22-09-2017 14:30 - FAO : la Mauritanie a besoin de l’aide alimentaire

 FAO : la Mauritanie a besoin de l’aide alimentaire

Sahara Medias - Selon un rapport publié par l’organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, FAO, la Mauritanie fait partie de 28 pays africains qui ont besoin d’une aide alimentaire étrangère.

Selon ce rapport les mutations climatiques y compris la sécheresse, intervenues en 2017 ont entraîné une aggravation des conséquences de ces phénomènes dans différents pays africains dont la Mauritanie.

Le rapport ajoute que les conflits en Afrique continuent de d’affecter l’agriculture et la sécurité alimentaire, en Centrafrique, en république démocratique du Congo, en Iraq, au Nigéria, en Somalie, au Soudan du sud, en Syrie et au Yémen.

Ces phénomènes ont par ailleurs des conséquences supplémentaires dans d’autres régions à cause de l’exode des populations et l’insécurité alimentaire.

La FAO s’attend à une augmentation de la production africaine de 10% cette année s’agissant surtout des céréales dans les pays du sud du continent et du blé dans les pays nord africains.

La Mauritanie a enregistré cette année un important déficit pluviométrique qui a affecté négativement le bétail et certaines régions qui s’appuient généralement sur les pluies saisonnières.

Des partis politiques et des organisations de la société civile en Mauritanie avaient mis en garde contre une vague de sécheresse aigue et dénoncé l’absence de mesures pour y faire face de la part des autorités nationales.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1548

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • cccom (H) 22/09/2017 15:33 X

    Ce qui me choque est qu’à chaque déficit pluviométrique depuis 1970 notre pays est cité parmi les pays africains menacé de famine alors que le potentiel hydrique dont il dispose non valorisé est à même de nourrir toutes les populations du Sahel. Le faible temps (un an et quelques mois de 1983 à 1984) de partage du pouvoir de l’Etat en ma qualité de Préfet de Keur Masséne m’avait permis d’aménager gratuitement 1000 ha aux populations démunies de cette localité (au lieu de 40ha.an que réalisait la SONADER avec l’appui de la SONADER de 1975 à 1984. Ayant démissionné de la F.P. en 1985 pour créer le Bureau de conseils privé ( BEERAM,) j’avais encadré celui-ci et les collectivités locales pour réaliser en 1987 , 5000ha/an ( voir Sfat. SSA/OMVS CILSS) au Trarza soit plus de 100 fois le rythme annuel de la SONADER (Etat). Croissance détruite en par le PASA de la BM en 1988 par ses politiques de dévaluations successives de la monnaie, taxation des équipements, désengagement par le vide l’Etat. A Maaden nous avons produit l’an dernier 2000 tonnes de légumes restées non commercialisés dans le sol pour les termites. Cette année cette production de légumespeut doubler, du fait de l’attachement des populations à l’irrigation des palmiers et l’abondance de l’eau dans l’Oasis qui est 1,5m de profondeurs. Je propose à l’Etat mes conseils pour sortir de cet état honteux de perpétuel assisté et de solution à la sauvegarde de notre production maraîchère et réalisation d’autosuffisance rapide en produits alimentaires à notre petite population qui ne constitue pas un quartier d’une petite ville. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr