12-09-2018 09:12 - Mauritanie : que fera Ould Abdel Aziz de la large victoire de son parti aux législatives ?

Mauritanie : que fera Ould Abdel Aziz de la large victoire de son parti aux législatives ?

La Tribune Afrique - L’Union pour la république (UPR), le parti du président Mohamed Ould Abdel Aziz, a raflé la mise au premier tour des élections législatives et régionales d’après les résultats provisoires proclamés ce weekend par la commission électorale (CENI).

Bien que l’opposition fait une entrée assez remarquée au Parlement, le président, qui est au terme de son mandat, a ouvert un couloir pour prolonger son bail, un scénario que ses partisans n’écartent désormais plus.

Il va falloir attendre les résultats du second tour, prévu le 15 septembre, des élections législatives et régionales ainsi que la nouvelle configuration politique qui en découlera. Mais avec la large victoire de l'UPR à l'issue du premier tour du double scrutin qui s'est tenu le 1er septembre, le parti du président Mohamed Ould Abdel Aziz a déjà pris une véritable longueur d'avance.

Selon les résultats proclamés samedi dernier par la commission électorale, l'UPR a été classé en tête au vu des résultats provisoires avec le plus grand nombre de députés, de mairies, et le tiers des 13 conseils régionaux, ainsi que l'avait annoncé à la presse, Moustapha Sidel Moktar, porte-parole de la Commission électorale.

Sur les 157 sièges en jeu, le parti présidentiel a obtenu 67, contre 14 pour le parti Tawassoul, encarté à l'opposition. L'UPR a également remporté 4 conseils régionaux sur les 13 du pays et 108 communes sur 219, d'après les mêmes résultats qui font état d'un taux de participation de 73,4 %. Le 15 septembre pour le second tour, 22 sièges seront de nouveau en jeu pour les députés, ainsi que 9 conseils régionaux et 111 communes.

Large victoire de l'UPR et forte percée de l'opposition

Le parti présidentiel sort donc largement en tête, mais cette percée n'occulte pas celle des partis de l'opposition, notamment celle des islamistes de Tawassoul, qualifiée de modérée. Le raz de marée électoral qu'espérait par contre l'opposition -dite radicale- n'a pas eu lieu au final.

Après le boycott de 2013, la coalition électorale de l'opposition démocratique a certes dénoncé «des fraudes massives en faveur du camp du pouvoir», mais les résultats qu'elle a engrangés sont loin du rejet du régime annoncé et qui aurait dû lui profiter. Tout au plus, l'opposition pourrait se consoler de l'élection de certains de ses cadres au Parlement.

C'est le cas aussi au sein de l'autre branche de l'opposition, le Front national pour la démocratie et l'unité (FNDU) qui va envoyer plusieurs de ses leaders à l'Assemblée nationale. Il s'agit notamment de Mohamed Ould Maouloud (UFP) ; Messaoud Ould Boulkheir (APP) ; et surtout du très médiatisé militant anti-esclavagiste, Biram Ould Abeid (IRA), élu alors qu'il était en prison depuis plus d'un mois.

A moins d'un an de la prochaine présidentielle, le parti présidentiel part donc en favori. Bien qu'il ne dispose pas encore de la majorité absolue, l'alliance que l'UPR pourra conclure avec d'autres formations pourrait lui ouvrir la voie à d'éventuelles modifications constitutionnelles, dont la probabilité d'un troisième mandat pour le président Mohamed Ould Abde Aziz.

Le score qu'obtiendrait le parti présidentiel en perspectives de la présidentielle d'avril 2019 est en effet l'un des enjeux de ce scrutin. Cette large victoire conforte les ambitions du président sortant qui, au cours de la campagne électorale, a conditionné les débats sur une éventuelle prolongation de son bail, à une large victoire de son parti lors de ces élections.

Avec les résultats engrangés par l'UPR, le parti présidentiel peut entamer la préparation du très attendu scrutin avec plus de sérénité et Ould Abdel Aziz, clarifier des intentions certes ambiguës encore, mais qui s'éclaircissent de plus en plus à l'approche de l'échéance.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2444

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 12/09/2018 12:30 X

    Le parti du président se dirige vers une victoire écrasante aux législatives, municipales et régionales après le premier tour samedi 1ier septembre 2018, les MAURITANIENS ont confirmé encore une fois leur attachement dans le projet du Président Mohamed Ould abdel aziz , Le parti UPR est en passe d’obtenir une des plus larges majorités , l’Assemblée nationale sera profondément renouvelée à l’issue du second tour samedi prochain: Fort de cette probable solide majorité à l’Assemblée, Mohamed Ould Abdel AZIZ aura les mains libres pour appliquer son programme. Dans les prochaines semaines, le Parlement devra s'apprêter à examiner le projet de révision de la Constitution afin de permettre au Président Mohamed Ould abdel aziz de briguer un troisième mandat, il doit logiquement briguer un troisieme mandat car il fait le bonheur du peuple mauritanie, pourquoi doit-il partir , C’est au peuple mauritanien de décider et le President Mohamed Ould abdel aziz suivra ce que le peuple de Mauritanie voudra faire . VIVE AZIZ ET VIVE LA NOUVELLE MAURITANIE

  • synthetiseur (H) 12/09/2018 10:56 X

    Ce que le correspondant de ce journal n'a pas dit ou n'a pas voulu dire c'est que les dispositions de la constitution sont assez vérouillées pour ne pas permettre des ambitions qu'elles soient ambigues ou non à l'actuel Président.«le président de la République est rééligible une seule fois». L’article 29 (nouveau) ajoute «le président de la République nouvellement élu, entre en fonction à l’expiration du mandat de son prédécesseur. Avant d’entrer en fonction, le président de la République prête serment en ces termes: «je jure par Allah l’unique de bien remplir mes fonctions, dans le respect de la Constitution et des lois, de veiller à l’intérêt du peuple, de sauvegarder l’indépendance et la souveraineté du pays, l’unité de la patrie et l’intégrité du territoire national. Je jure par Allah l’unique, de ne pas prendre ni soutenir, une initiative qui pourrait conduire à la révision des dispositions constitutionnelles relatives aux conditions de la durée et du renouvellement du mandat du président de la République, prévues aux articles 26 et 28 de la présente Constitution». Ce serment a été la garantie et une garantie en béton trouvée par feu le constitutionnaliste Ahmed Salem Ould Boubout, car il ne s'agit pas d'un serment assimilable à celui qu'un homme ordinaire peut faire dans certains aspets de sa vie, il ne s'agit pas d'un serment pris à son initiative et dont il peut "racheter" la violation par une "kaffara". C'est un serment dicté dans son principe et dans son contenu par le Constituant et pour une finalité supérieure : Rendre possible l'alternance démocratique dans le pays. Dailleurs le Président est visiblement le seul imbu dans son système de cette réalité lui qui sans relache declare qu'il ne briguera pas un troisième mandat. Et tout indique qu'il tiendra sa parole. Le contraire couterait trop cher à la Mauritanie et au Président Aziz lui-même, d'autant plus que meme dans son camp des voix s'élèvent contre cette éventualité.

  • boubou_kibili (H) 12/09/2018 10:12 X

    Arretez nous avec ces articles bidon et à l'meporte piece qui n'apportent rien à la républque. Il y'a des analyses plus fines a faire et les sujets ne manquent pas au lieu de nous rassasser dans un mauvais style ce que tous et toutes connaissent et que la CENI ne cesse de repeter depuis la sortie des résultats. Maintenant si vous connaissez ce que MOAZ va faire de cela alors crachez le ......