13-07-2013 10:54 - A l’heure de la rupture chez l’artiste plasticienne Amy Sow - [PhotoReportage]

A l’heure de la rupture chez l’artiste plasticienne Amy Sow - [PhotoReportage]

Pour son premier numéro, l’artiste plasticienne Amy Sow est à l’honneur dans à l’heure de la rupture. Mariée et mère de trois bouts de bois de Dieu, Amy Sow est une des pionnières dans le domaine des arts plastiques en Mauritanie. Son histoire avec les arts plastiques a débuté en 1999. Depuis, Amy Sow a fait du chemin, avant aujourd’hui d’être réputée pour son travail.

Ce travail qu’elle mène avec beaucoup de passion l’a mené au Sénégal, en Algérie, au Maroc et récemment en Tunisie, où elle a participé, le 14 juin dernier, au lancement de l’Association des Artistes Maghrébines (AAM) dont elle est le relais en Mauritanie. Cette association a pour but notamment de changer l’image de la femme en tant qu’artiste.

Amy Sow se revendique aujourd’hui comme une des rares artistes mauritaniennes qui maintiennent vive la flamme des arts plastiques. "Je me bats sans cesse pour représenter mon pays dans tout le Maghreb et partout dans le monde", souligne-t-elle.

Au collectif M-ART, qui regroupe les jeunes artistes plasticiens, Amy Sow y tient les premiers rôles, en assurant la vice-présidence de cette association qui a organisé, du 6 au 13 mai, la quatrième édition du Festival Libr’Art, avec beaucoup de difficultés. A chaque édition, le Collectif M-ART attend désespérément le soutien du Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports.

Lorsqu’elle parle de cette édition, c’est avec beaucoup de pincement au cœur. Elle explique que le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports dirigé à l’époque par Cissé Mint Cheikh Ould Boïde avait accepté de parrainer et d’appuyer financièrement la manifestation qui avait accueilli des marocains et des sénégalais.

En retour, le collectif M-ART avait mis le logo du Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports sur tous les supports de communications du Festival. Les meubles seront sauvés à la dernière minute par la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN), le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) et l’Union Européenne (UE). Aujourd’hui encore, elle continue à déplorer ce geste de la part de son ministère de tutelle et espère que celui-ci répondra désormais à leur appel.

A l’autre bout du quartier, on entendait déjà l’appel du muezzin. C’était le moment de passer à table, de se rafraîchir la gorge, de goûter à la soupe aux légumes, de sentir l’odeur fraiche des dattes, en compagnie de sa petite famille. Mon passage chez Amy Sow s’arrêtait là. Mais, avant de prendre congé d’elle, l’un de ses fils, Kalidou, m’offre un cadeau de souvenirs : un dessin de moi-même qui m’a fait sourire. Cet enfant maîtrise déjà l’art du dessin. Comme quoi, la relève est déjà assurée.

Babacar Baye Ndiaye


Avec Cridem, comme si vous y étiez...


































Commentaires : 5
Lus : 3369

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • Mauritanien-fier (H) 21/07/2013 18:35 X

    Bon ramadan à toute cette petite famille. A mon avis ce qu'Ibliss a dit n'est pas méchant. C'est de l'humour comme a dit Hamdoulah. Et bien comme lui je trouve que la cuisine de l'artiste parait être aussi géniale que ses tableaux que j'ai eu la chance de voir.

    Ramadan Moubarak à tout le monde.

  • Hamdoulah (H) 13/07/2013 14:24 X

    anti-pro,
    On ne t'a jamais dit que tu manquais d'humour ? Sinon saches que le mois de Ramadan est celui du pardon. Ibliss n'a fait qu'un peu d'humour qui'il faut prendre au premier degré, car l'humour c'est aussi de l'art !

    Bonne journée de prière et lecture à tous.

  • anti-pro (H) 13/07/2013 14:00 X

    Ibiliss,
    t'as vraiment la parole de satan et à part critiquer, tu ne sais rien faire. As tu lu le titre de l'article ??? "A l’heure de la rupture chez...." !!!

    Il me semble, si j'ai bien compris l'article, qu'il ne s'agit pas d'une expo d'art, mais du partage de l'heure de la rupture dans une famille dont la mère de famille et une artiste.

    Quant "...à se taper tout ca..." : quelques dattes, une soupe, un oeuf pour chacun, du pain, du beurre, de la confiture et des boissons, ca me semble être un repas vraiment sobre

    Qu'est-ce que t'es mauvaise langue et PISSE-FROID, etfouuuuuu

  • Ibadou (H) 13/07/2013 12:28 X

    Salut l'artiste !
    Ah, si le commun des mauritaniens pouvait savoir que c'est aussi l'art qui mène à cette attitude faite d'humilité, de simplicité, de convivialité et de partage qui doit caractériser ce mois béni, bref des attitudes qui aujourd'hui se conjuguent hélas au passé sur la terre de Bilad chinguitti !

  • Ibiliss (H) 13/07/2013 12:04 X

    Il ne vont quand même se taper tout ça? Cet article est plus riche en illustration de bouffe que d'images artistique!