14-04-2016 00:30 - Pape Diouf à Nouakchott : Un concert avorté

Pape Diouf à Nouakchott : Un concert avorté

Nouakchott - Le chanteur sénégalais Pape Diouf a fait un faux bon à son public.

Après un diner de gala réussi à l’Ambassador, le 8/04/2016 pour fêter les 15 ans du label AM Production et le "sargaal" de Fatou Diop de sen petit Gallé.

Le leader de la Génération Consciente devait donner un concert au stade olympique de Nouakchott afin d’ honorer son contrat avec le label AM Production.

Les fans de Pape ont commencé à couper leurs billets dès les premières heures pour ne pas manquer cet événement. Mais l'auteur de la chanson "Malaw" ne sera pas au rendez-vous avec ces fans. C’est dans ces circonstances que le chanteur sénégalais a tenu un point de presse à l’hôtel Atlantic avant son départ pour expliquer aux mélomanes le pourquoi de son absence du concert.

"Je remercie d’abord mes fans qui sont venus de partout en Mauritanie ; je suis très sensible pour cette affection à l’endroit de ma modeste personne.

Le public a répondu massivement au concert, je n’ai jamais eu un public aussi nombreux en Mauritanie. Le problème qui s’est posé, je vais vous le dire: le promoteur a refusé de nous payer le reliquat. Dans la logique des choses, dans les contrats, l’artiste ne doit jamais prester sans son argent, moi, j'ai accepté tout simplement parce que j'aime la Mauritanie et j'ai beaucoup de fans dans le pays d'un million de poètes. Je ne m’attendais pas à ça franchement, nous avons eu énormément de difficultés en Mauritanie, vous ne pouvez pas déplacer un groupe de 34 personnes pour leur dire d’attendre: il y a ceci, il y a cela...J’ai enlevé 1 million de mon argent pour les aider à résoudre cette équation. Ils avaient aussi fermé leur portable, ce qui a déjoué tous mes plans. Je ne vais pas porter plainte car demain il fera jour, je suis déçu du comportement du promoteur. Je présente toutes mes excuses au peuple mauritanien, je vais organiser un grand événement pour uniquement faire plaisir à mes fans".


Le promoteur de l’événement Amadou Ba n’a pas tardé à réagir.

"Je réfute toutes ces accusations, nous avons bel et bien respecté le contrat qui nous lie. Si l’artiste dit le contraire, ça l’engage. Nous avons signé un contrat avec Prince Arts à hauteur de 11 millions, nous avons donné une avance de 6 millions plus deux billets d’avion, un minibus climatisé pour amener les artistes, nous nous sommes engagés tout simplement parce que Madame la ministre de la culture et de l’artisanat avait pris des engagements fermes pour la réussite du sargaal de Fatou Diop. Donc nous sommes partis sur des bases solides, c’est ce qui nous a poussés à accepter les clauses du contrat. Mais à une semaine de l’événement, la ministre a été remplacée par un autre. Jusque-là, le ministère ne nous a rien donné et aussi nous n’avons pas eu de sponsors mais le programme avait été déjà lancé et les dépenses avaient commencé.

La réservation de l’Ambassador nous a coûtés 2 millions 800 000um y compris le diner, la location et les services d’ordre. Après la soirée, nous n’avons eu que seulement 2 millions 400 000um. J’ai emprunté de l’argent pour compléter le reliquat du local, devant cette situation je me suis déplacé vers Pape Diouf pour lui expliquer. Ce dernier m’oriente vers Goné Ndour, elle aussi à son tour me demande d’appeler Ibou Ndour qui ne décrochait pas son téléphone. Je me tourne vers le manager Pape Laye qui nous demande 1 million pour commencer sinon il n’y aura rien donc nous avons commencé à vendre les billets. Arrivé à 1million, nous lui avons remis la somme. Quelques minutes après, nous appelons pour faire les balances pour démarrer le concert.

Il nous dit que les artistes ne viennent pas, j’étais étonné de sa réaction mais j’ ai continué à négocier pour ne pas manquer à ma parole concernent les difficultés que le chanteur a évoqué. Ils son venus en surnombre, il devait venir avec 26 personnes. Pape est venu avec 32 personnes qui ne faisaient pas parti du programme, nous avons tout fait pour respecter le contrat.

Je l’ai amené deux fois à Nouakchott, je ne lui doit aucune ouguya. Je m’excuse et je regrette ce qui s’est passé. Mais Pape Diouf devait se sacrifier, au moins pour ses fans et jouer pour eux. Nous comptons organiser un grand spectacle gratuit dans un bref délai afin de rectifier le tir pour toutes ces personnes qui avaient coupé leur billets pour voir Pape et les autres artistes invités jouer. Les problèmes entre les artistes et les promoteurs sont monnaie courante mais c’est le public qui en paye toujours le prix".


MBG



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 2464

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Ksaleh (H) 14/04/2016 09:29 X

    La gestion de cet événement en dit long sur comment les choses marchent en Mauritanie. La vérité est que personne ne s'attendait à ce brusque départ du ministre Hindou qui a un esprit très ouvert, tolérant et consciente de la pluralité de la RIM pour s'engager avec l'argent du ministère de la culture. Et, dès lors qu'elle a été remplacée; et Mr Ba en bon mauritanien de la sphère affairiste, connait le peu d'importance de la continuité de l'Etat dans ces domaines aux accords assez flous sinon magouilleurs, a préféré limiter les dégâts en faisant trinquer les pauvres sénégalais, qui n'ont plus que les yeux pour pleurer !!!

  • ngaari aalam (H) 14/04/2016 02:06 X

    Ce n est ni la faute au promoteur ni a Pape diouf. Tout ceci est du a un gouvernement et une administration qui ne fonctionnent pas. On change de ministre, tout se bloque.