31-01-2012 10:11 - ASECNA: le chasse aux mauritaniens continue.

ASECNA: le chasse aux mauritaniens continue.

Depuis son arrivée en décembre 2010 à la tête de l’Agence pour la sécurité de la navigation en Afrique (ASECNA), le malien Amadou Guittèye semble faire une fixation particulière sur les mauritaniens cadres de l’entreprise qu’il renvoie à tour de bras.

Premier à faire les frais de cette chasse aux sorcières, Ahmed Salem Ould Lab, le directeur financier, est débarqué sans raison.

Il n’a plus désormais que le grade de chef de service. Suivront ensuite Tah Ould Abderrahmane, un chef de département à la Direction des ressources humaines, El Houssein Ould Mohamed Abdallahi, chef du services des Moyens généraux et, pas plus tard que la semaine passée, Sylla Djingo, chef du service facturation qui cède sa place à une gabonaise.

Le malheur dans tout ça est que la Mauritanie n’a pas émis la moindre protestation. Alors qu’elle n’a jamais profité de l’Asecna, ni sur le plan de la formation, ni sur celui des équipements, elle se laisse ainsi faire au moment où d’autres tapent du poing sur la table lorsqu’un seul de leurs ressortissants est menacé.

Le Sénégal avait même menacé de se retirer de l’organisation si elle ne satisfaisait pas ses demandes et le directeur de l’époque a été obligé de s’exécuter. Pourquoi pas nous qui avons le plus grand espace aérien de la région ?

Commentaires : 6
Lus : 3663

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • dienguery (H) 31/01/2012 17:31 X

    Attendons pour bien fonder notre jugement. Cependant, il n’est pas dans l’intérêt du DG de l’ASECNA de se dévaloriser ses cadres les plus compétents sans courir le risque de se mettre lui- même et la société qu’il dirige dans un situation telle que c’est son incompétence à choisir les bons collaborateurs qui sera mise en exergue. Pour que la société qu’il dirige soit compétitive, il lui faut des collaborateurs compétents. C’est aussi simple que cela. Si le cadre incriminé croit avoir les compétences nécessaires pour occuper le poste, nous attendons sa réaction contre cette sorte d’injustice.

    Ce qui nous pousse à parler de la compétence de certains cadres mauritaniens toujours à la recherche de planques politiques où leurs compétences ne seront pas le facteur déterminant de leur recrutement.

    Rien qu’une anecdote qui m’a été racontée par l’intéressé, un cadre mauritanien de l’ASECNA qui était candidat à un concours interne qui devait le faire évoluer. Le jour de l’examen, devant sa difficulté de traiter les sujets proposés, il est sorti de la salle avec ses copies devant des surveillants complices, puis il est allé trouvé un professeur qui a fait tout le travail à sa place, et il est venu rendre ses copies, sans problèmes. On en était venu à ça !

    On a laissé les mouches pondre sur le fruit, la larve s’y est introduite, le fruit est pourri, toute la cargaison est considérée comme telle, même s s’il y en a des fruits qui sont sains, ils font partis de la cargaison. L’acte malhonnête posé par une minorité et en train de nuire à une majorité honnête et travailleuse. La solution ne peut pas être curative, mais préventive. Un comptable sera toujours un comptable quelque soit son école de formation, mais c’est dans la pratique de tous les jours que se fait la différence.

    Il faudrait être sans pitié pour les faux diplômes ou ceux obtenus par une négligence complice de ceux qui devaient en assurer la qualité. Il y va de la reconnaissance du diplôme mauritanien aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’échelle internationale.

  • MJUCAB (H) 31/01/2012 17:09 X

    Arretons de voir le diable partout. Ces soit disant cadres ne sont que victime de leurs "NULLARDISE" au quelle notre l'amateurisme les a habituer. Il suffit de comparer leurs CV a ceux de leurs remplaçant pour comprendre.
    De la part d'un averti

  • napoleon (H) 31/01/2012 11:13 X

    A mon avis il serait encore plus judicieux d'interroger les concernés. Et mon deuxiéme avis me fait dire que certains CV sont mis à nus et que ces derniers ont des diplômes plus que bizarre..... Vous comprenez.... sinon comment expliquer le silence de ces fonctionnaires...... Wait and see...

  • salofenaande (H) 31/01/2012 10:34 X

    Avant de publier ce article, ne serait-il pas judicieux d'interroger le DG de l'ASECNA sur les raisons de ce que vous appelez "chasse aux sorcières" contre les mauritaniens?

    Il se peut que cela ne soit pas ce que croyez. Loin de défendre le DG que je connais pas, je crois que l'ASECNA n'est sa propriété pour en faire ce qu'il veut?

  • Mohamed Ould Ismail (H) 31/01/2012 10:31 X

    L'auteur de cet article a raison, il faut que l'état tape fort sur la table pour protéger ses ressortissants, beneficier des équipements. Notre pays est un membre fondateur qui a cotisé depuis lan fondation de cette structure et doit avoir sa part.

    Il faut savoir jouer et plaider sa cause et aucun autre pays ne le fera à notre part.

    A bon entendeur salut.

  • Elwatani70 (H) 31/01/2012 10:29 X

    il faut demander ca a notre ministre des transports mai apparemment il est tres moue.