23-05-2018 13:15 - Mauritanie: le gouvernement suspend le salaire des médecins grévistes

Mauritanie: le gouvernement suspend le salaire des médecins grévistes

RFI - En Mauritanie, la grève des médecins spécialistes risque de se durcir. Depuis près d'un mois, les praticiens du secteur public ont suspendu leur travail.

Ils réclament notamment la gratuité des soins pour les patients ou des augmentations salariales. En réponse, le gouvernement a annoncé qu'il suspendrait la paie des salaires des médecins grévistes.

Une circulaire du ministère de la Santé a été émise la semaine dernière et lundi, les chefs de service des hôpitaux ont dû transmettre la liste des grévistes. Une mesure qui ne fait pas fléchir la détermination des syndicats.

"On est en grève, mais on assure les urgences et le service minimum. Avec cette décision, on ne sait pas si on est obligés, si on est tenus d'assurer le service minimum et les urgences", explique Docteur Mohammed ould Dahya, le président du syndicat des médecins spécialistes de Mauritanie

Par RFI



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 3
Lus : 2112

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • youssouf123 (H) 25/05/2018 15:24 X

    Le Président est très certainement mal conseillé et/ou mal renseigné. Quoi qu’il en soit, en suspendant le paiement les salaires, il joue avec le feu comme l’a fait son prédécesseur pour n’avoir pas comprend certains signaux. On pense toujours que certaines choses n’arrivent qu’aux autres. Dommage que dans ce pays, pour vivre il faut avoir raté ses études ou n’en avoir jamais fait, avoir fait la politique du gouvernement et applaudi des mains et des pieds. Au premier rang, se trouvent les Mounafiquines. Si jamais vous réussissez vos études et que vous n’applaudissez pas, que vous n’êtes pas un Mounafiq vous serez condamné(e)s à chercher à survivre tout au long de votre vie professionnelle. Ne parlons pas de la retraite, ce triste parcours, complexe, aux multiples incertitudes.

  • kalidou gueye (H) 23/05/2018 15:58 X

    De l'huile sur le feu.

  • doudou19 (H) 23/05/2018 13:59 X

    Je ne souhaite pas cette mesure extrémiste. Si elle s'avère vraie, la Mauritanie est sur une mauvaise piste et ce sera le début d'une révolution que le pays n'a jamais connue. Je ne le souhaite pas. Le Président de la République doit prendre les choses en main pendant qu'il est temps. Il doit savoir également que son gouvernement n'est pas sur sa ligne de conduite.