27-08-2018 08:00 - Aziz veut « une écrasante majorité » au parlement : pourquoi ?

Aziz veut « une écrasante majorité » au parlement : pourquoi ?

Le Calame - Le président Mohamed Ould Abdel Aziz, veut « une écrasante majorité» à l’Assemblée Nationale au profit de l’Union pour la République (UPR-formation au pouvoir), en perspective d’élections législatives, prévues le 01 septembre prochain.

Le chef de l’Etat est en tournée électorale dans les grandes villes du Sud ce week-end (Rosso, Kaédi, Aleg). Un engagement dénoncé par l’opposition, dans une déclaration rendue publique vendredi.

S’exprimant au cours d’une réunion dans la ville de Rosso, le président a affirmé que « le parti doit disposer d’une écrasante majorité à la prochaine Assemblée Nationale. Notre seule arme démocratique sera cette majorité au parlement. Sans elle, il ne sera pas possible de faire passer nos projets.

Les conditions de cette majorité ne peuvent pas être réunies dans une configuration caractérisées par des divisions ethniques et tribales».

Le président mauritanien a également parlé de la menace d’un vote sanction: «certains ne sont pas satisfaits des investitures. Mais cela est normal, car les listes et le nombre de candidats sont limités par des contraintes légales.

Cependant, je vous appelle à dépasser les clivages et à resserrer les rangs autour de l’essentiel.

Récemment, à la faveur d’une opération d’implantation, l’UPR a annoncé avoir réalisé l’adhésion de 1.115.000 militants, soit le tiers de la population totale du pays.

Je compte sur ces citoyens pour voter en faveur du parti à l’occasion des élections législatives, régionales et municipales de septembre 2018».


Le fond de ce message est revenu dans tous les discours à l’occasion des étapes de Rosso, Kaédi et Aleg.

Cependant « il y a une différence de ton entre l’injonction de Rosso, qui réclamait un vote ferme en faveur de l’UPR, et la demande plus feutrée, formulée à Aleg. Un speech au terme duquel l’orateur a pris le soin d’ajouter avoir donné son point de vue, laissant à chacun la liberté de son choix », note un observateur.

Une tentative de décryptage de ce discours laisse planer un énorme mystère. Pourquoi un président de la République partant dans quelques mois, s’engagerait-il-avec une détermination aussi forte pour une majorité ?

L’auteur du putsch « rectificatif » du 06 août 2008, avec un soutien d’un bataillon de députés prépare-t-il un nouveau coup fourré ?



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1528

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • synthetiseur (H) 27/08/2018 17:18 X

    Tant qu'il ne s'est pas dédit définitivement et de manière nette plus nette que dans ses déclarations et interviews au cours desquels il a affirmé ne plus se représenter, il reste hors des présidentielles de 2019. Une majorité de l'UPR au futur parlement ne signifie rien du tout. ça ne peut servir qu'à assurer une certaine transition. Par ailleurs il est important de rappeler que la constitution dispose : L’article 28 (nouveau) affirme-t-il: «le président de la République est rééligible une seule fois». L’article 29 (nouveau) ajoute «le président de la République nouvellement élu, entre en fonction à l’expiration du mandat de son prédécesseur. Avant d’entrer en fonction, le président de la République prête serment en ces termes: «je jure par Allah l’unique de bien remplir mes fonctions, dans le respect de la Constitution et des lois, de veiller à l’intérêt du peuple, de sauvegarder l’indépendance et la souveraineté du pays, l’unité de la patrie et l’intégrité du territoire national. Je jure par Allah l’unique, de ne pas prendre ni soutenir, une initiative qui pourrait conduire à la révision des dispositions constitutionnelles relatives aux conditions de la durée et du renouvellement du mandat du président de la République, prévues aux articles 26 et 28 de la présente Constitution». Le Président dans sa première déclaration le 16 octobre 2016 a été on ne peut plus clair : "Parce que je mets l'intérêt de la Mauritanie au dessus du mien je ne briguerai point un troisième mandat" Est que l'intérêt national que voit le Président Aziz est différent de celui que perçoivent tous ces thuriféraires qui scandent à longueur de journée que la Mauritanie cessera d’exister si Aziz s'en va ? Question à mille balles.

  • MAROU2015 (H) 27/08/2018 09:01 X

    Pour écraser mint Bilal et mint Taghui.