19-05-2018 07:00 - Mauritanie/Santé : Mesure officielle qui vise à suspendre les salaires des grévistes

Mauritanie/Santé : Mesure officielle qui vise à suspendre les salaires des grévistes

Tawary - Le ministre mauritanien de la santé, Pr Kane Boubacar a rendu public, ce vendredi 18 mai, une circulaire dans laquelle il demande à tous les Directeurs régionaux des affaires sociales (DRAS) et directeurs généraux des hôpitaux publics d’appliquer la loi sanctionnant tous les médecins et spécialistes qui ont répondu au mouvement de grève lancé par le syndicat de la santé.

Ceci dit que les grévistes seront victimes d’une suspension de salaire, selon le document. Dans la circulaire dont l'Agence Tawary d'Informations a reçu une copie, le ministre a insisté à ce que la loi sanctionnant tout fonctionnaire en abandon de poste de façon irrégulière soit appliquée avec rigueur.

Le ministre a dans la note haussé le ton en exhortant les responsables des DRAS et hôpitaux de faire un recensement exhaustif du personnel en situation irrégulière qui sera sanctionné.

Selon le document, les médecins et spécialistes grévistes n’ont pas respecté la loi autorisant le droit de gréve parue en 1971.

Nous rappelons les médecins et spécialistes en service des principaux centres hospitaliers de Nouakchott et de l'intérieur sont en gréve depuis un mois. Il s'agit là, d'un mouvement d’humeur qui a paralysé la plupart des services des hôpitaux. Les médecins réclament une hausse de salaires et des meilleures conditions de travail.

A en croire que ce mouvement de "révolte" de la part des fonctionnaires de la santé a semé la panique dans les rangs des patients et leurs parents , a-t-on constaté.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 2503

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • DocteurM (H) 19/05/2018 12:08 X

    Que vaudra la rétention ou même la suppression de ces salaires de misère ? Ce qu'il faut monsieur le Ministre et face à l'Incurie de votre équipe et votre refus dicté par Ould Abdel Aziz de négocier, c'est fermer les cabinets et les cliniques médicaux ou mieux encore empêcher les mauritaniens de tomber malade. Votre attitude est ridicule, elle est méprisante envers de gens de bonne foi au labeur depuis des décennies sans rien demander. Il faut prier si vous le pouvez monsieur le ministre Ould Abdel Aziz de se ressaisir au moins au nom de ce mois sacré du Ramadan !

  • socrate (H) 19/05/2018 10:53 X

    Ces vampires n'ont même pas besoin de leurs salaires vu qu'ils sont tous dans le privé où ils engrangent des sommes colossales. Ils sont une honte pour la profession, aucune déontologie, argent avant tout c'est ça leur devise. Si le secteur public de la santé est aussi médiocre ce n'est pas seulement la faute de l'État mais ceux qui étaient censés l'améliorer ont failli à leur mission primaire : Soin avant les sous.