24-12-2018 15:10 - A propos de l’esclavage dans la communauté Soninké: Je suspends toute participation

A propos de l’esclavage dans la communauté Soninké: Je suspends toute participation

Initiatives News - Ces derniers temps, la Communauté Soninké, une communauté negro africaine vivant dans les pays du Sahel (Sénégal Mauritanie, Mali et Gambie) a connu plusieurs remous existentiels liés à la survivance des pratiques esclavagistes.

A Daffort, à la tombée des premières pluies en juin 2018, de paisibles citoyens ont été empêchés d’avoir accès à des terres qu’ils ont pourtant exploités depuis la nuit de temps tout simplement parce qu’ils sont considérés comme esclaves.

En octobre 2018, dans la localité de Bafrara, des lobbies féodaux ont organisé des gangs terroristes pour mener des agressions violentes contre des citoyens pour la simple raison qu’ils ont osé rejeter l’ordre féodal esclavagiste.

Dans le même mois, ces gangs organisés continuent de sévir en toute liberté dans plusieurs villages Soninké s’attaquant aux femmes et aux enfants de ceux qui à partir de l’étranger ont osé se prononcer contre l’ordre féodal.

A Kerwané au Mali, les foules de jeunes déchainés ont sous la menace des armes obligés des vieillards à exercer des tâches traditionnellement dévolues aux esclaves.

Ces illuminés d’un autre âge n’ont aucune gêne à se filmer eux même pendant qu’ils exécutent leurs actes criminels.

Face à cette situation indescriptible, nous avons à attirer l’attention des autorités de la Mauritanie et du Mali à travers des lettres ouvertes, des articles de presse ainsi que des rencontres avec des représentants diplomatiques pour les interpeller sur leurs responsabilités républicaines, humaines mais aussi morales. http://www.cridem.org/C_Info.php?article=712059

Le silence le plus assourdissant nous parvient de la part des organisations la société civile Soninké des pays concernés.

Nous pouvons comprendre la lenteur des états, mais comprendrons difficilement comment des organisations crées pour la promotion de nos culture et de notre image et qui renferme en leur sein des hommes sensés défendre la dignité des hommes peuvent être aussi insensible à des pratiques aussi inhumaines et dégradantes qui se passent quotidiennement sous les yeux.

Sur la base de ce regrettable constat, en tant que membre de l’Association pour la promotion de la langue et de la culture Soninké, qui a eu à diriger la publication du Journal dés 1987.

En tant que membre de la commission technique chargée de travailler sur l’harmonisation de l’écriture (Orthographe, et grammaire) Soninké au sein du FISO (festival international Soninké).

J’ai décidé de suspendre toute participation au sein de ces organisations car, jusqu’à preuve du contraire, j’estime que par leur silence, l’avis de ces organisations ne semble pas être différent de celui des lobbies esclavagistes qui considèrent la pratique de l’esclavage comme un trait culturel valorisant pour la communauté soninké.

Je saisis cette tribune personnelle pour demander à toutes les personnes éprises de paix et de justices et qui sont sensibles aux traitements inhumains et dégradant que continuent de subir de paisibles citoyens au sein de la communauté Soninké en Mauritanie, au Mali et en Gambie notamment de suspendre toute activité au sein de ces organisations dépassées.

Baliou Mamayary Coulibaly

Porte parole du Collectif de Lutte Contre l’esclavage en milieu Soninké



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2540

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • observateurseulement (H) 25/12/2018 00:35 X

    ESCLAVES DE TOUTES LES COMMUNAUTÉS UNISSEZ-VOUS. Avez-vous pris contact avec les mouvement similaires chez les arabo-hartano-berbères?: -ELHOR -SOS ESCLAVES -IRA

  • lass77 (H) 24/12/2018 17:01 X

    Décision courageuse, il faut impérativement mettre en terme à ce festival soninké qui s'accommode avec des telles pratiques, mettre en terme à l'APS, mettre en terme ou dissoudre toutes les associations soninkés dans les quatre pays où elles sont implantées. La complaisance doit cesser. Il faut appliquer le droit et les lois ou bien ça sera pour chacun de se faire justice.

  • overview (H) 24/12/2018 16:31 X

    Très bien, c'est ça la bonne approche jusqu'a ce que la communauté Soninké toute entière se remet en cause. de telles pratiques doivent disparaitre, ça ne valorise par l'être humain ni la communauté qui la pratique. j'invite d'autre à faire pareil, vous n'êtes pas obligé d'être victime pour participer mais il suffit d'être humain.