28-10-2014 01:00 - Dia Abdellahi : Un cinéaste en colère

Dia Abdellahi : Un cinéaste en colère

L'Authentique - Le jeune cinéaste Dia Abdellahi est très remonté contre le Ministère de la Culture. De retour du festival cinématographique « Off-court » qui vient de se tenir en France dans la ville de Trouville du 5 au 15 septembre, le jeune cinéaste qui y a vécu le martyr a du mal à cacher sa colère à l’endroit du Ministère qui ne lui aurait accordé la moindre attention.

Dia Abdellahi fait désormais partie des artistes qui nourrissent une colère noire envers leur ministère de tutelle dont la tradition consiste à faire fi des artistes qui s’engagent à représenter le pays à l’extérieur.

L’expérience du jeune artiste est comme nombre d’autres : avant d’effecteur le déplacement de France où il devait défendre les couleurs nationales dans un show cinématographique mondial, le jeune artiste Dia Abdellahi avait entretenu la ministre de ce déplacement.

Engagement avait été fait par le ministère pour une prise en charge de cet ambassadeur.

En vain, son dossier sera finalement classé. De crainte de rater ce rendez-vous, le jeune artiste organisa une quête auprès de ses soutiens. « Le fait que je sois issu d’une communauté mise à l’index et que j’ai eu à représenter partout la Mauritanie à travers le monde, constitue pour moi, l’unique explication du refus du ministère de la culture de me soutenir » martèle Dia Abdellahi, réalisateur qui n’a pas manqué de préciser que :

« une telle démarche initiée par un autre citoyen bénévole dans un pays qui se respecte, serait prise à bras le corps et encouragée. Ils ne sont pas nombreux ici, ceux qui sacrifient tout pour leur pays, par leur propres moyens ».

Le jeune cinéaste représentait la Mauritanie par son court métrage intitulé : « Ma douce France » qui relate les péripéties de son trajet de Nouakchott à Paris, na pas manqué de souligner que le traitement qu’il vient de subir n’est pas le premier du genre : en 2013 il avait participé à un festival au Maroc avec son court métrage « Le destin d’un petit peulh ». Là encore le ministère lui a avait fait faux bond.

Plus tard, lors des Ateliers de formation aux résidences Africa Doc à Bobo-Dioulasso (Burkina-Faso), ce fut sur ses propres frais qu’il a dû compter. Comme ce fut aussi par ses moyens qu’il est parvenu à participer au festival cinématographique Varan en France.

Après tous ses sacrifices, le jeune Dia a le sentiment d’être abandonné par son ministère. Pourtant, c’est surtout dans la défense des couleurs nationales qu’il s’emploie.

Cheikh Oumar NDiaye



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2308

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • pyranha (H) 28/10/2014 09:04 X

    Et cela continuera jusqu'à la nuit des temps, tant chacun ne parte pas de son coté .Vivre ensemble est un non sens parce qu'impossible.Pour soutenir sans parti pris la culture il faut savoir ce que c'est culture ou en avoir des notions ...