18-06-2018 13:51 - Le beau-frère du roi d'Espagne, Iñaki Urdangarin, incarcéré

Le beau-frère du roi d'Espagne, Iñaki Urdangarin, incarcéré

Romandie News - Le beau-frère du roi d'Espagne, Iñaki Urdangarin, a été incarcéré lundi après sa condamnation pour détournement de fonds à cinq ans et 10 mois de prison, épilogue derrière les barreaux d'une affaire qui a terni l'image de la monarchie espagnole.

Ex-handballeur deux fois médaillé de bronze aux Jeux olympiques avec l'Espagne, le mari de l'infante Cristina s'est présenté vers de 08H00 (06H00 GMT) à la prison de Brieva, une localité située à une centaine de kilomètres au nord de Madrid, a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'administration pénitentiaire.

Comme les autres condamnés en liberté, Urdangarin, 50 ans, a pu choisir lui-même l'établissement dans lequel effectuer sa peine à condition de s'y rendre volontairement.

La prison choisie par le beau-frère de Felipe VI est un petit établissement d'une capacité d'accueil de 162 personnes, réservé principalement aux femmes mais disposant d'un pavillon pour les hommes, qui était jusqu'à son arrivée inoccupé.

Après sa condamnation en appel mardi, la justice lui avait donné jusqu'à lundi soir à minuit (22H00 GMT) pour se rendre en prison.

Le feuilleton judiciaire entamé au début des années 2010 et qui a terni l'image de la monarchie espagnole se finit donc derrière les barreaux pour l'ex-"gendre idéal" de l'ancien roi Juan Carlos.

Urdangarin avait été condamné en première instance en février 2017 par le tribunal de Palma de Majorque (archipel des Baléares) à six ans et trois mois de prison pour avoir détourné entre 2004 et 2006 avec un associé des subventions attribuées à la fondation à but non lucratif Noos qu'il présidait.

Une peine légèrement revue à la baisse à cinq ans et dix mois en appel par la Cour suprême de Madrid.

Urdangarin dispose toujours d'un recours possible devant le tribunal constitutionnel, qui n'est toutefois pas suspensif pour les peines supérieures à cinq ans, selon la jurisprudence observée jusqu'ici par cette instance.

- Image de la monarchie ternie -

L'incarcération d'Urdangarin intervient alors que Felipe VI est en visite officielle aux Etats-Unis où il doit rencontrer le président américain Donald Trump mardi. Interrogée la semaine dernière après la condamnation d'Urdagarin, la maison royale s'était contenté de faire part de son "respect absolu pour l'indépendance du pouvoir judiciaire".

L'enquête impliquant Urdangarin avait démarré au début des années 2010, alors que l'Espagne s'enfonçait dans la crise économique.

Combinée à d'autres scandales concernant cette fois le roi Juan Carlos, comme un voyage au Botswana pour une partie de chasse à l'éléphant en 2012 ou ses relations avec une aristocrate allemande, cette affaire avait sérieusement terni l'image de la monarchie. Au point de précipiter l'abdication du roi en faveur de son fils Felipe en juin 2014.

Avant cette affaire, Urdangarin avait été durant 14 ans membre de plein droit de la famille royale. Du 4 octobre 1997, jour de ses noces somptueuses avec Cristina de Bourbon, jusqu'au 12 décembre 2011, date à laquelle il a été déclaré persona non grata au palais, écarté pour conduite "non exemplaire"...

Ecartés avec l'infante Cristina des cérémonies officielles, Urdangarin s'est vu retirer ensuite par le nouveau roi Felipe VI le titre de duc qui lui avait été concédé le jour de son mariage.

Le couple s'était installé en 2013 à Genève, loin des paparazzis, avec ses quatre enfants.

(©AFP / 18 juin 2018 10h28)





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 948

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • lass77 (H) 20/06/2018 06:59 X

    Bon exemple vous voyez mème dans les pays kouffars justice est rendue au nom des citoyens contrairement à nos pays dits musulmans où certains sont au dessus des lois. Sans commentaire.

  • Belphegor (H) 18/06/2018 17:43 X

    C'est ce qu'on appelle une justice digne de ce nom, aux antipodes des mœurs judiciaires dans nos républiques bananières ou elle est essentiellement un outil de pression, de persécution et de règlements de comptes au service des puissants.