que je faisais mes débuts dans l'écriture et la presse. Je trouve en lui un aîné, un mentor.

La légende du Wagadu vue par Sia Yatabéré (Prix du théâtral interafricain de RFI en 1988 et qui sera joué sur plusieurs scènes et porté à l'écran par Dani Kouyaté sous le titre Sia, le rêve du python et aura le Prix spécial au Fespaco), Targuiya, Un quart d'heure avant..., toutes pièces publiées chez Lansman (1994, 2001, 2005), sont des écritures éclairantes et audacieuses.

Regards d'un homme qui n'attend des signatures que la transmission sans sentimentalisme. Le Wagadu, la Palestine, Targuiya, rive de terres touarègues, s'arriment à la "légende d'une vérité" (dixit Williams Sassine), celle de nommer, dire en auteur LIBRE !

Moussa quitte nos yeux, mais nous trouverons le réconfort dans la relecture constante de ses œuvres qui lui survivront : le deuil un lien.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 3018

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • bleil (H) 17/01/2018 15:51 X

    Un homme d'influence, grand intellectuel parmi les oubliés du pays de la médiocrité et de l'ingratitude envers les personnes ressources qui ont quelque chose d'intéressant à dire ... Allah Yarehmou, mes condoléances à Awa Barry, à sa famille, à Moussa Ould Ebnou et à tous ceux qui connaissaient Moussa Diagana !

  • citoyenouldmauritanie (H) 17/01/2018 11:23 X

    Mes condoléances à toute la communauté littéraire et tous les volontaires qui font revivre nos cultures quelles quelles soient. Paix à son âme ! Qu'Allah lui ouvre les portes de son Paradis éternel.

  • lass77 (H) 17/01/2018 07:25 X

    La Mauritanie perd un des ses illustres homme de culture, de lettres et intellectuel. Qu'Allah l'accueille dans son paradis.