09-06-2020 21:45 - Mauritanie: un réseau associatif met en garde sur un retour de la gestion du foncier par les gouverneurs

Mauritanie: un réseau associatif met en garde sur un retour de la gestion du foncier par les gouverneurs

Le360 Afrique - Le problème de la gestion du foncier rural revient au devant de la scène avec la volonté du chef de l'Etat d'octroyer à nouveau les compétences d'attribution des terres aux gouverneurs.

Le Réseau des Organisations de Sécurité Alimentaire (ROSA), composé de 16 associations, avertit le président. Le foncier en milieu rural se caractérise bien souvent, en Mauritanie, par des abus dans la procédure d’attribution des terres de culture dans la vallée du fleuve Sénégal.

Cette problématique représente une véritable bombe à retardement dans le pays, avec la multiplication des conflits entre communautés et des spéculateurs qui bénéficieraient du soutien de l’administration.

A l’origine de cette situation, une ordonnance, portant le numéro 83.127 et datant de mai 1983, qui réorganise le statut foncier et domanial. Dûment pourvue de ses décrets d’application, elle octroie de larges compétences d’attribution aux gouverneurs.

Bien que l’application de cette ordonnance ait été suspendue en 2015, suite au constat de graves abus commis pendant plusieurs décennies, les gouverneurs, récemment reçus par le président Mohamed Cheikh El Ghazouani, au pouvoir depuis le 1er août 2019, ont exprimé leurs doléances portant sur le rétablissement de ces compétences suspendues depuis cinq ans, sous le premier mandat de Mohamed ould Abdel Aziz. Ils auraient obtenu une promesse de la part du nouveau chef de l’Etat en ce qui concerne ce point précis.

Toutefois, cette option est ardemment combattue par le Réseau des Organisations de Sécurité Alimentaire (ROSA), composé de 16 associations.

Ce collectif rappelle au président mauritanien «la gestion catastrophique du patrimoine foncier dans le pays durant les 40 dernières années et lui demande avec insistance, de ne pas accéder à cette sollicitation».

Le ROSA déplore l’attitude des responsables de l’administration territoriale «qui ont profité de leur statut pour créer de nombreux conflits à la fois au niveau urbain et rural, ce qui a motivé le retrait de cette prérogative en 2015».

Farouchement opposé à une telle perspective, ce réseau d’ONG réitère «sa demande d’un moratoire de 5 ans dans l’attribution des terres à tous les investisseurs nationaux et internationaux, pour permettre aux différents acteurs (états, propriétaires terriens, organisation agro-pastorales, société civile, secteur privé national) de trouver la meilleure formule qui garantisse un équilibre entre l’impératif de développement agricole et le respect du droit inaliénable à la propriété. Ce qui permettrait de réaliser un diagnostic sur la gestion du foncier rural et urbain à travers tout le pays de 1983 à 2020, afin de capitaliser les forces et faiblesses du système».

L’ordonnance datant de 1983 avait surtout servi à des attributions abusives à des spéculateurs désireux de revendre les terres de la vallée à des investisseurs issus de certains pays du Golfe, au détriment des membres des différebtes communautés de la Mauritanie, propriétaires traditionnels de ces terres.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 3676

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • moukhabarat (F) 14/06/2020 23:33 X

    ROSA est une vache dont la tète est au Sénégal et la queue en Mauritanie. Gare a la manipulation.

  • lass77 (H) 11/06/2020 16:14 X

    Sujet hautement sensible à tel point que le fait d'exproprier les citoyens de leur terre est considéré un crime dont la plainte est recevable à la CPI en la matière depuis 2017 si je ne m'abuse. Nos gouverneurs ne sont pas élus et n'ont pas vocation à recouvrer des pouvoirs étendus sur ces sujets qui sont explosifs au Sud du pays sur fond de féodalisme et de racisme.

  • Bertrand (H) 10/06/2020 10:38 X

    Les gouverneurs l'administration sont majoritairement des voleurs. Beaucoup de grandes richesses se sont constitué par le vol des terrains. des quartiers entiers ont été engloutis. Et mêmes leq président et les ministres y ont largement participé ils mangeaient tous mala elyetimi (les biens d'un peuple orphelin): Ribat el bahr, Diyar el qataria, les grands stades dans tous les quartiers des MAOA, les....

  • chos (H) 09/06/2020 23:32 X

    Pour bloquer la charité alimentaire USAID de 300 t/an, j'ai personnellement dans une année de sécheresse pris l'initiative non planifiée d'aménagement mécanisé en 84 gratuitement 1000 ha au Delta pour produire 4000 tonnes de riz et 4000 tonnes d'aliments de bétail aux populations démunies et créer au Trarza ladite année 25 fois le rythme décennal passé de 40 ha/an et 100 fois le même rythme sur le fleuve attesté par les stat. du CILSS/OMVS et SA/MDRE /91disponibles , je plaide en qualité de Conseillet Régional et ONG SOS Palmiers pour l'enseignement gratuit pour tous les éléves du pays et production de 10 fois nos besoins alimentaires au Delta dans l(indifférence du pays. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr .