10-09-2018 20:16 - Sénégal/Mauritanie. Révélations sur la saisie record de 3 tonnes de drogue : Enquête sur un business... familial

Sénégal/Mauritanie. Révélations sur la saisie record de 3 tonnes de drogue : Enquête sur un business... familial

DakarActu - L'affaire de saisie record de trois tonnes de drogue, dont le maître d'œuvre, agissait depuis la prison de Thiès où il est écroué, a permis aux enquêteurs de la Section Recherches de Dakar de mettre un terme à un business...familial dans lequel s'activaient le père, la maman, le fils, le neveu et le copain de longue date chargé de ravitailler la Mauritanie. Révélations exclusives.

Une opération conduite par la Section Recherches de Dakar avait permis, le 25 juillet dernier, la saisie de trois tonnes de "Brown" dans le quartier Mbour III à Thiès et l'arrestation des nommés Débo Ka, Moussa Doumbia et Ishagh Osselmou Mohamed Salem.

En vérité, cette traque a commencé depuis 2014 avec la découverte d'un réseau de trafic de chanvre en provenance du Mali. Les trafiquants utilisent des camions transformés avec l'aménagement de fausses parois, pour faire entrer la drogue au Sénégal. Le réseau était dirigé par un Malien du nom de Ibrahima Doumbia qui profite de son commerce officiel de tout genre de produits pour dissimuler ses activités criminelles.

Il collabore avec plusieurs complices basés au Mali et s'appuie sur des Sénégalais pour conduire ses activités qui l'amènent à exporter de la drogue jusqu'en Mauritanie. Il sera libéré, faute de preuves, après une premier arrestation en 2014.

À sa sortie de prison, Ibrahima Doumbia reprit de plus belle ses activités en se faisant aider par les membres de sa famille et de solides complicités sénégalaises. Interpellé à nouveau le 27 avril 2018, il a été envoyé à la prison de Thiès pour trafic international de drogue.

Toutefois, après une semaine de détention provisoire, il a continué ses activités depuis la maison d'arrêt et de correction de Thiès. Ainsi, à partir de mai 2018, muni d'un téléphone à deux puces formellement identifiées, dans sa cellule, il communique avec ses différents collaborateurs dont son fils, son épouse et le nommé Ishagh Osselmou alias "Thialky".

Depuis cette date, plusieurs livraisons ont été effectuées par son fils et son neveu et homonyme qui ont réussi à échapper aux équipes de surveillance mises en place par des techniques très futées et parfois à bord d'une moto de type scooter. Son épouse Débo Ka quant à elle se chargeait de récupérer les sommes d'argent estimées à plusieurs millions de Fcfa.

Une filature de longue haleine

Grâce au dispositif de surveillance mis en place, le chef de la Section de Recherches, alors dirigée par Insa Diack, apprend l'arrivée d'une importante cargaison en provenance du Mali et convoyée par Moussa Doumbia, fils du trafiquant et Ibrahima Doumbia, le neveu et homonyme.

Ainsi, un dispositif de surveillance et d'intervention a été mis en place pour pister les cibles depuis leur entrée sur le territoire national. Pris en filature jusqu'à Mbour, les émissaires du trafiquant malien seront interpellés dans l'après-midi du 25 juillet 2018.

Interrogés, ils dégagent en touche et disent n'avoir aucun lien avec un quelconque trafic de drogue. Les enquêteurs comprirent alors que la drogue recherchée était déjà sur le territoire national.

L'utilisation de procédés techniques avancés et plusieurs triangulations effectuées sur les téléphones des deux mis en cause a permis de concentrer les recherches à Mbour III dans la région de de Thiès. La descente des gendarmes de la Section Recherche a permis de découvrir une maison dans laquelle le trafiquant aurait loué un appartement depuis un an mais dans lequel il ne vivait pas. Ses enfants passaient furtivement, de temps à temps, récupérer des sac aux contenus inconnus, sans éveiller des soupçons.

A l'ouverture de l'une des chambres, les enquêteurs tombent sur un stock de trois tonnes de chanvre indien et un lot de sédatifs (Valium, Rivotril et Arcalion). Au premier regard, il s'agissait de la qualité "Brown", la plus chère et la plus prisée du marché. Les nommés Débo Ka, Moussa Doumbia et Ishagh Osselmou Mohamed Salem ont été tous arrêtés et conduits à Dakar pour enquête. Comment en est-on arrivés là ?

Débo, épouse et banquière du clan

Alors que la filature battait son plein pour intercepter la cargaison entre Kaolack et Mbour, une équipe de la Sr repositionnée à Thiès, au quartier Dioum, a repéré la présence de Ishagh Osseimou Mohamed Salem, sujet mauritanien et fidèle client d'Ibra Doumbia.

Ce dernier, venu certainement se ravitailler, logeait dans une chambre louée par Ibrahima Doumbia où il a l'habitude de faire attendre ses clients avant de leur livrer la marchandise. Le même jour, vers 13 heures, Débo Ka, filée depuis son domicile sis à Mbour I, s'est rendu dans cette chambre pour rencontrer "Thialky".

Les perquisitions effectuées au domicile de Ibrahima Doumbia, en présence de son fils Moussa et de son homonyme n'ont pas révélé la présence de drogue. Toutefois, l'interpellation de "Thialky" aux environs de 16 heures, a porté ses fruits. Selon ce dernier, depuis 2015, il est venu au Sénégal pour se ravitailler en chanvre auprès d'Ibrahima Doumbia. Il a ajoute avoir remis à cet effet 1,6 million de Fcfa à Débo Ka qui jouait le rôle de banquière.

C'est aussitôt que les enquêteurs ont compris que le produit ne devait pas venir du Mali mais qu'il était déjà entreposé à Thiès. Et que "Thialky" n'attendait que l'arrivée du fils Doumbia et de son homonyme pour se faire livrer la marchandise.

Alors que tout ce beau monde, y compris le mis en cause principal qui a été extrait de sa cellule ont dégagé en touche, "Thialky" a fait des aveux complets. Il a affirmé qu'il est de nationalité mauritanienne mais qu'il est né à la Médina à la Rue 5 en plus d'avoir grandi à Pikine où il est resté jusqu'à l'âge de 17 ans.

Après le décès de son père, il a quitté le Sénégal pour aller vivre en Mauritanie aux côtés de sa mère. Il soutient avoir connu Ibrahima Doumbia en Mauritanie vers les années 2002-2003. Ils habitaient dans le même quartier à Arafat. Il précise l'avoir connu dans le cadre de ses activités à savoir le trafic de drogue. En tant que grand consommateur, il s'est rapproché davantage de lui avant qu'Ibrahima Doumbia ne retourne au Mali.

Il ajoute que l'année dernière, Ibrahima Doumbia l'a contacté via un ami du nom de Moussa. Au cours de leur entretien téléphonique, il lui a fait savoir qu'il s'adonne toujours au trafic international de drogue. Il l'a ainsi invité à Thiès au mois de février 2018.

Et lors de son séjour, il lui a offert un kilogramme de chanvre indien avant de lui vendre trois autres kilos. Poursuivant, il explique que le 23 juillet 2018 il a fait le déplacement à Thiès pour s'approvisionner en drogue toujours auprès de Ibrahima Doumbia qui l'a appelé, depuis sa cellule, pour l'informer d'un nouvel arrivage venu du Mali avant de le mettre à rapport avec son épouse Débo Ka à qui il a remis 1,6 million de Fcfa. C'est lorsqu'il attendait dans la chambre pour la livraison que les gendarmes sont entrés en action…



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : DakarActu
Commentaires : 1
Lus : 4149

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • el makhlough (H) 10/09/2018 23:06 X

    Un grand bravo aux gendarmes sénégalais ,svp gardez le plus longtemps dans vos prisons THIALKY et si vous avez encore de la place on ici chez nous énormément de malfrats ,on veut vraiment s'en débarrasser. Merci mille fois.