08-05-2018 15:51 - Mauritanie: une campagne de boycott cible la filiale de Maroc Telecom

Mauritanie: une campagne de boycott cible la filiale de Maroc Telecom

Le360 - Une campagne de boycott via les réseaux sociaux cible Mauritel, la filiale mauritanienne de Maroc Telecom. Pour le slogan, ils ont choisi: «khallouha tevliss : Laissez-la faire faillite». Derrière le mécontentement des clients de Mauritel, la qualité du service et les tarifs jugés élevés.

Les Mauritaniens ont manifestement ras-le-bol des services de Mauritel, filiale mauritanienne de l’opérateur Maroc Telecom. Las de ne pas trouver de solutions auprès de l’opérateur, désormais, ils préfèrent appeler au boycott de ses services.

Ainsi, une campagne de boycott a été lancée sur les réseaux sociaux et cible Maroc Telecom. Avec le slogan «Laissez-la faire faillite», les activistes, dont essentiellement des blogueurs et des usagers de facebook, affichent leur volonté de faire payer à l’opérateur télécom «ses services médiocres facturés à des prix élevés».

Abou Sow, usager du mobile à Sebkha, banlieue sud-ouest de Nouakchott, se plaint «de chutes fréquentes de réseau». Et dans certains quartiers périphériques de Nouakchott, à l’image du PK7, accéder à l’internet avec le réseau Mauritel relève de l’exploit.

«Avec une connexion ADSL défaillante, je paie une facture de 15.000 ouguiyas, soit 38 euros environ. Et au lieu des 2 gigas octet, je me retrouve avec à peine 0,5 Go. Par ailleurs, les pannes de l’ADSL sont très fréquentes et bénéficier d’une intervention des services de dépannage est un véritable parcours de combattant», déplore un usager des services Mauritel.

Selon certains usagers, une fois la panne signalée, les équipes de dépannage mettent plus d’une semaine avant de se présenter alors que l’entreprise assure intervenir dans les 48 heures au plus tard après le signalement d’une défaillance.

L’une des premières conséquences de cet appel au boycott mesurable est la perte de près de 20.000 likes en quelques heures sur la page facebook de l’entreprise.

Cet appel au boycott intervient après de multiples sanctions pécuniaires infligées par le régulateur aux trois opérateurs du secteur des télécoms. Seulement, ces derniers préfèrent payer de lourdes amendes plutôt que d’investir dans l’amélioration de la qualité du service à la clientèle. Une situation qui a fini par pousser les usagers à accuser l’Autorité de régulation de «complaisance» vis-à-vis des entreprises du secteur en se contentant d’encaisser des amendes, au lieu de forcer les trois opérateurs –Mauritel, Mattel et Chinguittel- à investir dans des infrastructures à même de contribuer à l’amélioration des performances des réseaux de téléphonie et internet.

Le choix des usagers mauritaniens de la téléphonie mobile de démarrer leur campagne de boycott contre Mauritel s’explique par le fait que la compagnie est leader du marché en termes de clients, abonnés voix et internet (60% de parts de marché).

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 3
Lus : 1737

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • ELHAGHIGHA (H) 09/05/2018 11:24 X

    Boubou,tu es hors sujet,il s'agit bien d'un operateur qui ne s'acquitte de ses obligations vis à vis de ses clients et il mérite d'etre boycotté.

  • Marouane (H) 09/05/2018 08:47 X

    Il ya quelques mois, les abonnés Mauritel, avec 50 N-UM, pouvaient bénéficier de 500 MB Internet qui duraient infailliblement 3 jours. Aujourd’hui, Mauritel continue de miroiter à ses abonnés la même publicité pour le GRATINET mais les 500 MB s’évanouissent, le plus souvent, en moins de 10h d’utilisation de ce service. Il semble que la société incriminée a tout simplement modifié la clef de facturation sans aviser les consommateurs. C’est en tout cas, la mésaventure que les abonnés de Mauritel sont actuellement en train de vivre. D’ailleurs nombre d’abonnés de cette société ont été induits à faire appel aux autres opérateurs de téléphonie pour le service Internet. En effet, les abonnés de Mauritel sont très en colère pour la simple raison que la tendance actuelle est de s’acheminer vers la gratuité de l’Internet. Alors comment expliquer qu’un opérateur aussi avisé que Mauritel puisse commettre une telle bévue ? Il est vrai qu’en Mauritanie, les consommateurs ne sont généralement pas rationnels mais les dépenses pour les communications téléphoniques sont devenues quasiment incompressibles ; ce qui fait qu’elles sont forcement budgétisées. Dans ces conditions, il revient à l’Autorité de régulation de marquer le pas, et de prendre, sans délais, les mesures qui s’imposent pour situer la responsabilité des uns et des autres dans la dégradation flagrante du service GRATINET qui continue d’être porté par une publicité mensongère.

  • boubou_kibili (H) 08/05/2018 16:25 X

    Chers blogueurs je pense que serez bien plus efficaces de lancer plutôt un boycott contre l'Union Pour Rien (UPR) et son parrain qui ont pris votre pays en otage et le conduisent tout droit au Chaos dont personne s'y survivra. Le reste n'est que diversion et manipulation.