22-03-2018 12:12 - Conflits et sécheresse: 124 millions de personnes à la merci d'une famine en 2017 (ONU/UE)

Conflits et sécheresse: 124 millions de personnes à la merci d'une famine en 2017 (ONU/UE)

SWI - L'intensification des conflits et la sécheresse persistante dans plusieurs régions du monde ont fait grimper à 124 millions le nombre de personnes jugées à la merci d'une famine à la fin 2017. Il s'agit d'une augmentation de 15% comparé à l'année précédente.

Au premier rang des pays touchés par une situation de faim "aiguë", figurent des pays engagés dans des conflits ou en situation de "grave insécurité", comme "le Yémen, le nord du Nigeria, la RD Congo, le Soudan du sud et le Myanmar", souligne le "rapport mondial sur les crises alimentaires 2018" publié jeudi par l'Union européenne, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM).

Par ailleurs, en Afrique orientale et australe, la "sécheresse persistante a également joué un rôle majeur", souligne le rapport, "entraînant des réductions consécutives des récoltes dans des pays déjà confrontés à des niveaux élevés d'insécurité alimentaire".

En 2016, le même rapport avait estimé à 108 millions le nombre de personnes dans le monde confrontées à une insécurité alimentaire grave, et en 2015 à 80 millions.

Cette année, les conflits et l'insécurité resteront "probablement les principales causes de crise alimentaire", touchant l'Afghanistan, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, le nord-est du Nigeria, la région du lac Tchad, le Soudan du sud, la Syrie et le Yémen, ainsi que la Libye, et le Sahel central (Mali et Niger).

La plus grande crise au Yémen

Selon le document, le Yémen continuera d'être "le pays confronté à la plus grande crise alimentaire au niveau mondial". La situation devrait même "se détériorer" en raison "de l'accès restreint, de l'effondrement économique et des épidémies", souligne le rapport.

En Afrique, l'impact de la sécheresse sur les cultures vivrières et le bétail augmentera aussi l'insécurité alimentaire dans les zones pastorales de la Somalie, le sud-est de l'Ethiopie, l'est du Kenya, ainsi que les pays d'Afrique de l'ouest et du Sahel, tels le Sénégal, le Tchad, le Niger, le Mali, la Mauritanie, et le Burkina Faso.

Seul répit, en Afrique australe, une amélioration est prévue grâce à l'augmentation de la production céréalière en 2017 et à la baisse des prix des denrées alimentaires. "Nous avons une obligation morale de faire mieux, et nous avons les outils et le savoir pour y parvenir.

Nous devons briser les murs qui séparent depuis trop longtemps les acteurs de l'aide humanitaire et ceux du développement"
, indique Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU, cité dans le rapport.


Au premier rang des pays touchés par une situation de faim "aiguë", figurent des pays engagés dans des conflits ou en situation de "grave insécurité", comme "le Yémen, le nord du Nigeria, la RD Congo, le Soudan du sud et le Myanmar, selon le rapport (photo symbolique). Keystone/AP/FARAH ABDI WARSAMEH (sda-ats)



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 948

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • cccom (H) 22/03/2018 12:56 X

    Les nouvelles technologies de déssalement de la mer par l’énergie renouvelable abondante peut sur simple volonté politique courageuse du pouvoir transformer des immenses surfaces des Wilayas du Nord de la Mauritanie en cultures de palmiers, ,blé, légumes, fruitiers , aliments de bétail pour nourrir l’Afrique de l’Ouest et le Maghreb .à des coûts inférieurs à la recherche de la charité des pays occidentaux incitée par cet article. Potentiel que l’ordre économique Mondial qui veuille à notre pauvreté et dépendance nous empêchera de valoriser : ö vieille arme efficace de la guerre alimentaire. qui nous empêche d’avancer depuis les années 70 cheikhany_ouldsdina@yahoo.fr