10-02-2018 06:45 - Mauritanie ● Des suspicions pèsent de nouveau sur les faux diplômes, affirme le gouvernement

Mauritanie ● Des suspicions pèsent de nouveau sur les faux diplômes, affirme le gouvernement

Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Sidi Ould Salem a commenté jeudi dernier, 8 février courant, aux côtés de certains de ses homologues du gouvernement mauritanien, les résultats du conseil des ministres, organisé en début de journée.

« Des enquêtes sont menées actuellement au niveau du ministère sur les faux diplômes », a-t-il affirmé au cours de cette conférence de presse.

Le département a identifié certains diplômes suspects, a-t-il précisé, soulignant la prise des autorités compétentes, des mesures nécessaires pour authentifier ces titres.

Certains diplômes douteux ont été envoyés à l’étranger pour la vérification de leur authenticité, a-t-il dit.

Le problème de faux diplômés avait provoqué dernièrement un tollé dans les milieux de la fonction publique, après des déclarations officielles, relatives à une enquête menée sur 110 titres, ayant abouti à l’identification de 80 faux diplômés.

Le département de la fonction publique qui avait fait cette révélation, s’était toutefois efforcé d’apporter plus de clarifications sur le scandale, en précisant que les conclusions de ladite enquête, ne sont pas globales.

©CRIDEM / 10 février 2018

Cridem, avec AMI

-----



Commentaires : 3
Lus : 3562

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • synthetiseur (H) 11/02/2018 09:18 X

    Si jamais le sérieux est mis dans cette affaire ce sont les 3/4 des responsables et fonctionnaires actifs et retraités de ce pays qui seront trainés devant les tribunaux pour abus, usage de faux et gains indus. Et comme ce sont ceux la memes qui sont concernés qui pour la plupart sont aux commandes et bien je vois mal comment cette enquete va se poursuivre. Et ce n'est pas exclusif aux diplomes le jour ou les mauritaniens feront une révolution sur eux memes pour instaurer une vraie justice il n'en restera pas beaucoup libres. Donc cessons de nous faire peur pour rien.

  • Ksaleh (H) 10/02/2018 14:47 X

    Un problème qui ira en s'amplifiant parce que la plus part des gens devant régler cette affaire sont munis eux même de faux diplômes. Le ministre Sidi Ould Salem est de bonne foie mais il est bien faible et isolé pour traitement de façon adéquate ce fléau qui finira par entacher toutes nos institutions.

  • samba el bakar (H) 10/02/2018 11:40 X

    Pourquoi trainer tant pour crever cet abcès qui gangrène le milieu des diplômés au sein des institutions dans notre Pays? C'est qu'on a ferré certainement de gros poissons et qu'on se débat en coulisses pour ne livrer à l'opinion que le menu fretin.En Mauritanie,la qualification d'une faute est à l'aune de l'auteur.En d'autres termes,n'est coupable que celui qui n'est pas représenté d'une manière ou d'une autre dans les hautes sphères de l'État.Mais toute chose a bien une fin