27-09-2019 00:00 - Un peu d’histoire : La femme du commandant de Mederdra

Un peu d’histoire : La femme du commandant de Mederdra

Le Calame - Méderdra fut fondé par les forces coloniales, en 1907, avec le transfert de leur poste militaire de Khroufa, près de Tiguent, vers un nouveau site dans l’Iguidi, appelé, en dialecte berbère, « Ndheikerni ».

Le fort nouvellement construit fut occupé par les tirailleurs et goumiers, sous le commandement d’un officier français, et le village prit vie. Le campement des haratines Ehel Bouvlane qui jouxtait l’ancien fort de Khroufa et dont certaines femmes avaient épousé des soldats de la colonie, déménagea pour s’installer à cinq cent mètres au Sud du nouveau fort ety fonder « Malgache » (une appellation donnée par les tirailleurs), le plus ancien quartier de la future ville.

« Ndheikerni » reçut alors le nom de « Sanga » (garnison en hassaniya). Puis, avec le temps et l’élargissement du village, on lui colla celui d’« El Medherdhra » (l’éparse, en hassaniya), bientôt officiellement orthographié, parles colons, en « Mederdra », écriture qu’il a gardée depuis.

Une femme en haillons

Eté 1971, voici que passe, dans une rue de ce petit bourg, une septuagénaire de teint foncé, le visage strié de rides. Taille élancée remarquable, pour son âge. Elle porte plusieurs pots, contenant, chacun, une denrée différente.

Un pour le riz, un autre pour le sucre, un troisième pour le mil. Un quatrième protège un mélange d’aliments cuits, alors que le dernier détient le précieux « zrig » offert par les bienfaiteurs de la vieille mendiante. Mais, à bien l’observer, on devine que cette dame connut une vie de nantie.

Passant devant un groupe de vendeuses à l’étal, elle s’en voit demandée de leur chanter, comme souvent, sa fameuse « Dhoukloujouha, lahiijouha ». Et la voilà à danser et mélodier, sous les applaudissements et youyous des marchandes.

La fête ne dure guère car, comme d’habitude, un groupe de bambins dont je fais partie l’interrompt, en criant : « Sarbenier, Sarbenier ! », avant de prendre nos jambes à nos cous. Messouda mint Monha, ladite mendiante, se lance aussitôt à nos trousses, avant d’abandonner la partie, sous la pluie de nos projectiles.

Les enfants que nous étions ne connaissaient pas le sens du mot qu’ils proféraient mais savaient fort bien qu’il provoquerait, infailliblement, la fureur de cette pauvre dame en haillons. Je me rappelle que les personnes majeures parfois témoins de ces scènes faisaient toujours part de leur étonnement en la voyant ainsi déchaînée. « La situation de cette femme prouve que la vie d’ici-bas n’a guère d’importance », commentaient-elles.

Messouda était, de fait, mise en quarantaine par la majorité des habitants de Méderdra, surtout les vieilles personnes qui n’acceptaient même pas de lui parler.

Certains refusaient de la laisser boire ou manger dans leurs ustensiles ou récipients personnels et ne lui servaient boisson et repas que dans ses propres pots de mendicité.

Les plus religieux se couvraient le plus souvent les yeux, lors de son passage. Elle n’avait ni gîte ni couvert, passant ses nuits en plein air, quelle que fut la saison, alors que plusieurs de ses parents demeuraient au village.

C’était une énigme, pour nous enfants. Elle mourut en 1973 et ne fut pas enterrée au cimetière public. On lui fit, en toute hâte, le lavage funéraire et la prière, avant de l’enterrer, seule, à deux kilomètres au Sud-est de la ville…

Mendiante maudite

Ce n’est que plus tard que j’appris le pourquoi de cette tenace ségrégation. Messouda avait été choisie, comme concubine, par le fameux commandant Charbonnier, chef de subdivision à Méderdra à la fin des années trente.

Le passage de ce fameux administrateur colonial marqua la région, par deux événements importants qu’il sut bien gérer, aux dires des historiens. Le séjour, tout d’abord, du saint chérif Hamahoullah, assigné deux ans en résidence surveillée à Méderdra.

Les habitants du village accueillirent fort bien et abritèrent le saint homme qu’ils traitèrent avec les plus grands égards, en dépit des colons. Même le commandant Charbonnier sympathisa avec le cheikh et ne cessa de lui porter une bienveillante attention, contrevenant ainsi aux ordres de sa hiérarchie, ce qui lui valut d’être sanctionné par le gouverneur de la Mauritanie.

Le deuxième événement survint juste après le décès de l’émir Ahmed Salem ould Brahim Salem. Abdoullah ould Cheikh Sidiya, qui était bien vu par les colons, écrivit au gouverneur général de l’AOF, en lui demandant de dissoudre l’émirat du Trarza qui, selon lui, n’avait plus de raison d’être en doublon de l’Etat colonial.

Il proposait que la tutelle du Trarza lui soit confiée, laissant la zone de Méderdra au cadi Mohamedhen ould Mohamed Vall dit Meyey. Le gouverneur général fit aussitôt suivre le document au commandant Charbonnier pour étude et avis. L’annotation du chef de subdivision de la capitale de l’Emirat amena le gouverneur général à classer définitivement le dossier, sans y donner suite.

Charbonnier épousa, vers 1927, Mint Monha. Elle était d’une beauté rare et les gens commencèrent à murmurer que ses désirs étaient, à son mari subjugué, comme des ordres. Elle aurait ainsi fait emprisonner et battre qui elle voulait.

Convoitait-elle un bel habit ou bijou ? Il était aussitôt saisi par les gardes ou goumiers qui lui obéissaient au doigt et à l’œil. Toute monture qui lui plaisait lui était immédiatement réquisitionnée.

Des mauvaises langues disaient qu’elle se baignait, parfois, dans du lait frais que les goumiers saisissaient, en grandes quantités, chez les éleveurs. Lorsque Charbonnier fut sanctionné et rappelé à Saint-Louis, Mint Monha disparut avec lui, pour ne réapparaître que dans les années soixante, vieille mendiante maudite par la société.

Mosy



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 7137

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • mdmdlemine (H) 27/09/2019 08:35 X

    Oui j'ai trouvé la version arabe écrite par l'éminent et inégalable journaliste mauritanien Ould Sidi Moyla *** منت امّنْهَ؛ المرأة التي ملكت السلطة والمال وانتهى بها الحال متسولة في شوارع المذرذرة Views 485 من المفترض أن “منت امّـنـْـهَ” ولدت في العشرية الأخيرة من القرن التاسع عشر. ففي سبعينات القرن العشرين، كانت تبدو وكأنها في عقدها الثامن. تعتبر بنت امّـنـْـهَ “الفتاة” المدللة لحاكم دائرة المذرذره السيد شاربونيي (المعروف محليا بـ”صَرْبَنـْـيَه”). كانت “زوجة كومانده” التي لا يُعصى لها أمر. لقد شـُـغف بها أيما شغف فكان الحرس يسهرون على خدمتها في أي وقت موفرين لها كل ما تريده، مهما كان. عاشت “منت امّـنـْـهَ” بورجوازية مجنونة عرفت خلالها حياة بذخ لا مثيل له، فكانت تعتبر أن لبن الإبل يفيد في لمعان ونعومة البشرة، لذلك تبعث بخدامها، ضحى كل يوم، لاستجلاب عشرات أقداح اللبن من أجل أن تستحم به. عاشت منت امّـنـْـهَ، ما بين 1920 و1930، أقصى أنواع الغنج والكبرياء واستغلال النفوذ. وفجأة، دون سابق إنذار، حل غضب الإدارة الاستعمارية، في سان الويس، بالحاكم صَرْبَنـْـيَه فحـُـول عن المذرذره عقابا له على تعاطفه المزعوم مع السجين الشيخ حماه الله. وهكذا بدأت دولة بنت امّـنـْـهَ في الانهيار، وأخذ نجمها في الأفول شيئا فشيئا. وفي السنوات الأولى من سبعينات القرن الماضي، كانت منت امّـنـْـهَ تتسول في شوارع المذرذره: فالمسكينة، التي لم تنجب أبدا، لم يكن لها أي معيل. كان الأطفال يهابون عضتها الشرسة عندما يحاول أحدهم سرقة النزر القليل من الصدقات التي تحصل عليها هناك. ولسبب ما زلت أجهله، دفنت منت امّـنـْـهَ وحيدة معزولة على بعد كيلومترين جنوب غرب المذرذره، رغم أن المقبرة لم تكن تبعد من المدينة أكثر من 500 متر. من صفحة الكاتب محمد فال ولد سيدي ميله

  • mdmdlemine (H) 27/09/2019 08:32 X

    Trés agréable à lire Ils sont nombreuses ses messaouda, ex épouses de colonisateurs abandonnées à Atar, à Nouakchott, à Akjoujt, à Zouérate, au fort Gouraud et à Port Etienne J'aimerai bien avoir à accès à la version arabe de Messaouda sinon me prêter à traduire cette belle histoire, cette fée passée de l'opulence, la domination, à la mendicité et au déni

  • Ben Aouf (H) 27/09/2019 03:39 X

    Le vrai dialogue commence par l'audience de birama ,kane hamidou et samba thiam à la présidence.