20-09-2016 22:00 - Mauritanie: le RFD dresse un tableau sombre de la situation économique

Mauritanie: le RFD dresse un tableau sombre de la situation économique

Le360 - C’est un bilan sombre que vient de dresser le Rassemblement des forces démocratiques (RFD), principal parti de l’opposition mauritanienne, qui évoque une crise multidimensionnelle qui se caractérise par «une pauvreté endémique, une flambée vertigineuse des prix, une étatisation poussée et anarchique de l’économie, une dégradation du climat des affaires, une dévaluation de l’ouguiya, etc.».

Pour le parti d’Ahmed Ould Daddah, une telle situation «est incompréhensible» pour un pays qui a bénéficié d’importantes ressources financières au cours de ces dernières années.

En détail, le RFD fournit un éclairage sur les revenus enregistrés au cours de la période 2010/2014 dont «un montant global de 17,24 milliards de dollars, dont 12,049 milliards de dollars de recettes d’exportations, 3,729 milliards de dollars d’Investissements directs étrangers (IDE) et 1,462 milliard de dollars de financements extérieurs».

En plus, durant la même période, «les ressources budgétaires de l’Etat ont atteint un montant cumulé de 1897,6 milliards d’ouguiyas (plus de 5 milliards de dollars)», un plafond historique, relève le document.

Partant du constat de la situation désastreuse du pays, le RFD s’interroge sur la destination de toutes ces ressources financières.

Par ailleurs, le document du RFD condamne l’attitude du pouvoir visant à éjecter de l’activité économique du pays les milieux d’affaires, dont certains ont grandement contribué à l’œuvre de construction nationale depuis l’indépendance.

Il dénonce «le matraquage fiscal ciblé rendant l’exercice toute activité privée nationale ou étrangère périlleuse, engendrant la délocalisation des activités des entreprises et la fuite des capitaux». Une situation dont le résultat est le blocage d’importantes opportunités économiques.

Le RFD fustige également «la violation continue des lois et règles relatives à la gouvernance économique par les plus hautes autorités de l’Etat, afin de détourner toute l’activité économique au profit d’un clan donné». C’est ainsi que la quasi-totalité des projets financés par les ressources nationales sont octroyés, dans des conditions opaques, à des proches du pouvoir.

Alors que pour les financements extérieurs, «les autorités tentent systématiquement d’interférer dans les procédures en vue d’orienter les projets vers des intérêts particuliers, allant même jusqu’à demander ouvertement à certains bailleurs de fonds d’annuler carrément des marchés déjà adjugés à des sociétés nationales ou étrangères qui ne leur conviennent pas».

Conséquence de ce mode de gestion de la chose publique, les résultats se font de plus en plus sentir dans la gestion des grandes entreprises publiques et sur le quotidien des populations. La croissance économique est à son plus bas niveau au cours de ces dernières années, l'inflation réduit considérablement le pouvoir d'achat des ménages et les tensions sociales se multiplient.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 4
Lus : 2365

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • bleil (H) 21/09/2016 18:27 X

    Tete de mule, rien d'interesant que de trouver les élections "Kobeni" comme preuve de leadership de Taya... Un leader qui a su tenir la barre quand les autres rempaient aux pieds des militaires, qui a su garder le cap quand ces bidasses ont intronisé le ptit derviche Sidioca -souvenez vous ? et qui a jusqu'à présent une large assise populaire -souvenez vous du dernier meeting RFD- Mais quand on partage pas on point de vue c'est bien on milite avec les négres de service que nous connaissons tous et là les honneurs, les deniers publics etc ... Alors de grace verse ton venin contre AOD dans le vent et pisse dessus ...

  • rasshmar (H) 21/09/2016 01:28 X

    un leader que Taya a ridiculisé lors d'élections taillées sur mesure n'a jamais pu mobiliser ceux qui déclarer le soutenir. Un leader qui d'éternel deuxième a été rétrogradé troisième en 2009 dérriere Messaoud Ould Boulkheir. Un leader qui a courtisé les militaires en leur inventant "la rectification" pour faire accepter le coup d'Etat contre Sidioca par la communauté internationale pour être récompensé par une nomination comme PM de transition avant d'être boosté PR. Mais ayant été roulé dans la farine, est devenu inconsolable jusqu'à la péremption.

  • bleil (H) 20/09/2016 22:52 X

    Quand on rien à dire on se fait justice en la fermant ... Un des rares leaders politiques a avoir dit Niet à Ould Taya et qui dit non au pouvoir militaire qui ne cesse de casser le pays en menus morceaux ...A respecter pour son attitude de respect de nos paisibles populations.

  • rasshmar (H) 20/09/2016 22:07 X

    Bla bla d'un Parti dont la base se rétrécit en peau de chagrin avec un leader périmé !