01-10-2017 22:30 - Chômage : la langue de barbarie souffre

Chômage : la langue de barbarie souffre

NdarInfo - Entre la raréfaction des ressources halieutiques dans les eaux de Saint-Louis et les risques qui guettent ceux qui osent s’introduire en Mauritanie, la jeunesse de la Langue de barbarie plonge dans la dure léthargie.

« Nous ne connaissons que la pêche. C’est notre seul moyen de survie. Si l’État ne peut plus décrocher des licences pour nous, il devrait créer d’autres opportunités pour que nous puissions travailler », explique un jeune pêcheur retrouvé dans une des tentes de discussions prisées à Goxu Mbacc. Ici, le thé est livré à longueur de journée pour tuer le temps et réduire le stress de l’immobilisme.

À côté de lui, d’autres camarades ayant vécu le même sort d’être tristement refoulé de la Nouadhibou, relatent devant Ndarinfo, les supplices de leur arrestation. Moteurs et pirogues confisqués, toutes les perspectives de réussir deviennent sombres. Au même moment, l’installation de la pauvreté s’accentue.

La tente dans laquelle, ils se retrouvent dans la baie de Goxu Mbacc, est la propriété d’un ancien pêcheur qui s’est reconverti dans la fabrication de briques pour fuir la misère.

« J’avais très tôt compris que le secteur de la pêche, avec la désorganisation qui la caractérise, la politisation des postes de représentativité, allait perdre toute sa vitalité. J’ai d’abord cherché une maison à Bango avec mes dernières ressources financières, ensuite, je me suis mis à revenir à mon ancienne profession, la maçonnerie », dit-il.

« C’est un devoir de les accueillir, de les écouter et les réconforter. Je comprends leurs difficultés parce que j’ai déjà vécu des souffrances similaires », a-t-il ajouté.

Saisis par le découragement et la désorientation, placés aux portes d’un avenir incertain, ils invitent le président Macky SALL à créer des industries autour la pêche à Saint-Louis pour combler le gap du chômage et permettre ainsi aux pères de famille qu’ils sont, d’assurer les dépenses quotidiennes.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1621

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)