30-08-2018 13:06 - Je ne me désengagerai jamais du peuple mauritanien, je suis citoyen et j’ai un sens de patriotisme et de responsabilité (Président de la République)

 Je ne me désengagerai jamais du peuple mauritanien, je suis citoyen et j’ai un sens de patriotisme et de responsabilité (Président de la République)

AMI - Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a affirmé qu’il ne restera pas les mains croisées face aux prochaines élections parlementaires et qu’il usera de tous les moyens légaux pour constituer une majorité confortable au parlement et qu’il ne sera pas à égale distances de tous les partis politiques actuels.

Les propos du Chef de l’Etat sont survenus, mercredi soir à Nouakchott , en marge d’un diner, organisé par la campagne électorale du parti de l’Union pour la République (UPR), en présence du Premier ministre, Monsieur Yahya Ould Hademine, le président de l’UPR, Me. Sidi Mohamed Ould Maham, des membres de la commission des réformes du parti et d’autres personnalités au gouvernement ainsi que des candidats sur les listes de l’UPR pour les parlementaires, les municipales et les régionales.

Au début de la conférence de presse, le président de la République a d’emblée remercié tous les citoyens mauritaniens, partout où ils se trouvent, de Nbeguet Lahuach au Hodh Echarghi au sud-est à Tiris Zemmour à l’extrême nord, passant par toutes nos autres wilayas pour les accueils réservés à sa délégation et lui-même, durant ses visites dans l’ensemble des wilayas du pays.

Il a ajouté que la conférence a pour but d’informer la presse sur les questions relatives aux affaires publiques, aux élections en perspective et sur certains sujets d’actualité.

En réponse à une question sur sa forte implication dans l’actuelle campagne électorale, le président de la République a affirmé : je ne suis au courant d’un article de la constitution qui empêche le Président de la République de mener une campagne pour se doter d’une majorité confortable au parlement’’.

Au sujet du principe de séparation des pouvoirs, le Président de la République a dit :’’Tout cela est de la théorie. Il n’y a pas un Président qui ne cherche pas une majorité qui lui permet de faire passer ses programmes et projets’’.

Il a ajouté : je ne peux pas être à égale distance de tous les partis politiques, cela n’est pas logique. Il est inéquitable et inacceptable que je le fasse.

Au sujet des réalisations opérées dans les secteurs de l’eau, de l’électricité et des infrastructures, le Président de la République a précisé que celles-ci doivent susciter l’intérêt du citoyen eu égard à ses répercussions positives sur sa vie quotidienne, notant que ce qui a été réalisé dans ces domaines-là double vingt fois celui dans 50 ans de l’indépendance nationale.

Il a, par la suite, passé en revue le parachèvement du projet Aftout Essahli, l’approvisionnement en eau potable de la ville de Maghtaa Lahjar, à parti du champ de Bouhicha à Aleg, le projet Aftout Echarghi pour l’approvisionnement en eau potable, à partir de Voum Legleita, notant que ces zones étaient victimes de la soif pendant de longues périodes.

Parlant de l’alimentation de la ville de Seilibabi en eau potable, à partir de Gouraye , le président de la République a expliqué qu’il s’agit d’un ambitieux projet qui s’ajoute à ceux des deux Hodhs et le projet d’extension d’alimentation de la ville de Kiffa en eau potable pour 15 ans, le projet de drainage des eaux du fleuve Sénégal pour apporter une solutions définitive au problème de l’eau dans les villes du nord dont les études sont terminées.

Il a ajouté que toutes ces réalisations apportent à 90 % des solutions définitives au problème d’approvisionnement en eau potable.

Abordant le domaine de l’électricité, le Chef de l’Etat a précisé que la situation du pays est confortable et que des projets sont cours pour réaliser des liaisons électriques entre toutes les villes du pays , ce qui va permettre de transporter l’électricité produite à Nouakchott vers Zouerate et celle produite à Boulenouar vers Néma, en plus des lignes de haute tension entre Nouakchott-Nouadhibou, Nouakchott-Zouerate et Nouakchott-Boutilimitt et Boutilimitt-Néma passant par toutes les villes situées sur la route de l’espoir et les villes de Beiguit Lahwach et Amourj.

S’agissant des routes, le Président de la République a précisé que le gouvernement a réalisé 20% de la route-Nouakchott –Rosso et que la partie qui reste sera réalisée par une société étrangère sur un financement de l’UE et que leurs travaux sont déjà débutés.

Il a ajouté que les accidents enregistrés sur la route constituent un évènement regrettable dont la responsabilité est partagée, appelant les citoyens à la prudence, car le plus grand nombre d’accidents se déroule sur les routes bitumées et fluides.

Au sujet des partis de l’opposition le Président a dit : je vais utiliser tous les moyens légaux pour les empêcher de se doter d’une majorité au parlement, voir même d’y accéder.

Dans le même contexte, le Président de la République a nié sa volonté d’exercer des réformes constitutionnelles conduisant à la mise en place d’un régime parlementaire dans le pays.

Il a toutefois affirmé : je n’ai pas d’objections contre des réformes constitutionnelles si nous disposons une majorité confortable à l’assemblée nationale ou par un référendum populaire.

Le président a ajouté : cela ne veut pas dire que j’exercerai un troisième mandat. Nos regards maintenant portent sur les élections parlementaires.

Il a conclu en affirmant :’’ Je ne me désengagerai jamais du peuple mauritanien. Je suis citoyen Mauritanie et j’ai un sens de patriotisme et de responsabilité, quel que soit mon statut : Président, ancien Président ou simple citoyen’’.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 1830

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • bleil (H) 30/08/2018 16:51 X

    Non ! Citoyen certes mais qui ferait mieux de prendre la poudre d'escampette, filer à l’anglaise ... le départ sera effectif à terme pour que cesse le saccage du pays, de ses valeurs morales, de son élite intellectuelle et de ses paisibles populations … Rien n'est si contagieux que l'exemple, et une fois qu’un président, digne de ce nom, légitimement choisi dirigeant une équipe gouvernementale de haut niveau pour remettre le pays sur les rails du progrès socio-économique alors les citoyens sauront que l’heure de la vérité a sonné … On devrait interdire la politique aux angoissés ( racistes, les Sdf, les peshmergas, les talibans et autres illuminés…), ce sont des proies faciles : ils ont la faiblesse de croire, l’espace d’une campagne électorale, qu’ils ont droit à leur part de bonheur…

  • doudou19 (H) 30/08/2018 15:45 X

    Heheheheh on est tous convaincu que tu ne quitteras jamais le pouvoir démocratiquement. Ton conscient doit te dicter un départ honorable pour mieux digérer un (trop) bien mal acquis. Tu as pillé ce pauvre pays et tu as bien tenu à ton slogan de jadis: ''Président des pauvres''. Oui tu as appauvri toute la Mauritanie.

  • Belphegor (H) 30/08/2018 15:23 X

    Il faut plutôt lire: “Jamais je ne me désengagerai de la Mauritanie car elle est la vache a lait avec laquelle moi et mon clan de prévaricateurs voraces et insatiables nous gavons a volonté au vu et au su du peuple depuis une décennie».

  • zelimkhan2 (H) 30/08/2018 14:05 X

    "Je ne me désengagerai jamais du peuple mauritanien, je suis citoyen et j’ai un sens de patriotisme et de responsabilité" Hahahaaaaaaa Comme tu n'as pas la conscience tranquille, tu déploies toute énergie pour rester au pouvoir d'une manière ou d'une autre pour ne pas à rendre de compte. La pire des pauvretés est celle de l'esprit pour ceux qui en sont dotés bien sûr!!!!

  • Ksaleh (H) 30/08/2018 13:52 X

    On ne peut être plus clair, Ould Abdel Aziz fera un troisième et inème mandat, même si, il n'a pas une majorité au parlement, il passera par voie référendaire, celui du changement de drapeau et de l'hymne national, n'était qu'un test de grandeur naturelle !!!