17-03-2019 00:30 - Mauritanie: un ex-Premier ministre candidat "indépendant" mais soutenu par le parti islamiste

Mauritanie: un ex-Premier ministre candidat

Atlasinfo - Un ancien Premier ministre mauritanien pendant la transition démocratique de 2005-2007, Sidi Mohamed Ould Boubacar, a annoncé samedi sa candidature à la présidentielle de juin "en tant que candidat indépendant", tout en bénéficiant du parti islamiste Tewassoul, première formation de l'opposition.

M. Ould Boubacar, 61 ans, affrontera lors de ce scrutin, dont la date précise n'a pas encore été fixée, le "dauphin" de l'actuel président Mohamed Ould Abdel Aziz, l'ancien général Ould Ghazouani, qui a quitté vendredi son poste de ministre de la Défense après avoir officialisé début mars sa candidature.

Ancien général arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2008 puis élu en 2009 et réélu en 2014, le président Ould Abdel Aziz ne peut se représenter au terme de son second mandat qui s'achève en août.

M. Ould Boubacar affirme dans un communiqué avoir pris sa décision de se présenter aux suffrages des Mauritaniens "en tant que candidat indépendant" après "un examen approfondi de la situation du pays" et des "contacts et discussions élargies avec les divers acteurs politiques et les forces vives du pays", qu'il juge "fructueux".

Premier ministre (1992-1996) sous le président Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya, puis chef du gouvernement lors de la transition démocratique ayant suivi le putsch de 2005, M. Ould Boubacar avait reçu dès jeudi le soutien officiel du parti islamiste Tewassoul (14 députés), bête noire du régime. D'autres plus petite formation de l'opposition dite "radicale" devrait également se ranger derrière cette candidature "indépendante".

Deux formations de l'opposition, le Rassemblement pour la démocratie et l'unité (RDU) et le parti Adil, ont en revanche décidé de soutenir le candidat du pouvoir.

Le militant anti-esclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid, déjà candidat au scrutin présidentiel de 2014 et élu député en septembre grâce à une alliance entre son mouvement non reconnu et le parti d'orientation baassiste (nationaliste arabe) Assawab, a déjà exprimé sa volonté de se présenter, tout en estimant "impossible de rivaliser avec l'Etat et son candidat". D'autres personnalités pourraient encore présenter leur candidature dans les prochaines semaines.

Malgré des semaines de pourparlers, l'opposition n'est pas parvenue à s'unir. "Nous avons décidé de laisser à chaque parti la liberté de choisir son candidat, tout en continuant à coordonner nos positions, surtout en cas de second tour", a expliqué Mohamed Ould Moloud, président de la coalition électorale de l'opposition démocratique (CEOD) qui regroupe la plupart des partis de l'opposition dite radicale.

La Mauritanie a par ailleurs décrété samedi un deuil national de trois jours après le décès d'un ancien président, le lieutenant-colonel Mahmoud Ould Ahmed Louly, qui avait dirigé le pays de juin 1979 à janvier 1980 en tant que chef d'un Comité Militaire de Salut National ayant pris le pouvoir quelques semaines plus tôt à la faveur d'un coup d'Etat entre militaires.

afp



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 2924

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • mseyke le martyr (H) 18/03/2019 10:10 X

    Mawiya bis c le pur des candidats

  • kadimapur (H) 17/03/2019 15:03 X

    S'il n y a pas une candidature surprise de dernière minute de Bouamatou, il reste et il restera le candidat le plus à même de bousculer le candidat du pouvoir car il arrivera à canalyser les voix de la plupart de l'opposition et une grande partie des mécontents de la majorité ...

  • bleil (H) 17/03/2019 10:49 X

    LA HONTE ... Quelle honte que d'avoir servi Ould TAYA, le petit colonel macabre ignorant et rustre qui a massacré de paisibles populations ! Un pure produit de la race des goumiers qui vendrait sa chair pour de la pitance des militaires !

  • mohamed hanefi (H) 17/03/2019 07:46 X

    Il est remarquable et navrant à la fois de constater le nombre de guillemets et de sous-entendus qui planent dans les airs à chaque fois que Le nom du président Sidi Mohamed est évoqué. Il me plait de faire ici quelques remarques dans l’unique but d’édifier les lecteurs : 1-Sidi Mohamed Boubacar, « premier ministre de l’ancien dictateur Maawiya ». Drôle de reproche. Quand Sidi Mohamed était premier ministre de La Mauritanie et non de Maawiya, ceux qui le fustigent par ce noble poste étaient gardes du corps de cet « ancien dictateur », d’autres étaient ses conseillers proches et rapprochés. Certain étaient ses applaudisseurs et les satans qui l’ont conduit où ils l’ont conduit, avant de faire de lui leur patère national sur lequel ils ont accroché leurs péchés horribles. Sidi Mohamed n’a pas trempé dans la gabegie. Son ventre n’a pas poussé et son compte en banque n’a pas été bourré du prix du sang des pauvres et des opprimés. Ceux qui se nourrissent de la chair du misérable sont trahis par l’embonpoint et les maladies d’obésité et de tension qui les accompagnent. Aoudhou-billah. En période de Maawiya, tout le monde était quelque chose dans le système. Parfois dans des positions que l’eau de javel ne peut nettoyer. 2- Sidi Mohamed devient subitement la cible de tous les désœuvrés du net. Où étaient ces braillards pendant toute cette période. C’est maintenant qu’ils se souviennent qu’il faut inventer les sornettes, pour que la Mauritanie ne sorte jamais de ses misères ? Le chien courre instinctivement derrière tout celui qui fait de la vitesse. 3-Sidi Mohamed candidat « indépendant » ou soutenu par une mouvance musulmane ou autre, HHHHHH il ne fait que multiplier les moyens disponibles, pour vous rendre service. Il n’est un secret pour personne que la Mauritanie doit changer ou disparaitre. Alors quand la pluie vient, on ne demande pas de quelle direction il a plu. Le parti Tawassoul est mauritanien. Cette prise de position le grandit à nos yeux et dans nos cœurs. Ils ont leur philosophie, nous avons la nôtre et c’est ici que les efforts versent dans l’intérêt supérieur de notre pays. C’est tout. 4- Certain sont allés jusqu’à dire que Sidi Mohamed et là vraiment entre guillemets « a signé le pacte avec Israël. » C’est ridicule. Cette décision revient à tout un gouvernement et de surcroit militaire. Et puis que celui qui se sent blanc, lui jette la première pierre. Qui ne traite pas avec Israël actuellement ? Pourtant, lui, premier ministre sous ce régime d’exception, a été le plus grand soutient pour la Palestine. Les archives sont là. Et les poèmes de Sidi Mohamed, le poète en soutient à nos frères, continuent encore de circuler dans les pays arabes et dans le monde. 5-chers frères et concitoyens. Comme disait la grand-mère Allah yarhamha « Dites Euff ! Vous êtes foutus. » Il y a eu une pléthore de coups d’états dans notre pays. J’étais là personnellement le 10 juillet 1978, quand j’allais au lycée national pour faire mon BAC. Depuis ce jour et à nos jours, à chaque fois qu’un mouvement anticonstitutionnel est intervenu, vous êtes sortis en masses mashallah, pour le soutenir. Pas une fois nous n’avons vu une protestation contre. Alors de grâce quand la Mauritanie veut changer comprenez que la chose n’est pas facile. « Dites un bien ou taisez-vous. »