05-06-2020 09:54 - La BAD lance une enquête indépendante sur son président accusé de prévarication

La BAD lance une enquête indépendante sur son président accusé de prévarication

Ouest-France - Le Nigérian Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement (BAD), est visé par une enquête indépendante ouverte jeudi. Seul candidat à sa réélection pour un nouveau mandat, sa position apparaît de plus en plus fragilisée.

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé jeudi soir le lancement d’une enquête indépendante sur les accusations de prévarication (de manquement à ses obligations) contre son président, le Nigérian Akinwumi Adesina.

Après avoir temporisé deux semaines, l’institution panafricaine de développement, qui siège à Abidjan, a finalement cédé à l’exigence des États-Unis, insatisfaits de l’enquête interne qui avait totalement disculpé Akinwumi Adesina de graves accusations formulées par un groupe de « lanceurs d’alerte », telles que « comportement contraire à l’éthique, enrichissement personnel et favoritisme ».

Akinwumi Adesina est le seul candidat à sa réélection pour un nouveau mandat mais sa position apparaît de plus en plus fragilisée.

« Le Bureau (du Conseil des gouverneurs de la BAD) convient d’autoriser une revue indépendante » sur les « allégations » des lanceurs d’alerte visant Akinwumi Adesina, a déclaré dans un communiqué la présidente du bureau du Conseil, Nialé Kaba, également ministre ivoirienne du Plan et du développement, à l’issue d’une nouvelle réunion du Bureau ce jeudi.

Cette « revue indépendante devra être menée par une personne neutre, intègre, de haut calibre, ayant une expérience incontestable et une réputation internationale avérée, dans un délai de deux à quatre semaines maximum, en tenant compte du calendrier électoral » de la Banque, qui doit élire son président fin août, précise Mme Kaba.

Akinwumi Adesina, élu en 2015 à la tête de la BAD, l’une des cinq principales banques multilatérales de développement au monde, fait l’objet depuis le début de l’année d’une série d’accusations embarrassantes, divulguées dans la presse en avril.

Dans un rapport détaillé, les lanceurs d’alerte lui reprochent son favoritisme dans de nombreuses nominations de hauts responsables, en particulier de compatriotes nigérians, d’avoir nommé ou promu des personnes soupçonnées ou reconnues coupables de fraude ou de corruption, ou encore de leur avoir accordé de confortables indemnités de départ sans les sanctionner.

Des accusations réfutées en bloc par M. Adesina, 60 ans, premier Nigérian à diriger la BAD depuis sa création en 1964, qui a clamé à plusieurs reprises son « innocence », et qui avait rapidement été disculpé par la Banque sur la foi d’un rapport de son comité d’éthique interne.

« Mystification et enfumage »

Mais les États-Unis, deuxième actionnaire de la BAD après le Nigeria, ont exigé fin mai le lancement d’une enquête indépendante, remettant en cause, dans une lettre cinglante du secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, le travail du comité d’éthique, et provoquant une sérieuse crise dans l’institution panafricaine.

« Considérant l’étendue, la gravité et la précision des allégations contre le seul candidat au leadership de la Banque pour les cinq prochaines années, nous pensons qu’une enquête plus approfondie est nécessaire pour que le président de la BAD bénéficie du soutien et de la confiance complets des actionnaires », écrivait M. Mnuchin.

La décision de lancer une enquête indépendante a été prise « dans le but de réconcilier les différents points de vue », précise d’ailleurs Mme Kaba.

Alors que sa réélection semblait assurée il y a six mois, avec le soutien de l’Union africaine et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, et à la suite d’une augmentation de capital géante de 115 milliards de dollars acceptée en octobre 2019, la position de M. Adesina apparaît désormais de plus en plus fragile.

Cet homme charismatique au style volontiers flamboyant se bat néanmoins comme un beau diable, vilipendant ses adversaires, vantant son bilan et cherchant tous les soutiens possibles.

Soutien du président nigérian

Le président nigérian Muhammadu Buhari lui a publiquement fait part de son soutien mardi, après l’avoir reçu à Abuja. Economiste spécialiste du développement, M. Adesina était ministre de l’Agriculture de son pays avant de présider la BAD.

Il a aussi reçu le soutien d’une douzaine d’anciens chefs d’État africains qui ont signé une lettre commune.En revanche les actionnaires non africains de la BAD semblent plus circonspects sur son action, selon des observateurs.

La BAD compte 80 pays actionnaires (54 pays africains et 26 non africains, d’Europe, d’Amérique et d’Asie). Elle est la seule institution africaine cotée triple A par les agences de notation financière.

En interne, la gestion du personnel menée par M. Adesina a causé des remous depuis cinq ans, entraînant le départ de nombreux cadres.

Dans une lettre ouverte datée du 30 mai, un « groupe de membres du personnel africain de la BAD » a durement critiqué sa gestion, lui reprochant « mystification et enfumage », c’est-à-dire de communiquer plus que d’agir, et d’avoir « affaibli » la Banque.

Ouest-France avec AFP





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Ouest-France
Commentaires : 1
Lus : 2110

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • lass77 (H) 05/06/2020 13:59 X

    Les Etats-unis sont en droit de demander des éclaircissements de la part de cette banque bizarre. Corruption, népostisme , favoritisme, ce president doit faire gaffe s'il est confirmé qu'il a favorisé ses compatriotes Nigerians , il risque gros. Il faut que l'Afrique cesse ce Fléau. la BAD n'est pas un ministère Nigerian ni d'aucun autre ministère Africain, il y'a des occidentaux qui dans l'affaire donc stop avec comportement honteux.