28-06-2020 18:00 - Ould Abdel Aziz tiendra-t-il tête du grand oral ?

Ould Abdel Aziz tiendra-t-il tête du grand oral ?

Le Rénovateur Quotidien - C’est le premier président mauritanien dont le nom est véritablement associé à des scandales présumés de détournement des deniers publics, qui dépassent les pronostics.

Les faits, s’ils sont avérés, à la lumière des auditions de la commission d’enquête parlementaire risqueraient de faire de lui le prévaricateur numéro 1 du pays. Chef d’orchestre des jeux de micmac, d’octroi de marchés opaques et d’auto-attributions foncières. Et encore… L’homme au flegme guerrier sera-t-il rattrapé par l’histoire à peine sorti du palais ?

En dix ans, le tour des grosses fortunes est joué et gagné comme dans un jeu de poker.

Rien ne sera épargné pour remplir la caverne d’Ali –Big- boss : Ecoles, aéroport, accords de pêche, des mines d’or, des permis de recherche, distribués à la pelle, le fonds des revenus pétroliers, les installations électriques, la construction d’hôpitaux équipés de dépôts –poubelles venant d’Europe, de vieux bus américains et français ces « Long-jumeaux » recyclés et révisés mécaniquement pour servir de navettes aux étudiants et qui ont coûté une bagatelle astronomique à la discrétion de leur commanditaire.

Que dire des marchés juteux signés sous la table et dont le jackpot est empoché à la source. Le passage de ces fameux convois nocturnes du port autonome des cargaisons douteuses vers des destinations obscures, ne sont qu’une infime partie de la face visible de l’iceberg de cette longue chaine de prédation. Que dire de ces sociétés exonérées de la plus petite facture d’eau et d’électricité et dont les secrets se sont révélés au grand jour.

La liste est loin d’être exhaustive et comparée à ces patrimoines cachés dans des comptes étrangers difficiles à découvrir en quelques mois seulement du départ de l’ex-homme fort du pays. C’est que l’homme attendu à la barre parlementaire, s’était persuadé que tout était permis. Après avoir orchestré deux coups d’Etat en bonne et due forme, remporté deux mandats électoraux à l’arrachée, face à une opposition très puissante qu’il a finie par laminer, rien ne sera épargné par ce faiseur de rois pour tenir en échec toute fronde déstabilisatrice d’un pouvoir obtenu au bout du canon. L’armée sera rééquipée, un cercle privilégié de hauts gradés promu et les troupes désormais « déployables » dans des zones de tension contre des services rendus.

Avant lui ses prédécesseurs qui n’étaient pas tous blancs comme neige plus analogiquement, comme sable du désert (rendu rouge par les crimes de Taya) avaient chacun sa réputation et son style de gouvernance. Mohamed Ould Abdel Aziz lui, aura été non seulement un As de la manipulation politique mais un affairiste cité dans des scandales ayant défrayé la chronique : Ghanagate Senoussi, libération d’otages, présumés malles d’argent de Yahya Diamé , achat de villas à l’étranger. La fameuse fondation Rahma serait-elle la galerie à dissimuler le trésor.

Sur le plan politique des amendements constitutionnels ont touché au changement du drapeau, à l’hymne national au nom d’une prétendue préférence nationale. Le tout par le truchement d’un vote référendaire où encore se profilerait de gros sous. Le long feuilleton avec les sénateurs qui avait ébranlé le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz s’est soldé par la démolition de la chambre haute du parlement.

D’hésitations en hésitations, de suspens en suspens, les tentatives et tentations d’un troisième mandat s’achèvent par le choix d’un dauphin sur la base des présomptions de loyauté amicale. Cette fois l’aventure sera de courte durée. Hier, craint par ses humeurs bellicistes, aujourd’hui lâché par son entourage politique constitué de laudateurs zélés, de lèche-vestes qui l’ont lâché. L’homme sur qui pèsent des soupçons de détournement des biens publics se retrouve bien seul.

Attendu au grand Oral parlementaire, ses dix ans de gestion du pouvoir devant une CEP le tribun va-t-en guerre contre les Roumouz El Veçad accepterait difficilement de se prêter à cette séance humiliante. L’image serait bien digne d’un tableau cocasse…

CTD





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 8
Lus : 6736

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (8)

  • mystere1 (F) 29/06/2020 10:13 X

    Attendons de voir ce jour, mais quoi qu'il en soit, il n'a jamais craqué devant le public, et réponds de sangs froids avec ironie, arrogance, de manière à déplaire ses interlocuteurs, il est fort, et n'a pas froid aux yeux, et sait affronter le grand public face à face, n'ayez pas la mémoire courte, pour oublier que notre ex-président, fait fi de beaucoup de choses, selon son tempérament chaud, et caractère, dès fois il marchait devançant ses gardes de corps et protocoles, tout seul, sans craindre aucun risque ! contrairement et bizarrement à son frère ami successeur, qui a un temperement plus posé, et personnalité, plus timide, discret, et caractère plus sombre, maintenant on verra pour écouter le futur oral, de notre MOAZ national, qui fera aussi polémique comme buzz à l'ordre du jour !

  • Hammejerel (H) 29/06/2020 09:37 X

    Je n’ai jamais applaudi ni pour Aziz, ni pour ses flatteurs. Surement il a été un prédateur hors pair, ce qui reste à prouver, mais il a aussi posé des actes dignes qu’il ne faut pas totalement jeter. Pour la vallée il a été celui qui a alimenté cette zone, tout temps délaissée et meurtrie, en électricité qui a beaucoup changé la vie de ses habitants. Il sait bien que les grands bienfaits sont souvent récompensés d’ingratitude et il l' a fait déguster à ses propres cousins ce gout amer de la trahison. Il apprendra à ses dépens qu’il y a une catégorie de personne appelée des girouettes qui foisonnent dans de ce pays de plus d’un millions de poètes laudateurs très habiles et prompts à enterrer tout celui qui n’occupe plus le fameux fauteuil. L’actuel président également ne constituera pas une exception. On dit souvent que les vautours et les traitres ont des comportements identiques, attirés tous par l’odeur des cadavres.

  • Marrakech (F) 29/06/2020 08:07 X

    Ghazwani est l'héritage d'Aziz, n'attendez donc rien de ce grand oral !

  • Nathaliekoah 2 (H) 28/06/2020 23:33 X

    Aziz essaie de jouer au dur mais il est malléable et corvéable.Il est entrain de macérer lentement dans une cocotte et il en sortira bien ramolli.

  • Nathaliekoah 2 (H) 28/06/2020 22:51 X

    Ce mystificateur sorti de nulle part ne peut tenir tête à rien du tout. Il a été mis en orbite par SIDIOCA qui l'a "généralisé" et lui a permis de prendre le pouvoir.La Mauritanie détient le record du monde de "généralisation".80% des officiers des forces armées sont "généralisés" (même ceux qui sont analphabètes). Cela fait honte et froid au dos.

  • medabdul (H) 28/06/2020 21:51 X

    à mon avis il répondra de gré ou de force.

  • Le Titan (H) 28/06/2020 18:33 X

    Voila la phase la plus difficile pour Aziz de faire face aux homme et femmes qu’ils a lui construit, qu’il a lui-même fait de ces propre mains, qu’il a rendu homme et riche, qu’il a tout donné y compris leur famille, voilà le retour du bâton, mais qui a trahit Aziz a part ces parents qu’il a donner les honneurs, dans l’armée, les fonctions dans l’administration, les responsabilités dans la fonction publique, les banques dans l’économie, les hôtels, les auberges, la sécurité et la sureté dans leurs affaires, les entreprises express comme Zine Abidine qui courtise aujourd’hui Ghazouani et sa famille, pour lui Aziz c’est du passé.

  • Le Titan (H) 28/06/2020 18:33 X

    Avec tout cela, tout cette aide et appui financier aux groupes monocolores, Aziz est parti jusqu’à donner des salaires aux gens qui ne savent pas écrire leur nom en arabe et en français, pourquoi parce qu’ils sont de la tribu de tel chef de tribu etc… est ce que l’on doit avoir pitié de lui, non et non. Dans tout ce beau monde qui lui faisait croire que sans eux rien ne va, il y’avait aucun haratin, aucun poulaar, aucun Wolof, aucun Soninké et pour tout dire aucun noir, aujourd’hui, ceux qu’ils avaient tout donner vont lui faire la peau. Pourtant les noirs de ce pays ne réclamer que la justice, l’égalité des chances, le droit de se sentir dans les affaires de ce pays, mais rien et rien pour les noirs de ce pays a part la pauvreté et le chômage en plus de l’exclusion. Si Aziz avait fait de l’égalité son créneau politique et économique dans le pays ou bien même une partie des noirs avaient senti une espèce de justice dans sa gouvernance, il aurait vu que les vrais hommes comme Boidiel sont prêts à aller avec lui aux charbons. Je m’arrête là et je continuerai ce résonnement la prochaine fois. Pitié à Aziz.