24-08-2016 07:45 - Début ce vendredi de la 6e édition du Festival Kaédi Dimbé

Début ce vendredi de la 6e édition du Festival Kaédi Dimbé

Cridem Culture - Tout est fin prêt. C’est la confidence faite par les organisateurs du Festival Kaédi Dimbé qui s’ouvre ce 26 août, à Kaédi, dans le sud de la Mauritanie, sur la rive du fleuve Sénégal.

La soirée inaugurale est prévue au "Cinéma ABC" de la ville cosmopolite. Lancé en 2010, ce rendez estival devenu une tradition a pour vocation de "rapprocher toutes les communautés, de renforcer l’unité nationale et la cohésion sociale", expliquent ses initiateurs dans un communiqué transmis à Cridem Culture.

Au programme, il est prévu spectacles de musique et de danse, hommages et match de football. Comme les éditions précédentes, celle de cette année est placée sous le signe de l’unité nationale. L’évènement va durer 3 jours (26-27-28 août).

Pendant ces jours, la ville de Kaédi battra au rythme des voix du rap mauritanien, tels Adviser, Skyp, ABDA MC ou encore Pti Mass

©Cridem 2016

----





Source : Cridem Culture
Commentaires : 1
Lus : 1890

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mystere1 (F) 24/08/2016 10:30 X

    Ah ! La jeunesse quand tu nous tiens ! Oui ! Ce sont les vacances, il faut s’éclater, s’épanouir, surtout pour ceux viennent de quitter l’année scolaires, ainsi Kaédi sera en show par ces artistes free ! Afin d’égayer, de rendre jovial un peu les cœurs aigris, les esprits échauffés de leurs nerfs tendus, pour oublier les problèmes de la vie, on dit que la musique adoucit les mœurs, oui ! En effet ! Mais la réalité dure restera là ! Personne ne peut l’éviter, même si on se divertit de tous les folklores du monde ! Et voici une illustration du grand (Blaise Pascal/ le 1er à inventer la machine à calculer à l’âge de 19 ans), Scientifique, Écrivain, Mathématicien, Inventeur et j’en passe, qui décrit une des facettes de l’humain ! Il dit : « (Le divertissement) » « Cette stratégie d'évitement, que nous menons en permanence, c'est ce que Pascal appelle le « divertissement », auquel il consacre une liasse dans laquelle se trouve un dialogue avec un proche de la famille (Elias) pour exposer son intelligence face à un homme qui semble ne rien connaître et ne défend aucune opinion. Le « divertissement » chez Pascal est tout ce qui empêche l'homme de penser au néant de sa condition, à sa minuscule place au milieu des espaces qui l'ignorent (64), à sa mort certaine (« Les hommes n'ayant pu guérir la mort, la misère, l'ignorance, ils se sont avisés pour se rendre heureux, de n'y point penser », 124). Le divertissement ne consiste pas nécessairement en des activités agréables comme « suivre une balle et un lièvre » (36), « le jeu et la conversation des femmes » (126), il peut tout aussi bien s'agir de tâches sérieuses comme l'exercice de son métier ou « la guerre, les grands empires » (126). En fait, tout est bon à prendre, même le « tracas qui nous détourne [de] penser et nous divertit » (126) ; c'est pourquoi nous recherchons en permanence « l'agitation » (126). Pourtant, nous sommes convaincus, au fond de nous, de la « fausseté des plaisirs présents » et de la « vanité des plaisirs absents » (69). Là est la faille que Pascal va creuser pour démontrer que Dieu, qui décide pourtant de tout, ne peut décider de la tentation de l'homme vers le divertissement et le manque de réflexion. »