19-03-2015 15:33 - Le PM face aux syndicats : "Le gouvernement n’est pas concerné par ce conflit qui oppose des travailleurs à leur employeur"

Le PM face aux syndicats :

Les secrétaires généraux de sept centrales syndicales mauritaniennes (CGTM, CLTM, CNTM, USLM, UGSPM, CCTM et UGTSM) ont rencontré mercredi 18 mars, le premier ministre Yahya Ould Hademine.

Au cours de cette rencontre tenue à la demande des syndicats, il a été question de la grève de la SNIM qui en est à son 49eme jour. « Le gouvernement n’est pas concerné par ce conflit qui oppose des travailleurs à leur employeur ». Ce sont les propos du Premier Ministre rapportés par Abdallahi Mohamed, dit Nahah, de la CGTM. Selon le syndicaliste, Ould Hademine a réaffirmé la position du gouvernement comme l’avait fait le Ministre des Mines, de l’Energie et du Pétrole.

« Aucune pression ni sur l’entreprise, ni sur les employés », a déclaré le Premier Ministre devant les représentants des syndicats. Mais, a ajouté Ould Hademine, cité par Nahah: « Si les travailleurs reprennent le travail, le gouvernement s’engage a faire pression sur l’entreprise pour l’amener à ouvrir des négociations. »

Ce compte rendu a été fait par les syndicats au cours d’une conférence de presse tenue à Nouakchott ce jeudi 19 mars. Les syndicalistes ont aussi annoncé le licenciement de 304 employés de la SNIM au niveau de Zoueirat par la coupure de leur accès aux soins, entre autres.

Selon les syndicalistes, le Hakem de Nouadhibou « a interdit par écrit aux travailleurs la tenue de réunions et la HAPA a convoqué la chaine de télévision Al Mourabitoune à laquelle il serait reproché la couverture de la grève à la SNIM. » « Nous exprimons notre indignation face à ce bâillonnement des libertés », a déclaré Nahah.

Samory Ould Beye de la CLTM a, quant à lui, dénoncé « l’attitude malheureuses de la direction de la SNIM qui consiste à jouer la carte du pourrissement, ce qui hypothèque dangereusement l’avenir de l’un des maillons essentiels de l’économie mauritanienne. »

Enfin, les centrales syndicales ont annoncé l’ouverture d’un compte (04050530101-56 BMCI Zoueirat) pour les bonnes volontés qui veulent apporter un appui financier aux travailleurs en grève.



.........................................



Communiqué de Presse

Les travailleurs des deux établissements (Zouerate, Nouadhibou) de la société nationale industrielle et minière (SNIM) ont déclenché une grève générale illimitée respectivement le 30 janvier 2015 et le 03 mars 2015.

Cette action fait suite au refus catégorique de la direction générale de la société de respecter et d’appliquer l’accord conclu le 03 mai 2014 avec les délégués du personnel, dont les principaux points sont une augmentation substantielle des salaires et le paiement de la prime de production de trois mois de salaire, entre autres.

Actuellement, toute la chaine de production et d’exploitation est arrêtée, et le mouvement de grève ne cesse de prendre de l’ampleur, et ce malgré l’attitude va-t’en guerre observée par la direction générale en licenciant plusieurs centaines de travailleurs.

La lutte courageuse et historique des travailleurs de la SNIM a bénéficié du soutien et de la solidarité de tous les travailleurs de notre pays ainsi que de toute l’opinion publique nationale.

Au lieu de chercher à négocier avec les délégués du personnel , la SNIM a privilégié le black out total, doublé d’un mépris royal des normes et des conventions nationales et internationales en matière de négociation et de liberté syndicale, le repli sur soi et la surenchère verbale de diabolisation de la lutte légitime des travailleurs.

Cette attitude inacceptable devrait faire l’objet de la part du gouvernement d’un rappel à l’ordre à l’encontre de la direction générale de la SNIM, mais malheureusement, ce dernier a ouvertement soutenu et encouragé la SNIM dans sa posture belliqueuse.

Il a été noté les propos et attitudes peu responsables du ministre des mines lors de ses visites à Nouadhibou et Zouerate, la convocation au forceps de la médiation par le département du travail en violation flagrante de toutes les procédures légales en la matière, et le manque de conviction des négociateurs autoproclamés de la présidence de la république avec les délégués de Zouerate.

Nous, Centrales syndicales, signataires, réaffirmons avec force, notre solidarité et notre soutien à la vaillante grève des travailleurs de la SNIM, Dénonçons et condamnons l’attitude malheureuse de l direction générale de la SNIM qui consiste à jouer au pourrissement, ce qui hypothèque dangereusement l’avenir de l’un des maillons essentiels de l’économie nationale,

Fustigeons la position du gouvernement qui a pris fait et cause pour la direction générale de la SNIM, à travers son administration régionale de Nouadhibou qui bâillonne toute liberté de réunion et d’expression des travailleurs, mais aussi dans les multiples violations d la règlementation et des conventions de travail. Nous lançons un appel pressant pour une ouverture immédiate et véritable des négociations entre les délégués du personnel et la direction générale de la SNIM.

Nouakchott, le 19.03.2015

Les Signataires :

Le Secrétaire Général de l’Union Syndicale Libre de Mauritanie (USLM)

Le Secrétaire Général de la Confédération centrale des Travailleurs de Mauritanie
(CCTM)

Le Secrétaire Général de l’Union Générale des Syndicats Professionnels de Mauritanie
(UGSPM)

Le Secrétaire Général de l’Union Générale des Travailleurs de la Santé de Mauritanie
(UGTSM)

Le Secrétaire Général de la Confédération Nationale des Travailleurs de Mauritanie
(CNTM)

Le Secrétaire Général de la Confédération Libre des Travailleurs de Mauritanie
(CLTM)

Le Secrétaire Général de la Confédération Générale des Travailleurs de Mauritanie
(CGTM)





Commentaires : 5
Lus : 3659

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • Baalel (H) 19/03/2015 21:56 X

    Dire que ce problème de gréve,est une affaire entre les travailleurs et les employeurs de la snim montre que nos gouvernants sont loin d’être à la hauteur de résoudre les problèmes sociaux dont font face les citoyens.

  • kangourou (H) 19/03/2015 18:07 X

    Le PM ne peut pas intervenir dans un conflit entre l'entreprise et ses travailleurs , mais si ces derniers reprennent le travail, le gouvernement peut faire des pressions sur l'entreprise. Le PM prend les mauritaniens pour des idiots. On peut bien disposer de l'argent de la snim, convoquer à deux reprises son adg pour lui donner des instructions, et surtout lui demandeer de ne rien céder.

  • foutatoro12 (H) 19/03/2015 16:34 X

    @Al Amiin@boukeynih, vous n’êtes pas a la place des grévistes c'est pourquoi vous parlez comme ça, la snim n'est pas une boutique ou une petite boite qui doit être gérée comme une boutique, une grande entreprise doit pensé a toute les éventualités avant de signer un accord oups j'ai oublié qu'elle est gérée par de wogav qui n'ont aucune compétence comme d'ailleurs tout nos dirigeants.

  • Al Amiin (H) 19/03/2015 16:10 X

    Messieurs les syndicalistes et que dites vous de la chute vertigineuse du prix du fer qui a intervenu après la signature de l'accord, vous oubliez que la signature de l'accord n'avait pris en considération ce cas de force majeur. Moi je ne suis pas de la SNIM encore moins une personne à la solde de l’État qui n'a pas joué son rôle pour trancher depuis le début. Dans certaines circonstances, il faut savoir raison garder. Car ne saurait-il pas mieux de renoncer à une éventuelle augmentation qu'à voir la SNIM s'écrouler ?

  • boukeynih (H) 19/03/2015 15:56 X

    Vous incitez les travailleurs à la gréve, soyez sérieux chercher avec la Snim et les Syndicalistes une Issus de sortie.