31-07-2018 22:30 - Emmanuel Dupuy, sur le sondage CEDEAO de l’IPSE : « L’intégration du Maroc et le retour de la Mauritanie sont largement approuvés »

Emmanuel Dupuy, sur le sondage CEDEAO de l’IPSE : « L’intégration du Maroc et le retour de la Mauritanie sont largement approuvés »

Africa Presse Paris - Emmanuel Dupuy, Président de l’Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE), analyse ici en détail les résultats du sondage* piloté par l’IPSE et Opinions en Région, réalisé auprès des députés de la CEDEAO, et dont les résultats ont été rendus publics à la veille du Sommet de Lomé du 30 juillet.

Créée en mai 1975 par le Traité de Lagos, la CEDEAO a fêté, en mai dernier ses 43 ans d’existence. Dans notre sondage*, la majorité des parlementaires issus des 15 membres actuels de l’organisation estime que la CEDEAO a rempli – peu ou prou – sa mission (94 %).

Des points forts de satisfaction

Parmi les réalisations que les parlementaires ouest-africains considèrent comme les plus prégnantes, la liberté de circulation des personnes (avec un taux de 38 %), la liberté de circulation des biens (42 %) ainsi que la liberté de circulation des capitaux (13 %) viennent confirmer que la création d’une vaste zone de libre-échange, forte de plus de 300 millions d’habitants est un des principaux acquis réalisé par la CEDEAO.



Parmi les résultats les plus probants de la présidence de Faure Gnassingbé, c’est bel et bien la décision de réunir, à Lomé ce 30 juillet, les chefs d’État et de Gouvernement des 26 États d’Afrique occidentale et centrale (CEDEAO + CEEAC) qui est « plébiscitée » (indice de satisfaction de 7,9/ 10).

Suivent – logiquement – la question sécuritaire et la lutte contre le terrorisme, à travers le renforcement des liens entre la Force en attente issue des armées de la CEDEAO et la Force conjointe du G5-Sahel (avec une note de 7,4/10).

La Cedeao en voie d’élargissement vers le Maghreb

Il est intéressant de constater que la grande majorité des parlementaires interrogés reconnaissent que l’intégration du Maroc serait une bonne décision (75 %), que le retour de la Mauritanie (qui avait quitté la CEDEAO en 2000) serait positif (63 %), tandis que la possibilité d’associer la Tunisie et l’Algérie semble diviser quelque peu les élus : 73 % d’entre eux se montrent plutôt favorables à l’octroi d’un statut de membre associé à la Tunisie (qui l’a officiellement sollicité) alors qu’ils se montrent beaucoup plus réservés pour l’Algérie (qui ne l’a pas expressément demandé) : 54 % y seraient plutôt « peu favorables ».


Chantier de la coopération et monnaie unique

La question de la coopération avec d’autres organisations intergouvernementales agissant dans le même espace géopolitique vient confirmer le besoin d’améliorer les relations, puisque seulement 35 % des parlementaires estiment que la coopération est bonne ou excellente, tandis que 46 % la jugent moyenne et 16 % insuffisante. À l’égard notamment de la Communauté des États Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) et ses 29 États membres, comme avec la Commission ministérielle sur la coopération halieutique entre les États africains riverains de l’Océan Atlantique (COMHAFAT) visant à fédérer les 22 États riverains de l’Océan Atlantique et du Golfe de Guinée autour de leurs richesses halieutiques.

La coopération entre les propres institutions de la CEDEAO (Commission et Parlement) se confirme être un chantier à parachever, puisque seuls 14 % la jugent excellente ou bonne, alors que 42 % la jugent moyenne et 44 % la qualifient de nettement insuffisante.

Enfin, la question de l’instauration d’une monnaie unique à l’intérieur de la CEDEAO confirme que la question de la souveraineté monétaire anticipe celle de l’intégration économique et financière. Plus de la moitié des parlementaires interrogés (54 %) se déclarent ainsi favorable à la création d’une monnaie unique alors que 27 % sont résolument contre.

Une analyse d’Emmanuel DUPUY
Président de l’IPSE



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1409

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)