10-08-2018 12:54 - «Les difficultés font que les éleveurs ne peuvent pas venir tôt»

«Les difficultés font que les éleveurs ne peuvent pas venir tôt»

Sud Quotidien - Des difficultés liées à l’absence et à l’aménagement des points de vente et l’alimentation du bétail poussent les éleveurs à attendre les derniers jours qui précédent la Tabaski pour débarquer à Dakar et environs pour écouler leurs produits.

C’est le président du Conseil national de la maison des éleveurs du Sénégal, Ismaïla Sow, qui rassure ainsi les populations. Même si, à environ moins de deux semaines avant l’Aïd al Kabir, force est de constater que seuls ou presque les béliers de races sont encore visibles au niveau de différents points de vente de la capitale, Ismaïla Sow juge toutefois que des dispositions ont été prises pour garantir l’accessibilité des moutons.

Alors qua la Tabaski approche, Dakar et environs tarde toujours à recevoir des troupeaux de moutons. Peut-on s’attendre à un approvisionnement correct du marché ?

On a des éleveurs dont le rôle est d’élever des moutons uniquement pour la tabaski.

La majeure partie de ces gens, sont dans la zone sylvopastorale, le Ferlo, au Sénégal oriental et dans le département de Podor. Moi-même, j’ai constaté qu’ils étaient en plein dans les préparatifs. Par ailleurs, les éleveurs qui étaient partis en Mauritanie pour le pâturage sont actuellement entre Bakel, Kanel, Matam et Podor pour rallier les grandes villes comme Dakar.

Les grands opérateurs qui étaient partis en Mauritanie pour l’achat de bêtes, sont dans l’organisation de leurs convois pour venir au Sénégal. Le marché commence même à être approvisionné petit à petit

A quelques jours de la fête, est-ce normal que les bêtes ne soient pas très présentes sur le marché ?

Il y a eu, cette année, des difficultés liées à l’alimentation du bétail. Il y a une pénurie. Et, si le bétail arrive très tôt à Dakar, cela crée des problèmes. Pis, des espaces qui étaient jadis réservés au commerce, ont commencé à accueillir des infrastructures. De ce fait, si les éleveurs viennent tôt, ils éprouvent d’énormes problèmes

Les pertes de milliers de têtes notées lors des intempéries de ces dernières semaines n’entraveront-ils pas la fourniture du marché ?

Beaucoup de pertes ont été enregistrées certes. Mais, elles concernent plus les femelles. Il faut aussi dire que, cette situation n’est pas nouvelle. C’est récurrent qu’après les premières pluies, des bêtes affamées perdent la vie.

Mais, cela ne peut pas impacter négativement sur la Tabaski parce que nous avons pris tout cela en compte. Il y a aussi des difficultés dans la zone sud, à l’Est et au Centre; il n’y a pas plu assez. Par contre, dans la zone sylvopastorale, l’herbe qui y pousse peut nourrir les animaux après seulement deux pluies. C’est une explication également de la non présence des animaux, en masse, à Dakar. Mais la zone ouest, la région de Thies, certaines parties de Louga, en allant vers Kébémer, ne sont pas bien arrosées. Il y a eu juste deux pluies.

L’aliment de bétail était également très cher à cause des intermédiaires. Jusqu’à présent, les prix n’ont pas encore baissé, à moins que l’approvisionnement se fasse dans les usines où la forte présence des éleveurs, fait qu’il est difficile de s’approvisionner. Ce paramètre explique également le retard noté dans l’approvisionnement du marché

Croyez-vous que le prix du mouton pourrait être accessible ?

Les gens ont l’habitude de se plaindre de la cherté. Mais quelqu’un qui connait les dépenses liées à l’élevage des moutons, comprendra aisément que le prix ne peut qu’être ainsi. Les frais d’élevage, le chargement, le déplacement dans la brousse et le convoyage nécessitent beaucoup de moyens. Malgré les complaintes, il est très rare de voir un mouton de race ordinaire dépasser 100.000 F Cfa.

Un mouton qui remplit les critères requis pour la Tabaski doit forcément valoir ce prix. La concurrence des étrangers fait aussi que l’éleveur est obligé d’entretenir ses bêtes, afin d’espérer avoir une place dans le marché parce que tout invendu, après la tabaski, devient un fardeau pour son propriétaire.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 2907

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)