23-03-2019 12:51 - Adieux du candidat Ghazwani au gouvernement : Première gaffe?

Adieux du candidat Ghazwani au gouvernement : Première gaffe?

Le Calame - Le candidat Ghazwani a fait ses adieux au gouvernement, lors de la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres, jeudi dernier. Le candidat favori à la prochaine présidentielle a avoué qu’il soutenait les initiatives réclamant le troisième mandat pour son alter ego, Mohamed ould Abdel Aziz qui, à en croire le désormais ex-ministre de la Défense, n’en voulait pas.

Et d’ajouter qu’il avait été placé devant ses responsabilités pour continuer le travail entamé, voici quelque dix ans. Comme il le sait, mieux que quiconque, la question du troisième mandat a failli mettre la Mauritanie, sans dessus dessous, et tous les observateurs s’accordent à dire qu’il aura fallu l’intervention de l’armée pour pousser Ould Abdel Aziz à mettre fin à la prolifération des initiatives en faveur du troisième mandat.

On ne savait pas si Ghazwani avait soutenu l’une ou l’autre position et le cas échéant, laquelle. Pourquoi donc s’être déclaré, maintenant ? Rien ne semblait en effet l’obliger à lancer ce que les observateurs politiques considèrent comme sa première « bourde » ou « gaffe » de débutant.

Alors que tout le monde avait salué sa discrétion, lors de la levée des dites initiatives, le voilà à se compromettre dans une sortie, sinon intempestive, du moins vraiment pas urgente. Des rumeurs avaient certes laissé entendre qu’il avait été sollicité, par les députés pétitionnaires, pour influer sur leurs homologues de l’Est et l’actuel chef d’état-major actuel, mais de là à conclure qu’il les soutenait, il y a un grand pas que les observateurs jugeaient infranchissable.

On ne pouvait penser que le probable candidat soutenait une « violation de la Constitution » ni le soupçonner d’être un candidat par défaut, en ce qu’il bénéficiait, selon l’opinion quasi-unanime, du soutien de l’armée et de plusieurs chancelleries occidentales installées à Nouakchott, surtout préoccupées par des questions de sécurité au Sahel.

L’idée serait-elle de tenter de dissiper une certaine impression de flou, au sein la majorité, après une déclaration de candidature trop peu appuyée sur celle-ci ? Le 1er Mars, son discours novateur, pour ne pas dire de rupture et d’espoir de changement, semait en effet le trouble dans l’opinion.

Un malaise entretenu, dès le lendemain, par toute une série de fausses notes : le 2 Mars, tenue, la peur au ventre, d’un congrès, sans enjeu ni résultat probant, du principal parti de la majorité (UPR), qui aurait dû l’investir, en tant que candidat… mais qui s’en abstint, en l’absence d’Ould Abdel Aziz ; mise en place, dans la foulée, d’une commission de préparation d’un congrès-bis chargé d’élire ses nouvelles instances… après la présidentielle ;

déclaration malencontreuse d’Ould Adbel Aziz sur la candidature de son ami Ghazwani ; polémique autour d’une photo du Président décrochée de la salle où le candidat Ghazwani conférait, avec les membres de la commission de suivi du parti ; désamour désormais perceptible, entre Ould Abdel Aziz et ladite commission…

Qui trop embrasse…

On sent comme une espèce de cafouillage, au sommet de l’Etat, et la sortie du gouvernement du candidat l’entretient plus qu’elle ne le contrarie. Les rumeurs, sur l'imminence de l'annonce de la candidature de l’ex-PM, Moulaye ould Mohamed Laghdaf, accentuées par sa rencontre avec Ould Abdel Aziz, à son retour de voyage et le rappel, au gouvernement, d’un autre ancien PM, Ould Hademine, ne sont pas de nature à dissiper les suspicions au sein d’une majorité apparemment scindée en deux camps.

Pour nombre d’observateurs, Ghazwani aurait dû se taire sur la cuisine interne, au sommet de l’Etat et/ou de la Grande Muette. Sa stratégie de ne déplaire à aucun cercle de la majorité, en particulier celui de son compagnon de quarante ans, ne risque-t-elle pas lui constituer une faiblesse que ses concurrents ne manqueraient pas d’exploiter ? Comme sa trop forte « proximité », pour ne pas dire « complicité », voire dépendance, vis-à-vis de son alter ego qu’il ambitionne de remplacer à la tête du pays ? Rassembler, embrasser, c’est fort compréhensible mais trop, c’est au final, toujours mal étreindre…

DL



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 6
Lus : 4842

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • pyranha (H) 25/03/2019 09:11 X

    La seule façon de battre à plate couture et au 1er tour ce Mr ,c'est de soutenir tous BIRAM ,tout le blabla restant ,n'est que du vent.

  • hi (H) 23/03/2019 16:02 X

    Il doit être battu et écarté. Trop c’est trop.

  • insoumis (H) 23/03/2019 15:41 X

    Une fois que cette chose entre en hibernation au palais, c’est fini et se sera très difficile de faire expulser ce gourou, injuste corrompu et raciste hors du palais. Ces grizzlis ne respectent rien, et se serais vraiment une grosse erreur de voter pour eux.

  • Detrumpez-vous (H) 23/03/2019 15:38 X

    Incroyable mais vrai, comment un futur président dit-on peut-il faire des gaffes de cette sorte et de mauvais gout, on nous dit qu’il sera président de la Mauritanie, Ghazwani est un mauvais choix politique pour Aziz, on dit que les Deyboussatts sont très patient et flatteurs, s’ils arrivent à leur objectif, il retourne les vestes sans hésiter un seul instant. Ghazwani n’est pas maitre de lui dans sa tribu et ses attributs, le chef de la tribu lui avait conseillé, lors de la balle amie sur Aziz, de rendre le pouvoir et d’attendre le bon moment pour prendre sa revanche sur tout le monde, le chef de tribu sera le maitre du jeu et on dit qu’il ne respire PAS AZIZ, à bon entendeur salut, Aziz il faut réfléchir et trouver un contre poids politique, pour demain. Aziz s’est trompé sur son Candidat.

  • netali (H) 23/03/2019 14:59 X

    Mr Le peuple mauritanien n'a pas besoin de toi. Toi qui soutient le 3ème mandat d'aziz ne vas tu pas changé la constitution pour faire un 3ème mandat une fois élu. Le probleme c'est qu'on en a mare d'être diriger toujours par des hommes de tenue. Allez à la frontière dépendre la pays contre ces terroristes. on ne veux pas de toi

  • DocteurM (H) 23/03/2019 14:34 X

    C'est à dire chasser le naturel et le revoir revenir au galop !