27-05-2018 07:45 - Faits divers… Faits divers… Faits divers…

Faits divers… Faits divers… Faits divers…

Le Calame - Scène macabre à l’extrême-Est

La criminalité n’est plus l’affaire, nous l’avons déjà souligné, des grandes villes. Ce que les habitants des bourgs, villages et campements éloignés de Nouakchott entendaient ou lisaient dans les colonnes des journaux et croyaient irréel se déroule, désormais, sous leurs yeux. Le crime peut désormais sévir en toute contrée perdue et les gens commencent à vivre sous le régime de l’insécurité…

Néma, la capitale du Hodh Ech-Charghy, n’est plus épargnée. Il y a trois ans, un sadique y sema la terreur, en violant plusieurs victimes, surtout des fillettes, avant d’être coffré ; l’année dernière, un homme y tua sauvagement l’amant de sa femme, et c’est à peu près tout…

Mais, le Jeudi 17 Mai, les voisins d’une petite maison située dans un quartier périphérique sont réveillés, vers quatre heures du matin, par les pleurs et cris des enfants. On accourt aussitôt et c’est la macabre découverte d’un cadavre découpé en morceaux, baignant dans une mare de sang.

Entre pleurs et cris, les enfants informent les nouveaux venus. Sous le coup d’une violente colère, leur père, El Mehdi Ould El Khal, a assassiné leur mère, Nana mint Babe, avant de la découper en morceaux, sous leurs yeux, en les menaçant de les tuer, s’ils bronchaient. Puis il disparaît.

Les autorités se rendent sur place pour établir le constat. La police commence à traquer le meurtrier. On perd sa trace avant de la retrouver trois jours plus tard. La gendarmerie entre alors en scène car le fugitif a fui loin de la ville. Samedi 19, il est arrêté aux environs d’Achemim, à douze kilomètres à l’Est de la ville.

Il est aussitôt conduit au commissariat de police de Néma. Depuis, la foule y campe en face, toute la journée. La reconstitution du meurtre a eu lieu à une heure tardive de la nuit pour éviter les curieux. L’assassin sera déféré au Parquet dans les jours à venir.

La bande de Ten Soueïlim

Le quartier Ten Soueilim fut un point chaud de la délinquance et du crime. Beaucoup de grands récidivistes de Nouakchott y ont fait leurs premières armes, comme le fameux Brahim Bazin, Yacoub Thioub, Ould Moguéya ou Verra qui furent des petits voyous de ce populeux quartier où prospérèrent quelques-uns des premiers réseaux pervers et autres maisons closes. Les lieux de jeux de hasard y pullulaient…

Mais, depuis quelques années, on y voit baisser considérablement le taux de criminalité. Car c’est le seul quartier ou les commissariats de police ne sont jamais séparés de plus d’un kilomètre.

La toute récente campagne sécuritaire menée par les autorités y est aussi probablement pour quelque chose… Malgré cela, l’insécurité tente de s’y réinstaller, en dépit des patrouilles continues de la Garde, la gendarmerie et la police.

Depuis deux semaines, une bande de jeunes voyous armés de couteaux y sévit notamment, faisant de nombreuses victimes, comme A. B., un jeune élève qui marchait paisiblement, un soir vers vingt-et-une heures, sur l’axe central, non loin du fameux palmier de Ten Soueïlim, quand il se retrouva entouré de quatre « djenks », nimbés d’une forte odeur de haschisch.

Sous les yeux apeurés des passants, le voilà immobilisé, menacé de mort, s’il crie ou se défend, puis délesté de son portable et de son argent. Un peu plus loin, c’est au tour d’un vieil homme de subir le même sort, sans que nul, encore, n’ose intervenir.

Les bandits parcourent ensuite les rues intérieures du quartier, y braquant d’autres passants sans inquiétude. Plusieurs plaintes et déclarations ont été déposées auprès des autorités, sans suites, à ce jour. La bande sévit donc toujours et les citoyens n’osent plus sortir la nuit.

Mosy



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 2031

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)