27-05-2018 09:29 - La haute fonction publique: la circulaire de la discorde

La haute fonction publique: la circulaire de la discorde

Rimeco - La circulaire du Premier Ministre Yahya ould Hademine diffusée la semaine dernière et visant à mettre fin aux indemnités que percevaient les secrétaires généraux en leur qualité de président de comité de pilotage des projets sous leur tutelle a provoqué le courroux des fonctionnaires de la haute fonction publique.

Erreur de casting, recherche de l’équité sociale, ou tout simplement un nouveau cran d’austérité. En tout cas, la mesure divise. Et ce au moment où les fonctionnaires de la santé battent le pavé depuis près d’un mois en quête d'une revalorisation des salaires.

Pour A. L secrétaire général qui a requis l’anonymat, cette mesure risque <> . De son côté , M .M expert comptable, "pense que les secrétaires généraux doivent opposer un niet catégorique à la suppression de ces indemnités, qui dit-il, les préservent de la corruption."

Il est à noter, que dans le cadre de la réforme des marchés publics en cours et son corollaire de déconcentration des commissions internes de marchés à l’échelle même des établissements publics, les secrétaires généraux des ministères ont été dépouillés de leur casquette de président de commission des marchés internes.

Ainsi, ils passent du statut d’acteurs à celui de spectateurs. Qui dit mieux. On rappelle qu’en moyenne l’indemnité perçue par projet oscille entre 40.000 et 60.000 par mois de la monnaie rebasée soit 400 mille et 600 mille de nos anciennes ouguiyas.

Enfin, il convient de signaler que la masse salariale des fonctionnaires pèse chaque année de manière conséquente sur le budget de l’Etat. En 2018, les dépenses de personnel dans la fonction publique atteignent ainsi la bagatelle de 142 milliards, soit près du quart de la dépense publique.

Une chose est sûre, il est temps de réformer ce système de rémunération qui crée des tensions et des convoitises au sein de la haute fonction publique. Tout comme, il pose aussi le problème de la sincérité du budget parce qu’on n’a pas de traçabilité par rapport à ces importants montants.

Fall Mohamed



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Rimeco
Commentaires : 3
Lus : 3762

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • ministre (H) 28/05/2018 10:41 X

    C'est le cas pour les institutions qui ont des statuts spéciaux en termes d'avantages. L'Etat viole à sa maniére les droits des travailleurs. Au lieu d'annuler les gratifications et les quelques avantages, il faut moins réduire ça. Mais d'un coup, couper tout c'est radical/ L'Etat doit revoir cet état de ait car les gens vont vers les élections et cela ne restera sans conséquence.

  • Selmedine (H) 27/05/2018 16:57 X

    Il est tout à fait opportun de se demander que realise-t-ont des budgets de fonctionnement gérés par les SG .Un budget qui n'a pas d'objectifs cĺairs et dont les résultats d'exécution ne sont pas clarifiés.De quel performance peut ont parler .Les budgets des différents départements ministériels des Epa ,Épicé et plusieurs sociétés publiques sont distribues bénévolement et inequitablement entre une mafia de fonctionnaires et d'employés sans une contrepartie aux citoyens de notre pays .

  • diambarardo (H) 27/05/2018 09:42 X

    Le premier ministre a raison sur cette question. Une indemnité doit être justifiée par un travail réel effectué. Or dans cette affaire les SG se contentent de collecter des fonds auprès d'entités et de structures pour lesquelles ils s'acquittent d'aucune fonction. Il est dans l'intérêt des populations que ces ressources soient investis dans les projets dont ils sont soustraits des budgets.