06-06-2017 16:33 - Boghé : Le comité de pilotage local face au Hakem (préfet) ; une convergence de vue pour l’instant encore !

Boghé : Le comité de pilotage local face au Hakem (préfet) ; une convergence de vue pour l’instant encore !

Terroir Journal - Le 18 mai passé, le préfet de Boghé a rendu public une affiche portant création et mise en place d’une commission régionale chargé de l’élaboration des listes des bénéficiaires de l’extension du périmètre du CPB.

Cette note des autorités administratives régionales a suscité un tollé chez les propriétaires terriens. Ici dans cette contrée, tout ce qui touche la terre de façon générale est très sensible.

Les membres de cette commission sont composés outre le Hakem qui en est le président, le maire de la commune, le délégué régional du ministère de l’agriculture, le directeur régional de la SONADER, le chef du bureau des affaires foncières, le percepteur communal, le président du bureau régional des agriculteurs du Brakna.

Dans l’alinéa 2 de l’article 2 créant cette commission, il est stipulé que la commission peut dans le cadre de sa mission prendre l’avis de toutes personnes qu’elle juge utiles particulièrement les membres du comité de pilotage et de suivi des travaux de l’extension du CPB.

Les critères d’obtention fixées dans l’article 6 sont : peuvent bénéficier de parcelles au sein de l’extension du CPB, tous ceux qui satisfont aux critères de choix suivants : être de nationalité Mauritanienne, n’avoir jamais bénéficié de parcelles au sein du CPB ou d’un autre périmètre aménagé par l’Etat dans la commune de Boghé, le futur bénéficiaire devra avoir au moins un ménage en chargé.

Toutefois, une réunion s’est tenu le 03 juin dans les locaux de la SONADER entre le comité local de pilotage et le préfet. Une réunion qui a duré 4 tours d’horloge.

Outre, N’Gaîdé Ibrahima, président de l’association des ressortissants de Boghé à Nouakchott et dans la diaspora, on notait la présence de N’Gaîdé Amadou Moussa cadre au port autonome de Nouakchott, Kelly Oumar Sada, ancien secrétaire général de la Zone Franche de Nouadhibou, Diallo Amadou Yaya consultant international, Yall Zakaria Alassane, ancien ministre, Ba El Hadj Abdoul, sénateur, N’gaîdé Hamath Abdarrahmane, directeur du réseau informatique à l’Université de Nouakchott, ainsi que N’Gaîdé Hamath Moussa, N’Diaye Daouda qui président les deux corporations paysannes et le général à la retraite, Dia Adama Oumar.

Le Hakem après ces discussions a demandé au comité local de pilotage qui a mené un fastidieux boulot dans le recensement et l’identification des terres et de leurs propriétaires authentiques avec l’aide et l’expertise de Djigo Moussa Abou, un ancien cadre de la CNSS de lui fournir sa position.

Cela n’a pas été fait sur le coup, M. N’Gaîdé Ibrahima ancien DG de la SOCOGIM et qui jouit d’un immense crédit moral auprès des populations a promis de remettre à l’autorité administrative un rapport écrit et documenté dans un délai de 10 jours par rapport à la position du comité de pilotage local rapporte notre source. L’autorité s’est montrée très disponible selon notre source à travailler avec le comité local de pilotage pour dénouer ce dossier complexe.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2008

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • DONO BAILA (H) 07/06/2017 09:51 X

    Pour reprendre un passage dans votre article'' Ici dans cette contrée (Boghé), tout ce qui touche la terre de façon générale est très sensible'', je me souviens lorsque j'étais au collège de Boghé en 89-92, j'avais un professeur qui disait: ''chez les Halaybés, tu peux leurs toucher à tout et ça passe sauf leurs terres'' Maintenant voyons voir 28 ans après est ce que ce professeur a toujours raison?

  • ndoucoum (H) 06/06/2017 18:26 X

    Alors les généraux et cadres négros du Brakna vous n'allez pas fermer vos yeux sur ça quand même. C'est une honte pour vous qui cautionnent le système raciste, barbare, esclavagiste. Un système qui vous utilise qui spolie vos propres terres, vos droits sont bafoués. Vous ne représentez rien devant leurs yeux, honte à vous.

  • medabdul (H) 06/06/2017 17:16 X

    ALORS, ca se bouge, vous n'avez rien vu encore.