21-06-2018 23:30 - Sénégal : Vers la naturalisation de 9000 réfugiés mauritaniens sur les 10000

Sénégal : Vers la naturalisation de 9000 réfugiés mauritaniens sur les 10000

Sud Online - Le Sénégal a célébré mercredi 20 juin, la Journée mondiale des réfugiés. S’exprimant lors de la cérémonie officielle tenue sur l’esplanade du mythique Monument de la Renaissance, le colonel Henri Diouf, secrétaire permanent du Comité national en charge de la gestion des rapatriés, réfugiés et des personnes déplacées du Sénégal a annoncé la naturalisation prochaine d’environ 9000 réfugiés mauritaniens sur les 10.000 vivants au Sénégal.

La question des réfugiés mauritaniens établis au Sénégal sera bientôt un vieux souvenir. Trente ans après leur arrivée au Sénégal, suite aux événements de 1989 qui avaient failli déclencher un conflit armé entre la Mauritanie et le pays de la Teranga, une nouvelle page dans l’histoire de ces réfugiés mauritaniens est sur le point de s’ouvrir.

En effet, s’exprimant mercredi 20 juin, lors de la cérémonie officielle marquant la Journée mondiale des réfugiés, le colonel Henri Diouf, secrétaire permanent du Comité national en charge de la gestion des rapatriés, réfugiés et des personnes déplacées du Sénégal a annoncé des avancées significatives concernant le dossier de ces personnes déracinées.

Dans son discours devant les responsables de la représentation du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (Hcr) au Sénégal et la communauté des réfugiés vivant au Sénégal qui s’est fortement mobilisée sur l’esplanade du mythique Monument de la Renaissance qui a abrité cette rencontre, l’officier supérieur des Armées sénégalaises a annoncé la disponibilité du Sénégal à régulariser ces derniers.

«Nous avons globalement des réfugiés issus de la Mauritanie qui sont là, depuis 1989. Ils étaient 40.000. Aujourd’hui, il ne reste environ que 10.000, en plus des 3000 réfugiés d’autres nationalités telles que la Centrafrique et le Rwanda… S’agissant des réfugiés de la Mauritanie, sur les 10.000 vivants aujourd’hui au Sénégal, 9000 ont exprimé leur désir d’acquérir la nationalité sénégalaise. Seuls quelques réfugiés ont exprimé le souhait de rentrer dans leur pays d’origine. Nous travaillons avec le Hcr pour donner la nationalité sénégalaise, pour les 9000» demandeurs, a affirmé le colonel Diouf.

Aussi a-t-il révélé l’adoption, par l’Etat, d’une nouvelle stratégie triennale 2018-2020 pour venir à bout des problèmes liés à la gestion des réfugiés notamment leur rapatriement volontaire, leur réinstallation vers d’autres pays tiers ou encore leur réintégration locale.

Prenant la parole à son tour, Mouhamadou Moustapha Thioune, directeur des Libertés publiques au ministère de l'Intérieur, a indiqué que le Sénégal a mis en place une politique de plus en plus favorable à la protection des réfugiés. Prenant ainsi le cas des Mauritaniens, il a informé qu’en 2011, l’Etat a délivré à ces derniers des «cartes d’identité réfugiée biométriques, sécurisées qui ont les mêmes spécifications que celles détenues par les Sénégalais». Poursuivant son propos, le directeur des Libertés publiques a également relevé que l’Etat travaille avec le Hcr pour voir les voies et moyens de production de nouvelles cartes ou de prorogation de la date de validité des anciennes cartes dont la date est arrivées à expiration.

Pour sa part Mbaye Diouf, directeur national du Hcr Sénégal, prenant la parole au nom de la Représentante régionale du Hcr, a salué la collaboration étroite entre le Sénégal et l’organisme onusien dans le cadre de la gestion des réfugiés établis au Sénégal. Cependant, dans son discours, il a prôné la diplomatie préventive dans l’espace Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) pour, dit-il, éviter les conflits, une des causes principales du déplacement des personnes.

Il faut souligner que cette journée a été aussi ponctuée par la prestation de l’artiste panafricaniste et compositeur, Didier Awadi, et beaucoup d’autres artistes-slameurs, membres de la communauté des réfugiés.

Nando Cabral Gomis




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2397

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • lejuste (H) 22/06/2018 14:23 X

    Duroowo et Lass77, les senegalais savent tres bien qui sont ces faux refugies. Ils sont senegalais qui s'etaient meles aux vrais refugies et les Nations Unis et les Mauritaniens savent bien le statut de ces gens et c'est pour cela que le Hcr ne s'occupe plus de leur probleme. Tous les refugies Mauritaniens sont rentres. Et le senegal veut mettre fin a ce cirque qui n'a que trop dure. Les Mauritaniens ne se laisseront pas envahir par une nuee de faux refugies.

  • duroowo (H) 22/06/2018 09:59 X

    Vraiment ce grave et grave le monde regorge des refugees pour toujours pour quoi les refugees Mauritaniens ne peuvent pas rester refugees pour toujours par ce que aussi etre refugees et non refugees sa ne change pas beaucoup de chose. Le gouvernment senegalais est a remercie certe mais aussi ce le gouvernment qui connait le mieux le probleme mauritanien. Les regimes chauvins en Mauritanie ce tout ce qu'ils cherchent depuis longtemps c'est ca qui a fait le depart force de Sidi lors que il dit haut et fort que les refugees Mauritaniens vont etre renterer dans leur pays. Les refugees Palestiniens sont la depuis la guerre de 1948 dans des camps changer au villes et villages mais toujours ils resteront Palestiniens donc pour quoi pas nos refugeesd encore. Vraiment le regime chauvin mauritanien va celebrer ces victoires a cause de cette nationalisation qui n'a pas de sense. Bravo pour les refugees qui ont refuses cette nationalite senegalaise ca ce n'est pas une solution la solution qu'aider la mauritanie a sortir dans ces tars d'ignorance de la haine contre le noirs.

  • lass77 (H) 22/06/2018 09:49 X

    Il ne faut pas qu'une satellite de l'ONU erige ces pratiques dans son systeme. Le Senegal ne doit pas cautionner ces genres de mesures : Ces refugiés sont mauritaniens , et doivent retourner et rester Mauritaniens également. J'ai l'impression qu'il y'a des calculs politiciens dans cette affaire car au moins ces refugiés seront des nouveaux votants pour les elections à venir.