09-01-2019 09:55 - Marche anti-haine : un ministre parmi les blessés après la chute de la tribune

Marche anti-haine : un ministre parmi les blessés après la chute de la tribune

Essahraa - Le grand désordre causé par la marche contre la haine ce mercredi 9 janvier courant a entrainé l’effondrement de la tribune, à partir de laquelle le Président Mohamed Ould Abdel Aziz devait s’adresser aux foules nombreuses mobilisées par le gouvernement, le parti au pouvoir, les formations de la majorité et certains partis de l’opposition dialoguiste, pour dénoncer la xénophobie.

La chaine TV El Mouritaniye n’a pas réussi également à retransmettre en direct les moments forts de cette manifestation, indique-t-on.

Des manifestants dont l’un des membres du gouvernement, en l’occurrence le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances, chargé du Budget Mohamed Ould Kembou, auraient été blessés à la suite de l’effondrement de la tribune, apprend-on.

Le ministre blessé a été évacué par une ambulance, souligne-t-on.









Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 6
Lus : 7852

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • lass77 (H) 11/01/2019 22:35 X

    ça doit etre inoubliable , ce jour de manifestation d'enfumage .

  • président fondateur (H) 09/01/2019 12:33 X

    Concernant cette marche du 9 janvier 2019 il convient de faire les remarques suivantes :

    1. Cette marche est intitulée par le Gouvernement "la marche citoyenne contre le discours de la haine et l’extrémisme". On ne voit nullement le mot racisme et même dans le discours étatique ce mot n’est pas utilisé. Ce qui veut dire que le racisme va continuer et on ne doit pas dire des mots haineux ni protester contre le racisme. Le racisme c’est un discours et des comportements. On va continuer à pratiquer le racisme d’Etat mais personne ne doit parler.On voit que ce cirque est fait contre les discours qui dénoncent ce racisme d’Etat et principalement le discours de Biram qui est hors de prison avec un nouveau statut, celui de Député et qui pourra parler comme il veut et ce qui dérange le pouvoir qui veut à tout prix l’empêcher de parler, le discréditer.

    2. Tout ce cirque est fait aussi pour avoir quelque chose à fournir dans le rapport de cette année 2019 destiné aux différents Comités des Nations unies sur la situation des Droits de l’homme en Mauritanie. La Mauritanie doit, cette année encore, (comme elle avait été recalée les années précédentes) apporter les réponses aux questions posées par les différents Comités des Nations unies (déjà pour se préparer à cela, l’Etat a réuni un comité interministériel, nommé un ambassadeur négro-africain à Genève et à Washington. Manière de dire que les négro-africains sont là). Jamais la Mauritanie n’a été aussi malmenée avec ce régime depuis l’indépendance. C’est l’image du pays qui a pris un grand coup avec le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz.

    Pur voir ce que l’on demande encore à la Mauritanie cette année sur la situation des Droits de l’homme, et ce qui s’est passé les années précédentes, je recommande de suivre les liens ci-dessous :

    En 2019, le Comité des Nations Unies sur les Droits Civils et Politiques conduira une revue de la Mauritanie sur la mise en œuvre du Pacte. Le rapport du gouvernement ainsi que les rapports parallèles de la société civile sont disponibles ici: https://bit.ly/2QX6AWM

    Le Comité pour l’Elimination de la Discrimination Raciale ici: https://bit.ly/2yjYBLM

    En 2018, le Comité des Nations Unies sur la torture a contrôlé la mise en œuvre par la Mauritanie de la Convention contre la Torture. Les conclusions sont disponibles ici: https://bit.ly/2P7IGHU

    3. Tout cela est destiné à la consommation externe. Rien ne va changer

    En conclusion :

    1. Ould Abdel Aziz doit savoir qu’aujourd’hui tout est connu. On peut continuer à tromper son peuple ni vouloir tromper la communauté internationale. Tout se sait.

    2. Ould Abdel Aziz est le responsable de tout ce qui se passe. Sa politique raciste a détruit le pays. Il est responsable personnellement du génocide biométrique par son enrôlement et doit non seulement répondre un jour de ce crime contre l’humanité mais aussi devant Dieu puisse il a fait des mauritaniens des apatrides chez eux ainsi qu’à l’étranger. Des gens sont morts pour cela, beaucoup ont perdu leur travail en Europe n’ayant pu renouveler leur carte de séjour.

    3. Le maure blanc, à cause du régime en place est vu comme un esclavagiste et raciste à l’étranger. Il cache même son identité à l’étranger.

    4. Les mauritaniens n’ont pas de problèmes entre eux, c’est le régime en place qui les divisent pour se perpétuer au pouvoir : « diviser pour régner ».

    5. Il sera vu comme un ancien président raciste, malhonnête ayant des réseaux avec les milieux mafieux et seule son image compte. Capable de détruire tout pour son image qui malheureusement est ternie à jamais.

    6. Ce sera un homme qui va vivre durant le restant de ses jours avec la peur d’être rattrapé par son passé.

    7. Tout cela est destiné à la consommation externe. Rien ne va changer

  • sindibad (H) 09/01/2019 12:31 X

    nous voyons sur la tribune le général ghaqouani avec un visage grave et fermé montrant qu'il est disponible à pour suivre le cap après aziz. nous voyons aussi ould baya et surtout le président hadalla qui avec le lobby des gens du sahel poussent aziz à rester au pouvoir.....

  • sammbasy (H) 09/01/2019 11:25 X

    La Tribune du mensonge s'effondre, c'est un signe prémonitoire de fin de cirque !

  • netali (H) 09/01/2019 10:23 X

    Il est le Tout Puissant, le juste et n'aime pas l'injustice. Il est avec les opprimés lui l'unique et le seul chef suprême ALLAH

  • bleil (H) 09/01/2019 10:12 X

    MOHAMED OULD KEMBO assure au moins sa participation à la manifestation de AZIZ qui fait le guignol avant l'heure !