23-03-2016 06:45 - Ishagh -Eoulad Leblad : L’unique ennemi du Groupe est Ould Abdel Aziz (Entretien Vidéo)

Ishagh -Eoulad Leblad : L’unique ennemi du Groupe est Ould Abdel Aziz (Entretien Vidéo)

Taqadoumy- Ishagh (Chef du Groupe artistique Eoulad Leblad) a accusé les autorités mauritaniennes d’agression contre sa personne, affirmant que tous les indices prouvent la responsabilité du régime de Ould Abdel Aziz, dont Ould Sidi Brahim (nom de famille d’Ishagh), est convaincu de le viser particulièrement.

Le Groupe n’a pas d’ennemi en dehors du cercle politique et familial de Ould Abdel Aziz, objet des clips conformes d’Eoulad Leblad, a-t-il dit dans l’émission vidéo « Estijwab » (Interrogatoire), réalisée régulièrement par Taqadoumy avec un invité.

Ishagh a évoqué des propositions financières alléchantes présentées par le Président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz au Groupe, par la voie de certains de ses proches et intermédiaires, pour cesser de le critiquer dans leurs clips largement diffusés.

Il a parlé également des menaces faites dans ce cadre, avant et après l’arrestation de Hamada, au groupe, par Hmeida Ould Bah, le conseiller du Président, Ahmedou Ould Abdel Aziz et le neveu de Ould Abdel Aziz, Abdel Vettah Ould Lehah.

Dans la vidéo, Ishagh revient en détails sur la détention de Hamada et leur participation au festival de Chinguitty, dont le coup d’envoi a été donné par Ould Abdel Aziz.

Le chef du groupe dit avoir pris ses précautions vis-à-vis des services répressifs du système de Ould Abdel Aziz et déposé une plainte auprès de la justice sénégalaise, précisant avoir pris contact avec Amnesty International et apprécié l’élan de solidarité témoigné au Groupe par son célèbre collègue dakarois « Y’en a marre ».

Ishagh s’est appesanti aussi sur l’objectif, le contenu et le message des clips produits par le Groupe depuis « Khabar Ajel » (nouvelle urgente), « Gueyem » (dégage) et « vabraka » (montage) ; évoquant également d’autres clips en répétition dont « Tvi Telveze » (Eteint la télévision).

Il a répondu également aux critiques lancés contre le Groupe sur les réseaux sociaux et sur les sites électroniques, parlé de la situation critique de la Mauritanie sous le régime du Président Mohamed Ould Abdel Aziz, de l’économie chancelante, de l’état des lieux de la justice instrumentalisée par le pouvoir Exécutif, du « pillage systématique de l’Etat », du scandale des malles d’Accra, du parlement qu’il a qualifié de chambre de courtiers et de trafiquants de devises.

Le groupe n’a jamais réalisé un clip pour Ould Abdel Aziz, a-t-il catégoriquement démenti, promettant dans son prochain CD « Itvi telveze » de dénoncer la persécution des journalistes, inspiré de l’un des shows présidentiels.

Il a parlé aussi de la cassette "Moujrimoun" (les criminels), dans laquelle le Groupe cite nommément les gabegistes qui ont pillé le pays et d’autres chansons à l’état-projet.

Ishagh a remercié dans son dernier mot au cours de cet interrogatoire, la fondation Ould Bouamatou pour son attention témoignée au groupe, appelant l’opposition à lutter réellement contre la gabegie exercée à grande échelle par le pouvoir de Ould Abdel Aziz, afin de débarrasser le peuple de sa tyrannie.

Traduit de l’Arabe par Cridem








Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 3069

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • lass77 (H) 23/03/2016 15:14 X

    La solution ne viendra jamais des politiques , elle viendra de l'endroit où on ne l'attend pas. il a refusé d'etre corrompu ce qui n'est pas facile . La lutte continue pour une Mauritanie sans gabegie.

  • sybasarr (H) 23/03/2016 09:31 X

    Les militaires ne font jamais bon menage avec la culture, les arts, la democratie et la liberte. La Mauritanie doit faire tout pour se debarasser des rgimes militaires, un cancer mortel pour le peuple qui a ronge la moelle ce peuple traditionnel. Il ne s'agit pas de faire compromission avec Taya, Aziz, Ely ou Ghazwani. Les mauritaniens patriotes et visionnaires doivent combattre ce systeme, le denoncer, le planquer afin de remettre le pays sur la voie des nations prosperes. C'est la seule alternative pour le respect des droits, des libertes et l'avenement d'une democratie veritable. Vive Ewlad Bilad, Jam min Tekki et tous les groupes qui militent dans le combat contre l'arbitraire.

  • mdmdlemine (H) 23/03/2016 07:14 X

    le plus sage était de les laisser se produire au pays comme le favorise la démocratie et comme l'impose leur art, qui critique tout, tantot le pouvoir, tantot l'opposition, avec une part d'objectivisme c'est peut la volonté de vouloir les corrompre qui a mis le feu à la poudre Mon avis est de tourner la page, de les accueillir à bras ouverts et de laisser le groupe évoluer suivant la passion dépolitisée de ses membres C'est mieux que la situation actuelle qui réflete une frustration de citoyens la confrontation actuelle n'appporte rien de constructif