31-05-2018 12:11 - Mauritanie: le gouvernement accentue la surveillance des mosquées

Mauritanie: le gouvernement accentue la surveillance des mosquées

RFI - En Mauritanie, le gouvernement entend bien surveiller ce qui se dit dans les mosquées notamment en ce mois de ramadan où des dérapages ont été constatés dans certains lieux de culte.

Ce fut le cas à Nouakchott, à la mosquée de Dar Naim où un imam a été destitué pour avoir tenu des propos violents et extrémistes dans ses prêches. L’imam de la mosquée de Dar Naim n'a pas respecté les consignes de la direction des mosquées qui recommandent aux imams d'éviter toutes formes de violences dans leurs prêches.

Tout en désapprouvant les propos de l'imam, certains leaders religieux, comme le Cheikh Bacar Ould Bacar, chef des chiites de Mauritanie, se montrent sceptiques sur cette politique du gouvernement : « Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de surveiller ce qui se dit dans les mosquées dès lors que cela concerne l’islam, que cela concerne la culture islamique.

Mais dès lors qu’il y a quelqu’un qui diffuse des discours extrêmes qui sèment la division, qui sèment le désordre, là, les autorités doivent prendre des dispositions ».

Pour le Cheikh Bacar Ould Bacar, les dérapages n'ont rien à voir avec la pratique chiite. Le chef des chiites de Mauritanie affirme qu'il prône un islam tolérant, un islam qui cohabite avec les sunnites : « J’ai rencontré la majeure partie des imams religieux de Mauritanie. J’ai demandé à tous ces érudits : est-ce qu’ils attestent qu’il n’y a de dieu qu’Allah, qui n’a de prophète que Mohammed et l’imam, après Mohammed, c’est Ali ? Ils ont tous dit oui ».

Une source du ministère des Affaires islamiques affirme qu'il n'est pas question de tolérer le moindre extrémiste dans les 1 200 mosquées de Nouakchott.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 4
Lus : 3320

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • lass77 (H) 02/06/2018 09:24 X

    Y'en a marre des ambiguités et surtout des diversions.

  • leguignolm (H) 31/05/2018 17:49 X

    Je vous jure que le gouvernement doit mediter sur le cas de ce soi disant ministre porte parole du gouvernement alors qu,il n,est rien autre qu,un tisseur de la haine entre les gens.

  • YEHESS (H) 31/05/2018 12:56 X

    Bacar Ould Bacar, fidèle que tu es à votre foi déviée de l'Islam, qui vous donne le droit en étant Chiites de tromper, d'insulter et même de faire atteinte à la vie des Musulmans, tu as fabriqué un mensonge dans ce mois béni du Ramadan. Aucun Imam musulman sunnite ne peut dire que l'imam après Mohamed(PSL)est Ali. Après le Prophéte vient Aboubekr, puis Omar, puis Outhmane et Enfin Ali. Et nous sommes tenus en tant que Musulmans d'admettre que les califes sont exactement dans cette ordre s'agissant de leur importance ,du respect que nous leur devons et de leur mérite.

  • habouss (H) 31/05/2018 12:40 X

    Toujours cette ambiguïté qui frôle la langue de bois ! Il faut dire clairement qu'il s'agit de la fermeture d'une mosquée chiite. Sinon pour le langage extrémiste c'est le dada à quelques rares exceptions dans nos mosquées; que dire des tentatives de promulgations des lois sur l'obligation de la prière, il s'agit de quoi, si ce n'est de l'extrémisme ? Ce qui est étonnant c'est l'attitude du correspondant de RFI qui se plait dans cette ambiguïté.