18-05-2014 21:45 - Bios Diallo-Abderrahmane Sissako L’honneur des chagrins

Bios Diallo-Abderrahmane Sissako L’honneur des chagrins

Horizons - Le tapis rouge du Festival de Cannes n’est pas une première pour lui. Seulement ce jeudi 15 mai, en montant les marches de la prestigieuse messe du cinéma en compagnie de son équipe de Timbuktu, Le Chagrin des Oiseaux, Abderrahmane Sissako est dans la prière d’un rêve : revenir au pays avec le trophée.

Son sujet : le drame que vit le Mali avec les insurrections islamistes, avec leur lot de répressions. Le réalisateur mauritanien est le seul africain parmi les dix-huit œuvres en compétition pour la Palme d‘or de cette 67e édition de Cannes. Entrer en compétition c’est un défi en soi.

Homme engagé, et de convictions, Sissako, 53 ans, y vient avec des armes irréfutables. Dire à la face du monde ce qui blesse tout humain : le chagrin. Si nul ne veut connaître cet état d’esprit, le natif de Kiffa est lui un habitué des sujets qui heurtent.

Sa filmographie en porte l’habillage : Rostov-Luanda (1996), est bâti sur les traces d’un combattant de la libération angolaise rencontré à Moscou où il fit ses études de cinéma dans le froid, La Vie sur Terre (1998), film tourné dans un village malien est porté par les textes du poète martiniquais Aimé Césaire, et Bamako, en 2006, une sa retentissante gifle aux institutions internationales sous la robe de la Banque Mondiale aux remèdes peu adaptés.

Dans le sillage, Timbuktu, Le Chagrin des Oiseaux, est la voix des sans voix. Un cri d’outre-tombe, qui fera écho. Cette nouvelle production, tombée dans l’acide huile de l’actualité, est le drame de la saison cruelle du Mali avec la prise de Tombouctou en 2012 par des djihadistes. Celle qui se faisait appeler la cité des 333 saints ou encore la perle du désert est piteusement narguée, sous le nez et la barbe de ses habitants et de la communauté internationale.

Les nouveaux maîtres détruisent les symboles du foyer de brassages ethniques, culturels, religieux et d’ouverture. Les islamistes imposent leurs lois de l’extrême. Cela méritait une colère, même par le filage d’une bobine. Abderrahmane Sissako l’a fait, avec mesure. Rien d’exagérément offert, d’impudiquement exposé. Sissako ne produit que de l’art respectueux.

Car du respect, même les oiseaux en ont besoin. Ceux qui ont marché sur Timbuktu le savent. La blessure leur restera aux visages, puisque même diminués les hommes et les femmes de Timbuktu demeurent dignes. C’est cette image de dignité qui est portée à l’écran. Puisqu’avec la foi et la détermination on peut toujours se relever d’une chute.

L’Afrique, Sissako l’a dans l’âme. Et il ne laisse rien l’égratigner. Avec un filmage de proximité, empreint de sobriété et de pudeur avec des comédiens souvent du terroir, Abderrahmane Sissako est un créateur qui ne laisse pas indifférent. Le Festival de Cannes qui lui avait déjà attribué ses appréciations à travers Un certain regard en 1993 pour Octobre et le Prix de la Critique Internationale en 2002 pour Heremakonon, pourrait lui accorder le sacre. Et ce sera justice pour le talent méticuleux, plein d’assurance et sait attendre… le bonheur !

Bios Diallo

Source: Horizons du dimanche 18 mai 2014



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité

Source : Bios Diallo
Commentaires : 5
Lus : 3377

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • Ibiliss (H) 20/05/2014 00:41 X

    Le citoyen
    Non, amigo! Ce n'est pas de l'égoïsme, mais le réalisme! A Cannes, on vole haut, et on y rêve pas beaucoup, paradoxalement! Mais libre à vous de rêver!

  • Le citoyen (H) 19/05/2014 13:00 X

    Ibliss!
    Encore là pour gâcher la fête! Et toi qu'est-ce que tu connais du 7eme art? Tu penses être mieux placé que le jury de Cannes pour qualifier le film de notre compatriote ?

    C’est du pure égoïsme !!!!

  • Ibiliss (H) 19/05/2014 01:55 X

    "Un trophée"? Sa réalisation tient plus du documentaire que d'un film!

  • hathlele (H) 19/05/2014 00:25 X

    Monsieur @Bios Diallo,
    voulez - vous faire partager les films de Monsieur Sissako le Kiffiste sur les chaines nationales Mauritaniennes. Pourquoi, ce sont toujours les chaines étrangères qui nous livrent nos richesses culturelles? Partagez, donnez, vos compatriotes doivent et peuvent comprendre...le cinéma. Il n'est pas nécessaire d'avoir un salon feutré pour comprendre le beau! Faites des tournées dans les villages,les campements, les oueds et les villes. Nous exigeons nos droits!Nos droits!Nos droits!

    Sidi ould Bobba
    D.E Collège "3" zouerate.

  • Homme Noir (H) 19/05/2014 00:06 X

    Etre cinéaste c'est dificille je pense c'est ce qui explique l'absence des mauritaniens dans ce domaine