29-12-2018 23:30 - Jemil Mansour raconte l’affaire de Samoury Ould Bey et le ministre Seyidna Ali (Tweet )

Jemil Mansour raconte l’affaire de Samoury Ould Bey et le ministre Seyidna Ali (Tweet )

Adrar Info - J’ai suivi les développements liés à la réunion tenue hier (vendredi), au ministère de la fonction publique et de l’Emploi et ses répercussions diverses et inquiétantes.

Après ce que j’ai pu collecter, après recherche et comparaison, je considère que je me dois d’exprimer mon point de vue sur cette question, par crainte des risques, des événements et des conséquences qu’elle peut susciter :

1 – Le plus probable est que la réunion avait été le théâtre d’un débat houleux dans lequel des propos offensants à caractère raciste ont été utilisés, dont la plupart émane d’une personne inconnue dans le milieu syndical. Cette personne était celle qui s’était adressée à Samoury Ould Bey, parlant d’arme et notant qu’elle était prête à porter son arme, sans confirmer par les présents – à part Samoury évidemment- si elle a sorti l’arme ou si elle en a fait allusion.

2 – Tout le monde s’accorde pour dire que le ministre – quels que soient le libellé et les phrases choisies, par lui, exprimés – a exploité la réunion pour mobiliser les présents à participer à une marche organisée par son parti (Union pour la République) la proposant comme l’un des deux points prévus à l’ordre du jour de la réunion, ce qui a été contesté par les syndicalistes de l’opposition présents.

3. La convocation par la police de M. Samoury Ould Bey seul, sans adresser aucune convocation à la personne, qui est à l’origine de l’incident ne convient pas et ne fait qu’aggraver les choses.

4. Dans cet environnement chargé, il n’est pas approprié d’utiliser le langage incitateur ou de faire des références aux modèles du Rwanda, etc. C’est une exagération inappropriée qui ne convient pas aux responsables des affaires publiques.

5. Il ne faut pas sous-estimer le dérapage du ministre, qui exploite une institution publique à des fins de propagande politique partisane. Voilà que cette marche politique désirée, s’est transformée en un mouvement qui dérange la tranquillité et provoque une atmosphère sociale déjà troublante.

6 – Toute démarche (marche, meeting ou autre activité ) destinée à servir l’unité nationale et la paix sociale requiert deux conditions: L’une de fond et l’autre de procédure.

Pour le fond, elle doit être contre l’extrémisme et la haine d’une part et contre l’injustice et la marginalisation de l’autre. Côté procédural, elle ne doit pas être l’apanage d’une seule aire politique, mais une coordination commune pour élaborer son organisation, son chronogramme, etc.

Que Dieu protège la Mauritanie de tout conflit et sédition et Qu’Il l’aligne sur la voie de la justice, et de la citoyenneté égalitaire.

Source : https://chinguitmedia.com/2018/12/29/18637/?fbclid=IwAR0ZzegbkoiubOPVz8OETF60V3FBuI6vNEAtM8U713P0W_hDv81N6ovyxbg

Traduit par adrar.info



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 4702

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • cccom (H) 30/12/2018 10:22 X

    La politique écarte tout espoir du Développement de la Mauritanie: A mon avis, la politique écarte tout espoir de développement immédiat de la Mauritanie. J'avais combattu en 84 l'Etat à Keur Masséne pour remplacer la distribution hontese au KG de 300 tonnes de blé USAID que j'appelais "distribution gratuite deu poison américain" dans mes tournées par la production de 4000 tonnes de riz par les populations sur le 1000 ha que j'avais aménagé gratuitement par l'introduction de la mécanisation. Cela m'avait coûté de perdre mon poste de "Prefet vert auteur de la révolution agricole sur le Fleuve". Mais la révolution rizicole s'était engagée au Trarza pour aménager ajourd'hui à Keur Masséne (où l'Etat interdisait la riziculture) une surface supérieure au reste du Fleuve. En 94, ONG (SOS Palmiers) aprés constat à Maaden qui n'avait pas un seul bachelier depuis 1960 que la déperdition scolaire est la principale contrainte au développement, j'avais conçu et appliqué le systme Educatif anglo-saxon, cartésien , asiatique et Mahdhari Cerveaux Oasis pour réaliser gratuitement à Maaden un nombre de Bacheliers supérieur et durant 11années successives (1998-2008) à 100 écoles primaires voisines réunies sans avoir droit d'un petit "Merci de l'Etat". Aujourd'hi Conseiller Régional de l'Adrar, sexagénaire affaibli par 3 AVC, je propose à l'Etat de valoriser les Conseils Régionaux d'engager le systéme pédagogique Cerveaux Oasis pour avoir droit d'un fonds annuel de 50 milliards UM aprés réa lisation de 80.000 docteurs trilingues âgés de 18 ans que garantit ce systéme novateur intensif et gratuit créateur de 100.000 emplois de jeunes durables à forts révenus annuels par l'achat d'une usine de déssalement de type Agadir au Maroc de 450.000 m3/jour pouvant irriguer é(;ççç ha de palmiers au Nord au prix du pain par rapport aux économies réalisées par les Conseils régionaux sur les charges rituelles onéreuses et non efficace de l'Enseignement. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr

  • Observateur Nat. (H) 30/12/2018 01:16 X

    Jemil Mansour l’absent le plus présent des lieux qui veut raconter plus juste, sur la base de récit rapporter par les autres, ce qu’il dit n’est pas claire, de ceux qui lui ont racontés l’histoire en semant le doute dans la présence d’arme vrai ou faux. L’arme est vrai pour deux raison. La première est que le monsieur s’adresser à Samory avec des termes racistes et que s’il ne se sentait pas en sécurité, il ne pouvait parler avec autant d’autorité à Samory, pour ceux qui connaissent Samory, Jemil Mansour dit que ce dernier n’est pas du milieu des syndicats et c’est vrai, parce que s’il était du milieu, il devrait avoir un grand respect à Samory Ould Beye. La deuxième est que pour enfoncer Samory et donner raison au monsieur, ses parents lui signent un papier qu’il ne porte pas d’arme, alors que s’il ne porter pas d’arme et l’avoir brandit, il n’avait pas besoin de ce papier signé, mais comme on connait la relation entre les deux visages de ce pays, les uns se mettent en bloc derrière leur parent qui a certainement tort et qui porter une arme au moment des faits. Pour Samory Ould Beye il n’a pas de parents majoritaires dans la salle, il a tort d’accuser ce monsieur armé qui s’adressait à lui avec des termes racistes, donc c’est la police, le procureur et enfin la prison comme Biram, il sera accusé d’atteinte contre la personne de l’autre, bonjour la cour criminel.

  • Observateur Nat. (H) 30/12/2018 01:16 X

    D’autres choses que je relève dans le récit de Jemil Mansour, il se veut raconteur, avocat et juge en même temps, mais, il veut aussi dans ce récit faire passer son message de ne pas vouloir participer à la marche du 15 janvier 2019 qui est politiquement incorrecte, parce que le pouvoir cherchant un 3ème mandat peut utiliser ses images pour dire que les syndicats et la société civile veulent que je fasse un mandat de plus, les Européens et les pays arabes ne connaissent de la Mauritanie que les images et une traduction en faveur du système. Le dernier point est la philosophie de Jemil Mansour dans le récit des évènements où se distillent la vérité de ce qui se passe dans le pays comme injustice, ce qui risque de nous conduire comme dans des troubles.

  • Nouvelle-Mauritanie (H) 30/12/2018 00:05 X

    Des initiatives urgentes , sincères, pertinentes, indispensables pour libérée la Mauritanie de l’esclavage et de ses séquelles, du racisme et de ses conséquences destructives pour la nation, de l’exclusion , de la discrimination , de toutes sortes de marginalisation et de leurs obstacles réelle contre le développement dans sa généralité, et enfin de l’arrêt immédiat de toutes sortes de domination d’ordre , culturelle, sociale, politique, économique ou sectaire ; sont nécessaires pour la construction d’une réelle Nouvelle-Mauritanie à partir de 2019 inchaAllah. Cela ne pourra se faire que dans la discipline, la patience , la modestie et dans le respect de l’autre , en évitant tout discours provocateur, violent ou haineux. En ce sens J’invite tout ceux qui prônent pour une nouvelle-Mauritanie, unies-justes-forte-démocratique-libre et réconciliée, de répondre avec honneur, modestie et sincérité à la pertinente initiative de marche qui s’effectuera vers mis janvier inchaAllah ; contre la haine, le racisme et de tout ce qui tentera désormais de diviser les Mauritaniens , dont nous devons tous saluer en tant que Mauritaniens et initiateurs de paix et de développement pour l’état ; quelque soit nos divergences, politiques, idéologiques, sociales, culturelles ou autres. « Président, unificateur des Mauritaniens », « Alahouma Sali Wo S’élime alla Séyidina Mohamed ».Amine, la louange reste à Allah, Nous Le Louons et implorons Sons aide ainsi que son pardon.