29-06-2018 10:30 - ROSA et SUN-Mauritanie interpellent les Chefs d’Etat africains sur leurs engagements face à l’insécurité alimentaire

ROSA et SUN-Mauritanie interpellent les Chefs d’Etat africains sur leurs engagements face à l’insécurité alimentaire

L'Authentique - Quinze ans après Maputo et quatre ans après Malabo où les chefs d’Etat africains s’étaient engagés à faire de l’agriculture une arme pour lutter contre la faim, la pauvreté et les inégalités, l’insécurité alimentaire et la malnutrition continuent de menacer la vie de plusieurs millions d’Africains, selon le Réseau des Organisations sur la Sécurité Alimentaire (ROSA) et le Mouvement de la société civile SUN-Mauritanie, dans un communiqué largement distribué.

Au cours d’une conférence de presse animée ce jeudi 28 juin 2018, ROSA et SUN-Mauritanie comptent interpeler les Chefs d’Etat africains qui seront présents au 31ème Sommet de l’Union Africaine du 1er au 2 juillet prochain à Nouakchott, sur la situation critique de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le Continent.

Prenant la parole, M. Sarr Mamadou, président du Forum National des Organisations des Droits de l’Homme (FONADH), l’un des 13 ONG membres de ROSA, a résumé la situation catastrophique de la sécurité alimentaire et de la nutrition en Afrique, rappelant les engagements pris par les Chefs d’Etat lors du Sommet de Maputo en 2003 et celui de Malabo de 2014 de consacrer 10% de leurs budgets nationaux à l’Agriculture sur une période de 5 ans, de réduire la pauvreté, d’éliminer la faim d’ici 2025, entre autres.

Il a déclaré que le réseau compte profiter du 31ème Sommet de l’Union Africaine qui bat son plein à Nouakchott, en attendant le Sommet des Chefs d’Etat prévu les 1er et 2 juillet prochain, pour lancer un véritable plaidoyer face à l’insécurité alimentaire grandissante et la malnutrition qui sévissent sur le Continent. Il compte sur la même lancée, selon lui, rappeler à ces chefs d’Etat leurs engagements sur ce sujet.

Selon M.Sarr, "dès le mois de mai 2018, ROSA a tiré sur la sonnette d’alarme contre la faim qui menaçait les populations rurales de la Mauritanie, après deux saisons de pluie désastreuses". Il a déclaré que dans tous les pays où une telle situation sévit, les pays font appel à l’aide humanitaire d’urgence, sauf en Mauritanie où les autorités cachent l’existence de la crise alimentaire qui a commencé à décimer une partie du cheptel". Pire, il a souligné que l’aliment de bétail habituellement mis à la disposition des éleveurs à des prix subventionnés, a été confié à des commerçant spéculateurs qui ont triplé ou quadruplé les prix.

Idoumou Mohamed Lemine, éleveur à Aïoun, contacté par téléphone déclare que la tonne d’aliment de bétail qui se vendait entre 3.000 et 3.500 anciennes ouguiyas (300 à 350 nouvelle ouguiya) sont vendus aujourd’hui à 20.000 anciennes ouguiyas.

A son tour, M.Hamada Bneijara, Secrétaire général du Forum des ONG de la société civile SUN-Mauritanie, a souligné que l’insécurité alimentaire et la malnutrition frappe tous les pays de la région, dont la Mauritanie. Ces pays importent selon lui, 70% de leurs besoins alimentaires, face à l’insuffisance des investissements publics dans le secteur agricole et rural. Il a lié une telle situation à la mauvaise gouvernance malgré des programmes mis en place. Selon lui, les seuils de la malnutrition en Mauritanie ont atteint des taux inquiétants, + 2%, largement supérieurs aux seuils requis selon les normes de l’Organisation mondiale de la santé. Ces données du dernier SMART, enquête sur la nutrition menée par le Ministère de la Santé, n’ont pas déclenché la prise de mesures préventives qui auraient pu éviter les drames liés à la famine signalés dans certaines localités de l’Est du pays.

Quant à Lalla Aïcha Cheikhou Ouédraogo, Coordinatrice technique de ROSA, elle a déclaré que le réseau est composé de plusieurs ONG nationales et disposent de plusieurs antennes dans les régions du pays, soulignant que les sources ventilées par le réseau sont fiables, car de première main. Elle compte selon elle sur la société civile africaine, sur les experts et les délégués présents à Nouakchott ainsi que sur la presse nationale et internationale, pour informer les Chefs d’Etat, les partenaires et l’opinion sur le drame de l’insécurité alimentaire et la malnutrition qui menacent la vie de millions de personnes en Afrique.

En Mauritanie, ce serait entre 35 et 55.000 personnes qui seraient sous menace d’insécurité alimentaire. Sur les 100 millions d’euros de besoin exprimés, seuls 8 millions seraient jusque-là mobilisés. A signaler que la production céréalière a chuté de 52%, selon le Plan de réponse de la Mauritanie.

Cheikh Aïdara

-----

Communiqué de presse ROSA et SUN-Mauritanie

En Juillet 2003, pendant le Sommet de MAPUTO en Juin 2014 lors du Sommet de MALABO, Les Chefs d’Etats Africains s’étaient fermement engagés de faire de l’agriculture africaine une agriculture compétitive et moderne qui allait contribuer fortement à l’élimination de la faim, la réduction de la pauvreté et les inégalités.

Concrètement, les Chefs de d’Etats s’étaient solennellement engagés à :

• Consacrer au moins 10% de leurs dépenses publiques pour le développement agricole et rural, sur une période de 5 ans.

• Réduire la pauvreté et d’améliorer la sécurité alimentaire, grâce à la poursuite d’un taux de croissance agricole moyen annuelle de 6%.

• Renouveler l’engagement en faveur des principes et valeurs du PDDAA.

• Renforcer le financement des investissements dans l’agriculture (10% des ressources publiques) ;

• Eliminer la faim d’ici 2025 (doublement des niveaux actuels de productivité agricole).

• Réduire de moitié la pauvreté d’ici 2025, grâce à une croissance et une transformation inclusives de l’agriculture.

• Stimuler le commerce intra-africain des produits et services agricoles.

• Soutenir la résilience des populations en augmentant des moyens de subsistance et des systèmes de production en Afrique face aux aléas et autres risques liés au climat (au moins 30% des fermiers, éleveurs et pêcheurs résistent aux risques climatiques et météorologiques).

• Faire preuve de responsabilité mutuelle dans les actions et les résultats.

Plus d’une décennie après la déclaration de ces engagements, le Bilan sur les performances réalisées par les Etats reste mitigé. En Juin 2013, dix ans après le Sommet de MAPUTO :

• Aucune région de l’Afrique n’avait atteint l’objectif de la Déclaration de Maputo.

• Seuls 13 pays ont consacré, au moins une année, plus de 10% de leur budget à l’agriculture : Burundi, Burkina Faso, la République du Congo, l’Éthiopie, Ghana, la Guinée, Madagascar, Malawi, Mali, Niger, Sénégal, la Zambie, et le Zimbabwe.

• Sept d’entre eux avaient consacré sur plusieurs années plus de 10% de leur budget à l’agriculture : le Burkina Faso, l’Éthiopie, Guinée, le Malawi, le Mali, le Niger, et le Sénégal.

En Juin 2018, quatre ans après le Sommet de MALABO

• L’engagement pris par les dirigeants africains de consacrer au moins 10% de leur budget national à l’agriculture n’a pas suffi pour assurer la sécurité alimentaire

• L’Afrique devra continuer à affronter les obstacles pour son développement agricole en relevant la part des ressources publiques consacrées à l’élevage, en promouvant la recherche, le développement et la qualité du ciblage de l’investissement.

Au vu du contexte décliné ci-dessus, nous Organisations signataires constatons que :

• L’insuffisance du respect des engagements pris aussi bien à MAPUTO qu’à MALABO et les pertes de ressources financières importantes associées à la corruption, aux flux financiers illicites et l’exploitation illégale des ressources naturelles, ont empêché l’agriculture africaine d’être un moteur catalyseur d’un développement qui élimine la faim, réduit la pauvreté et l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

• L’Afrique continue d’importer sa nourriture exhibant une balance agricole déficitaire qui traduit globalement la faible productivité de l’agriculture africaine.

• En Afrique subsaharienne, la prévalence de la sous-alimentation semble augmenter entre 2015 et 2016, passant de 20,8% à 22,7% tandis que le nombre de personnes souffrant de la sous-alimentation est passé de 200 à 224 Millions. Convaincus que la sécurité alimentaire et nutritionnelle est la mère des sécurités, nous organisations signataires appelons les Chefs d’Etats de l’Union Africaine à :

• Traduire immédiatement les engagements pris à MAPUTO et MALABO en actes et programmes bancables pour faire de l’agriculture africaine un moteur catalyseur d’un développement qui élimine la faim, réduit la pauvreté et l’insécurité alimentaire, menant ainsi la voie vers l’expansion des exportations.

• Mettre en œuvre l’engagement relatif à l’accès à la terre par les femmes à travers un octroi de 30% des terres aménagées.

• Arrêter le bradage, l’expropriation et l’accaparement des terres des petits producteurs africains.

• Harmoniser les outils de suivi des engagements en particulier en uniformisant la nomenclature africaine.

• Impliquer les Sociétés Civiles Africaines dans le processus d’élaboration des Budgets nationaux.

• Mettre en place au sein de la Commission de l’Union Africain et des Etats des Commissions chargées du suivi des Engagements pris à MAPUTO et à MALABO

Fait à Nouakchott le 27 juin 2018

Réseau des Organisations sur la Sécurité Alimentaire

Forum des Organisations de la Société Civile-SUN Mauritanie





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1195

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • ELVALLI (H) 29/06/2018 13:57 X

    Ne prêchez pas dans le désert la bonne cause de l’agriculture. Aziz n’a pas eu son sommet : Ce dimanche 1er juillet 2018 sur le parvis du palais «Mourabitoun» véritable caverne d’Ali Baba où sont cachés des milliards d’ouguiya qui sont retenus par le général déchu comme commission sur ce marché gré à gré conclu avec son pote pour construire aussi un hôtel 5 étoiles et des villas de pétrodollars pour les besoins du sommet de l’UA, le vent de l’alizé maritime matinal brasse des rumeurs inquiétantes : Les présidents africains refusent de rentrer dans la salle de conférence. Motif : ce refus de débattre dans ce palais est à lui seul expressif de l’exécution dans la réalité des recommandations à l’ordre du jour : lutte contre la corruption. Ils ont parqué leurs avions pour retourner à pieds, puis à la nage pour traverser le fleuve Sénégal, et encore à pieds dans leurs pays respectifs. Une autre marche comme la longue marche de Pékin. Ne croyez surtout pas la rumeur qui dit qu’ils ont peur d’être ensorcelés par Macron, ce banquier politisé qui a débordé par la droite et qui vient dans sa nouvelle soutane avec sa croix : CHANONE DE LATRAN. Les africains sont réalistes. Ils savent le big bang politique que son élection a crée en France. Ce Saint-juste qui veut supprimer 150.000 fonctionnaires… Mais les Mauritaniens qui croient fort à la puissance occulte des marabouts sont prêts à lui présenter un patchwork de désidérata tribalo-ethniques qui les divisent. Il pourra aisément défaire le nœud que ses services secrets et diplomatiques font pour entraver la marche vers le progrès de ce peuple d’éleveurs comme il fait lui-même à ses animaux pour ne pas détruire les champs des agriculteurs, c’est là une histoire source de conflits éternels.