12-03-2019 07:29 - Mauritanie : des ambassadrices de la paix, pour renforcer la cohésion sociale [PhotoReportage]

Mauritanie : des ambassadrices de la paix, pour renforcer la cohésion sociale [PhotoReportage]

Au total, elles sont au nombre de 20 ambassadrices de la paix, triées sur le volet. Pendant une semaine, elles vont vivre ensemble, sous l’encadrement de quatre coaches, toutes des femmes, issues des quatre communautés nationales (Maure, Poular, Soninké et Wolof).

Petit rappel : ces ambassadrices de la paix ont été sélectionnées dans le cadre du projet Prévention des conflits et de promotion du dialogue interculturel, financé par l’Union européenne. A l’origine de cette initiative, l’Association multiculturelle pour un avenir meilleur (AMAM) qui a saisi au rebond la célébration de la journée du 8 Mars pour présenter ses 20 ambassadrices de la paix, devant un parterre d’invités et de leurs familles.

Kiné Diaw, qui est l’une des 20 ambassadrices de la paix, rappelle ce qui l’a poussée à tenter l’expérience du vivre ensemble et de se connaître.

"A l’Université, j’ai vécu une situation qui m’avait déplu et je n’aimerai plus la revivre. Le premier jour de l’Université, je suis rentrée dans l’amphithéâtre, on était plus de 900 étudiants. J’ai remarqué qu’il y’avait une rangée où il y’avait uniquement les Maures, une rangée où il y’avait uniquement que des négro-mauritaniens. Ça m’a choqué, le tableau était très sombre pour moi. Je ne voyais pas l’avenir de la Mauritanie avec ce tableau, c’est vrai, qui est bicolore, mais qui reste quand même très distant, très froid pour une jeunesse sensée ouverte d’esprit, sensée travailler main dans la main pour un avenir meilleur."

-Déconstruire la peur de l'autre-

Oumou Kane, présidente de l’AMAM, explique le contexte de naissance des ambassadrices de la paix, une initiative qui entend, déconstruire la peur de l’autre, un vieux baobab aux racines bien plantées dans la terre.

"L’ONG AMAM organise chaque année des rencontres culturelles et d’échanges interculturels. Nous avons voulu apporter une nouvelle touche par rapport à ça. Surtout en pensant aux femmes par rapport au rôle qu’elles peuvent jouer pour contribuer au développement du pays, à la cohésion sociale et à la paix entre autres…J’ai vu dans la nouvelle génération des femmes mauritaniennes cette envie de se connaitre, de connaitre les communautés du pays, cette envie d’être créatives, de contribuer à cette culture de paix, cette envie de s’engager dans la vie sociale".

Mais, chez AMAM, on entend aller au-delà de ce constat. D’où l’idée de faire cohabiter pendant une semaine une vingtaine de jeunes filles issues de toutes les communautés du pays, sous le même toit...

"C’est quoi la paix ? c’est quoi être actrice de paix ? et à travers ça, comment elles, aussi, elles peuvent inspirer ceux qui sont perdus dans ce domaine. Tout le monde se perd dans ce domaine : culture de paix entre autres. On parle de ça, mais il faut que ça soit vrai. Donc, elles sont appelées à devenir des modèles, que ça soit ici en Mauritanie ou ailleurs, afin qu’elles inspirent d’autres", souligne Oumou Kane.

Durant cette période de cohabitation, les 20 ambassadrices de la paix sont coachées par des femmes qui vont puiser dans les valeurs du vivre ensemble pour secouer les préjugés et les barrières.

Parmi elles, Marème Tall Kane, ancienne gloire du basket-ball féminin mauritanien. Elle détaille ce qui va attendre les jeunes filles durant leur stage de vivre ensemble.

"Elles vont essayer de transcender leurs peurs. Nous n’avons pas à mon sens un problème de cohabitation. Voyez le monde comment il évolue maintenant. Les gens sont devenus individualistes, on est maintenant en milieu urbain. Nouakchott s’est urbanisé, ce qui fait que les gens se sont éloignés les uns des autres. Ce qui n’était pas le cas avant. C’est vrai qu’on ne peut pas continuer à vivre comme il y’a 20 ans. Cela ne doit pas enlever les valeurs surtout nos valeurs religieuses, culturelles, sociales fondées sur l’Islam. Qui dit Islam dit acceptation de l’autre, dit respect de l’autre, dit solidarité. Il ne faut pas avoir la peur de l’autre. De mon expérience personnelle, à chaque fois, que je suis allée vers l’autre, la personne a voulu faire cette démarche. Seulement, j’ai eu le courage, moi, d’aller vers la personne et je suis accueillie à bras ouverts, je suis écoutée et je suis même admirée d’avoir la chance de devancer ma peur et d’aller vers la personne. Donc, c’est surtout transcender les peurs, une fois qu’on les a transcendées, tout le reste va aller de soi, ça va couler de source".

Texte | Par Babacar BAYE NDIAYE

©CRIDEM 2019

----


Avec Cridem, comme si vous y étiez...






















































Commentaires : 8
Lus : 4973

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (8)

  • lass77 (H) 14/03/2019 09:53 X

    @a.bennan@ Et bien malgré deux ans d'absence sur Cridem, il n'a pas changé d'opinion. Je repose toujours mes anciennes questions : Que proposes tu pour la Mauritanie ? Cette femme propose des belles initiatives pour que ce pays ne brule pas , tu reviens ici pour parler d'Arabe ou de langue arabe. En Mauritanie on a des Maures Blancs et Noirs , des peuls , des soninké et des wolofs n'en déplaise. Pour l'Arabe , il faut aller à l'ecole , on ne parle pas d'Arabe dans les salons, les foyers, la rue en Mauritanie mais plutot hassanya, poulaar, soninké et wolof voilà la vraie mauritanie. Y'en a marre. Bon travail Mme KANE

  • a.bennan (H) 13/03/2019 19:23 X

    Comment est ce possible quand une partie méprise l'arabe et les Arabes? Et très dommage pour eux car ils resteront au bord de la route.Et ça,ne sert à personne.

  • dhamza (H) 13/03/2019 15:11 X

    Excellente initiative d'Oumoulkheir Kane. Ce sont là des actes concrets à encourager et à multiplier. Je suis foncièrement convaincu que ce mur entre les communautés se fissure pour le benefice de l'unité de ce pays qui en a tant besoin. Les fossoyeurs de cette unite restent à l'affut. Du courage Seydi Kane. Le meilleur reste à venir.

  • mystere1 (F) 13/03/2019 13:00 X

    de passage, voilà comme je le dis et répète un thème sensible et necessaire pour une future mauritanie saine et harmonieuse, chères dames ou ladies, la bataille sera très difficile, car elle doit commencer par les esprits, coeurs, âmes et enfin au final la foi !

  • mystere1 (F) 13/03/2019 12:56 X

    Bravo pour ces consoeurs, bravo à la bravoure de la Femme, et sa fête du 08/03 méritait d'être crée, car vraiement, c'est une super women naturellement.

  • sammbasy (H) 13/03/2019 10:32 X

    Voilà du concret, même si c'est à une échelle réduite. Ce genre d'initiatives est à multiplier. Merci AMAM pour cette action concrète et sincère, à l'opposé des "marches d'hypocrisie".

  • lass77 (H) 12/03/2019 13:27 X

    il faut multiplier ces genres initiatives et surtout avec sincerité. Le pays va mal et il y'a trop d'injustice, de frustration, d'animosité. Il faut de la patience dans l'épreuve pour tout mauritanien.

  • kommen2 (H) 12/03/2019 12:20 X

    Je vous souhaite bonne chance ;mais ce brassage s'avèrera très difficile car la discrimination, la ségregation,le népotisme sont un lot quotidien des habitants de ce pays.Il y'a des personnes qui se trouvent dans toutes les communautés qui en font un fonds de commerce.