27-08-2018 14:30 - "Ne laissons pas Biram Dah Abeid seul face à ses bourreaux"

Le Monde - Notre chroniqueur dénonce le « silence complice » des gouvernements africains face à la répression des militants des droits humains en Mauritanie. Chronique.

La Mauritanie est un pays préoccupant où existe, outre l’esclavage, un véritable mépris des populations noires. Les militants qui se battent pour l’égalité sont intimidés, menacés, emprisonnés voire tués depuis le régime de Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya (1984-2005). Le pouvoir actuel, avec à sa tête l’ancien putschiste Mohamed Ould Abdelaziz, perpétue cette politique qui considère les Négro-Mauritaniens comme des sous-hommes.

Dernier épisode en date : l’arrestation de Biram Dah Abeid, le mardi 7 août, et de journalistes et militants anti-esclavagistes, accusés d’« atteinte à l’intégrité d’autrui et menace d’usage de la violence ».

Cela constitue pour Amnesty International « un signal inquiétant d’intimidation, de harcèlement et de répression des voix dissidentes des autorités mauritaniennes avant les élections législatives, régionales et locales du mois de septembre ».

Le gouvernement de Mohamed Ould Abdelaziz franchit une nouvelle étape dans l’intimidation systématique de son principal opposant, déjà arrêté et détenu dix-huit mois entre novembre 2014 et mai 2016.

Il l’empêche ainsi de faire campagne afin de briguer un siège de député, et ce alors que son mouvement, l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), populaire auprès des populations noires, a scellé une alliance avec un parti nationaliste arabe en vue d’élargir son assise électorale.

Délit d’opinion

Malgré la gravité de la situation en Mauritanie, associations, militants et partis politiques sont seuls, armés de leur seule volonté face à un régime autoritaire. Le pouvoir ferme toute possibilité de contestation pacifique de l’ordre établi. Les mouvements politiques négro-mauritaniens que sont l’IRA et les Forces progressistes pour le changement n’ont toujours pas obtenu leur récépissé de reconnaissance officielle.

Les militants anti-esclavagistes Moussa Biram et Abdallahi Mattalah ont passé deux années en prison pour délit d’opinion. Sans oublier Mohamed Cheikh Ould Mkheitir, un blogueur condamné pour apostasie et dont on ignore la situation malgré sa libération prononcée par un juge. Les autorités doivent libérer Biram Dah Abeid, assurer sa sécurité et reconnaître son mouvement.

Le silence des gouvernements africains et de l’Union africaine sur les agissements répressifs du régime mauritanien est coupable. Les ONG de défense des droits humains et les militants mauritaniens ne reçoivent pas le soutien massif qu’exige la justesse de leur cause. Depuis trop longtemps, ce silence complice fait office de blanc-seing accordé à un régime qui viole les libertés individuelles.

Combat pacifique

Nous ne devons pas laisser Biram Dah Abeid et tous ceux qui se battent, sur le terrain et au sein de la diaspora mauritanienne, seuls face à leurs bourreaux. Leur combat, mené de façon pacifique, doit interpeller l’Afrique, comme jadis celui des Noirs en Afrique du Sud, sous le régime de l’apartheid, aboutit à une pression internationale qui conduisit au tournant de 1994.

Arrivé deuxième lors de la présidentielle de 2014, lauréat du prix des Droits de l’homme de l’ONU en 2013, Biram Dah Abeid est une icône des droits civiques en Afrique.

Dans un pays fermé, il tient un discours progressiste malgré les risques d’emprisonnement, voire d’assassinat, qu’il court, car les appels au meurtre sur sa personne sont nombreux. Un silence prolongé sur la violation de ses droits constituerait un soutien tacite apporté à la répression du régime mauritanien.

Par Hamidou Anne



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2467

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Salem Vall (H) 27/08/2018 16:44 X

    Vous êtes inique et déloyale. En rappelant que Biram était 2em lors des dernières elections présidentielles, vous ne pensez pas que le credit revient à Ould Abdel Aziz qui par ce fait voulait minimiser l'importance des grands de la cause Haratines et auxquels Birtam n'arrive pas "à la cheville". Non? Pour vous c'est Biram. Ce dernier ne représente pas grand chose chez lui (dans son petit campement) à plus forte à l'echelle nationale. Cependant, aucun animal ne doit être entraver dans sa liberté. Ce n'est pas pour dire que Biram est un animal, loin de moi l'idée. Il s'agit bien d'un être avec toutefois un phénotype (individu bestial) de bestiaux. Votre haine (à vous 2) de Tiapato (Bidhani) vous perdra et c'est votre problème.